Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

L'intérieur d'un simulateur - DR

Aéroports de Lyon à la rescousse d’Air Campus

L'intérieur d'un simulateur - DR

Lancé en grande pompes en juin 2011, le centre de simulateurs de vols pour pilotes a été récemment placé en redressement judiciaire.

Le 27 septembre dernier, le tribunal de commerce de Lyon mettait fin à l’aventure Air Campus, projet (trop) ambitieux.
Situé près de l’aéroport Saint-Exupéry, l’établissement comportait deux simulateurs destinés aux pilotes en formation ou aux pilotes de ligne. Ces derniers doivent venir faire confirmer leurs aptitudes tous les six mois.
Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un simulateur FFS de Boeing 737. L’autre a été récupéré par Sim Industries, ancien actionnaire du projet.
Air Campus est un trop beau projet pour qu’aucun actionnaire ne s’intéresse de près à sa reprise. Laissé sur le tarmac l’an dernier, Aéroports de Lyon s’étaient contentés de fournir le terrain. Cette fois, le président Philippe Bernand a été approché par "des actionnaires nouveaux et anciens qui cherchent une solution de reprise sans Sim Industries. La réponse de principe a été positive". Air Campus ne deviendra toutefois pas la propriété des Aéroports, "notre objectif c’est d’aider le projet par des ressources minoritaires. Nous voulons être dans le tour de table mais pas dans le capital", souligne Philippe Bernand.

Si le président est si attaché à Air Campus, "c’est parce qu’il y a un marché possible, un marché mondial. La halle était construite pour accueillir quatre simulateurs. Durant un an, il n’y en a eu que deux". Pour attirer des pilotes comme ces Philippins venus cette année s’entraîner à Lyon, le mieux est d’avoir assez de simulateurs dynamiques pour que le voyage vaille le coup.
L’offre de reprise est en train d’être préparée. D’autres repreneurs pourraient également se pencher sur le cas d’Air Campus, l’académie à l’abandon. Le tribunal de commerce a laissé une deadline : le 27 novembre.
De quoi laisser le temps de relancer la machine qui se targuait lors de son lancement de pouvoir devenir la référence en seulement trois ans. École d’hôtesses ou de mécaniciens, centre médical, autant de projets qui sont relégués au second plan. La priorité, c’est avant tout de redémarrer cette vitrine pour Lyon et Saint-Exupéry.



Tags : air campus | aeroports de lyon | aeroport saint exupery |

Commentaires  

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.