Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

DR

Comment j’ai manqué la seule avant-première du Festival Lumière

DR

Un samedi, 14h15 au Pathé Bellecour, j’aurais du me méfier.

Pourtant j’y suis allé. Parce que c’est Lumière, parce que c’est Burton, parce que c’était la seule avant-première du Festival. Pour moi, c’est ce qui fait la richesse d’un festival. En 2011, The Artist avait été un triomphe, le choix était culotté mais gagnant pour Thierry Frémaux. En 2012, la projection du dernier Tim Burton était tout aussi alléchante. A force de sortir un film par an, le réalisateur gâchait son talent. Ce retour au dessin animé, aux racines de son style à travers une histoire qu’il avait déjà traitée en 1984 dans un court était l’occasion rêvée de réapprécier son travail.

Muni de mon badge presse, je fends la foule de badauds, aussi perdue que moi. Squatter les avant-premières avec mes pairs, je savais faire. Me mêler avec les civils, jamais ; mais l’idée me plaisait assez. Présenter son badge et se voir ouvrir les portes est une expérience assez flatteuse pour mon pauvre ego.
J’alpague donc la première hôtesse vêtue aux couleurs du festival pour lui demander comment, moi, journaliste, procède-je pour aller voir Frankenweenie de Tim Burton. "Vous vous présentez devant la salle avec votre badge", me répond-elle sans hésitation. Joie en moi, le petit regard à la longue queue à la billetterie accentue mon sadisme. J’aurais presque envie d’agiter mon badge et de faire une danse tout droit sortie de Little Miss Sunshine.

Je me retiens, et je fais bien. J’arrive devant une nouvelle hôtesse, celle par qui les malheurs commencèrent. "Z’avez vos lunettes 3D ?", me questionne-t-elle. Merde, non, c’était pas marqué sur le programme que j’avais soigneusement téléchargé en pdf et vérifié avant de partir.
Bon, payer 1 euro, c’est bien peu en contrepartie de la place gratuite qui m’attend dans la salle 2 du Pathé. Je slalome entre deux, trois mioches, les bras fournis de pop-corn et boissons obésifiantes. "Barrez-vous cons de mimes, c’est la Presse". Mon précieux pécule versé à Jérôme Seydoux, je me heurte à un nouveau mur, euh, hôtesse. "Excusez moi, mais il vous faut un billet pour rentrer. Vous savez ce même billet dont vous n’aviez pas besoin cinq minutes plus tôt. Maintenant remballez votre badge et faites la queue comme tout le monde". Le tout dit fort gentiment, mais c'est ce que mon Moi Intérieur a compris. Je rebrousse donc chemin et m’insère en fin de file. Sauf que la billetterie ouvre par intermittence, la caissière étant en relation avec la salle pour savoir s’il reste des sièges libres.
Le coup de grâce, mon ego, tout mon petit scénario ressassé depuis trois jours était enterré six pieds sous terre. Et à l’inverse du héros du film que j’allais voir, il n’allait pas renaître tel un mort-vivant.

J’aurais pourtant voulu vous raconter comment s’était déroulée la seule avant-première (nationale) du Festival, vous rapporter quelques impressions de lardons…
Mais je me contenterai de me rattraper avec l’autre (grand) événement de Lumière selon moi : La Nuit du Chasseur en version remasterisée. Le premier vrai film d’horreur et pourtant je n’ai peur que d’une chose, de ce que je vais trouver dimanche, 14h au Pathé Bellecour.

Et si finalement c’était ça la magie du Festival Lumière ? Permettre aux Lyonnais de goûter à la quintessence du 7e art en faisant la nique aux journaleux ? Qu’ils paradent à Cannes, dans leurs salles obscures incestueuses. Ici à Lyon, un badge n’ouvre pas toutes les portes, il faut simplement aimer le cinéma. Et faire la queue.



Tags : festival lumiere | Frankenweenie |

Commentaires 2

Déposé le 27/10/2012 à 13h50  
Par Caçapa Citer

Quel scandale! La première hôtesse mérite une soufflante pour avoir osé mentir!

Déposé le 21/10/2012 à 13h18  
Par redisdead Citer

texte entrainant et belle référence

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.