Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Najat Vallaud-Belkacem - Photo Lyonmag.com

Najat Vallaud-Belkacem défend le groupe russe Pussy Riot

Najat Vallaud-Belkacem - Photo Lyonmag.com

La ministre des Droits des femmes a tenu à s'exprimer sur cette affaire.

"Cette condamnation sanctionne trois jeunes femmes dont le tort est d'avoir chanté en février une "prière punk" dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. A travers cette sentence, c'est la liberté de création et la liberté d'expression qui se trouvent remises en cause" a déclaré la porte-parole du gouvernement ce vendredi par voie de communiqué. La Lyonnaise a tenu à apporter son soutien à ces trois jeunes femmes mais aussi à rappeler "l'attachement de la France à la liberté d'expression, valeur essentielle de nos démocraties". Les trois jeunes femmes, membres du groupe punk rock féministe, ont été condamnées ce vendredi à deux ans de prison. Fin février, elles avaient chanté une prière à Moscou contre le président Vladimir Poutine. En Europe comme aux Etats-Unis, cette décision de justice a vivement été contestée.



Tags : Najat Vallaud-Belkacem | ministre | groupe russe | Pussy Riot | Lyon | droits des femmes | affaire | liberté d'expression |

Commentaires 2

Déposé le 19/08/2012 à 14h22  
Par Jena Citer

Je soutiens les Pussy Riot mais reste néanmoins beaucoup plus préoccupé par les sort des pays qui sont en train de passer sous la coupe des islamistes dans l'indifférence générale. Les femmes égyptiennes, tunisiennes n'ont pas la notoriété du groupe russe, qui lui a le soutien de stars internationales et de millions d'internautes mobilisés et inventifs.
Si madame Vallaud-Belkacem avait quelque courage, elle interviendrait avec force sur ces questions.
Cette défense des Pussy Riot n'est qu'un coup de com', sans contenu.

Déposé le 17/08/2012 à 20h21  
Par Lucien Citer

Le citoyen lambda, peut se permettre d'adopter une telle position et critiquer une décision judiciaire d'un autre pays.
Pays, qui en l'espèce est souverain et démocratique.

Une ministre, fusse t-elle en charge de le condition féminine, ne peut et ne doit pas critiquer une décision judiciaire, d'un pays souverain.

Il n'aura échapper à personne, qu'elle s'est tue sur le sujet du projet de Constitution tunisienne...

Projet contesté par de nombreux militants et militantes des droits de l'homme, car les gentils islamistes estiment que la femme n'est pas l'égal de l'homme, mais "complémentaire"...

Le jour où la démagogie et crétinerie, seront supprimer des gênes des politicards, il y aura des hommes et des femmes politique, digne de ce nom.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.