Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Qualifié

François Hollande et Nicolas Sarkozy se sont qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle. Ce très beau mot de la langue française est souvent employé dans les compétitions sportives, ce fut le cas durant la soirée électorale. En politique il a également une autre signification, celui de qualification, au sens de détenir les compétences nécessaires pour assumer la charge considérable que représente la fonction de président de la république qui jusqu’à nouvel ordre reste un emploi qualifié. Leur candidat de cœur ou d’adhésion n’étant désormais plus en lice pour les représenter, les électeurs des huit autres prétendants qui ont achevé leur campagne au soir du premier tour, vont devoir choisir celui des deux finalistes qu’ils estiment le plus qualifié à devenir ou demeurer chef de l’état. Dans ce domaine et passé la quinzaine de jours que dure la deuxième campagne, l’histoire politique démontre que les consignes de vote des partis, qu’elles soient directives ou implicites, ont peu d’influence sur l’électeur qui se déterminera au dernier moment, en son âme et conscience.

Il en est de même pour les sondages du premier tour qui se sont une fois de plus largement trompés. Aucun des nombreux instituts n’a prévu la percée de Marine Le Pen, la chute de Bayrou ou la décrue de Mélenchon. Les mêmes instituts nous resservent pourtant depuis hier soir le même résultat, donnant une très large victoire à François Hollande. Ils sont de nouveau dans l’erreur et le scrutin du 6 mai prochain confirmera leur incapacité, pourtant chèrement monnayée, à appréhender réellement le vote des français. En effet nos compatriotes, après avoir exprimé une opinion propre à leurs idées politiques ou au rejet que leur inspirent l’action et la personnalité d’un candidat, feront dans les dernières heures le choix de la compétence, de l’expérience et du caractère. Ils le feront à une courte majorité, en fondant leur décision sur la nécessité de voir le pays dirigé cinq années durant par un président capable d’affronter de nouvelles crises et de les protéger. Ce faisant et au mépris parfois de leur précèdent engagement, ils élimineront le moins qualifié.



Tags : pelet |

Commentaires 2

Déposé le 23/04/2012 à 15h20  
Par jooo Citer

2012vs2002 a écrit le 23/04/2012 à 13h15

RETOUR À LA RÉALITÉ (DES CHIFFRES)
 Petit rappel :
 
2002 Premier tour ?
Lepen(16,86%)+ Mégret (2,34 %) = 19,2 %

??2012 Premier tour
?Marine :17,9 %
 
Soit : - 1,3 %...
 
on entend par ailleurs parler de la progression du nombre de voix qu' a obtenues le FN en 2012 .... mais personne ne relativise en signalant qu'en 2012 il y a près de 4,84 millions d'inscrits de plus qu'en 2002

on se justifie comme on peut
en oubliant de préférence qu'une crise sépare les deux consultations ...

mais n'est ce pas l'objectivité de ces gens là qui sont dans le déni total et veulent encore en rajouter sur le dos des contribuables !

complètement irresponsables :
en tout cas, le deuxième tour réserve des surprises

Déposé le 23/04/2012 à 13h15  
Par 2012vs2002 Citer

RETOUR À LA RÉALITÉ (DES CHIFFRES)
 Petit rappel :
 
2002 Premier tour ?
Lepen(16,86%)+ Mégret (2,34 %) = 19,2 %

??2012 Premier tour
?Marine :17,9 %
 
Soit : - 1,3 %...
 
on entend par ailleurs parler de la progression du nombre de voix qu' a obtenues le FN en 2012 .... mais personne ne relativise en signalant qu'en 2012 il y a près de 4,84 millions d'inscrits de plus qu'en 2002

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.