Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Elliott Aubin - LyonMag

L’école est devenue un hôtel

Elliott Aubin - LyonMag

Du lieu de l’éveil à celui sans réveil, l’école est devenue un hôtel. L’école est devenue un hôtel.

Au détour d’une balade dominicale, j’arrive à l’angle de la rue Bourgelat et de la place de l’abbaye d’Ainay, au cœur du 2e arrondissement. Je découvre que l’enseigne d’un hôtel a pris la place du tryptique républicain de l’école publique qui s’y trouvait.

 

Je me rappelais alors ces mêmes après-midis d’été où, cette place se transformait, le temps d’un match, en terrain de foot. Nous rejouions, les OL/PSG de la veille, imitant à chaque but la célébration de Sonny pour les uns et de l’aigle des Açores pour les autres.

Quand on ne se faisait pas engueuler par le voisinage, c’était l’école qui nous confisquait le ballon, quand ce n’était pas elle, c’était l’abbaye. J’étais en 6eme au Collège public Jean Monnet entre le site de l’impasse Catelin et celui de Perrache, une époque où Denis Broliquier était déjà Maire du 2eme et Gérard Collomb déjà Maire de Lyon. Rapidement les panneaux interdisant les ballons sont apparus.

 

Du lieu de l’éveil à celui sans réveil, l’école est devenue un hôtel. L’école est devenue un hôtel.

 

J’avais eu vaguement écho dans la presse de cette vente sans m’y être penché davantage. Déjà bien occupé par ce qui se tramait sur le 1er arrondissement avec notamment la mobilisation contre la fermeture, souhaitée par la Mairie centrale, de l’école publique Levi Strauss. Ou encore, avec la mobilisation contre les ventes, toujours souhaitées par la Mairie centrale, du bâti de l’ancienne école nationale des beaux-arts et de l’espace vert du Bon Pasteur pour les transformer en lofts de luxe.

 

Nombreux sont ceux qui pourraient sûrement reconnaître, comme un aveu, la maladresse du symbole ... tout en reprenant le fil de la discussion sur la nécessité d’une ville attractive et belle, notamment pour le tourisme. Plus nombreux encore sont ceux qui n’en peuvent plus de voir leur ville être privatisée. "Quand tout sera privé, nous serons privés de tout".

 

Cette violence symbolique n’est pas sans rappeler celle de la transformation de l’ancien hôpital Hôtel-Dieu en un hôtel de luxe, celle de la vente par l’Etat, de l’ancien fort Saint-Laurent qui abritait un hébergement d’urgence, pour en faire – encore - un hôtel de luxe. On pourrait évoquer aussi la fermeture des bains-douches dans le 1er, la vente de l’internat Favre dans le 4e, la vente d’une partie de la rue de la République dans le 2e, la vente de la mairie de proximité dans le 9e etc etc ...
Une violence symbolique qui crée, en réalité, la mise en place d’une précarité grandissante et les conditions d’exclusion des plus modestes, par l’augmentation du prix du foncier.

 

Du lieu de l’éveil à celui sans réveil, l’école est devenue un hôtel. L’école est devenue un hôtel.

 

En cette fin d’après-midi de juillet, personne ne joue sur la place. Pas de ballon. Pas d’enfants.
Plus d’école. Le voisinage est tranquille. Juste deux trois supporters sortant sûrement de l’hôtel que l’on imagine rejoindre le Groupama Stadium.

 

Nous avons tous de tels exemples en tête qui nous montrent la confiscation progressive de la ville qui s’est opérée depuis les années 2000. Depuis que Gérard Collomb confond trop souvent son rôle de Maire avec celui d’un VRP du patrimoine public.

Qu’il s’agisse de Gérard, David ou même Etienne, l’essentiel n’est pas là. Même si ce faux débat semble préoccuper beaucoup les médias, ils défendent tous les trois une même vision de Lyon : d’une métropole "attractive et rayonnante" à n’importe quel prix, avec cette même soi-disante vision du progrès qui sait faire passer celui qui la critique pour un nostalgique, même à 25 ans.

 

Préférons-lui plutôt une ville en commun qui rayonne dans le monde par son ambition écologiste, sa qualité de vie, ses avancées sociales et ses innovations démocratiques.

 

Elliott Aubin

Adjoint au Maire du 1er arrondissement de Lyon



Tags : elliott aubin | aubin |

Commentaires 24

Déposé le 18/08/2019 à 16h45  
Par impressionant Citer

Délire - correctif a écrit le 17/07/2019 à 15h23

Correctif :
Mais puisque vous évoquez l'Hôtel Dieu (et non pompeusement "grand hôtel Dieu"), remarquez l'échec : seuls des badauds traversent ces lieux chics mais vides d'âme sans s'y attarder. C'est d'ores et déjà un échec commercial.

Si vous ne voyez pas la réussite de la rénovation de l'Hôtel Dieu: rénovation complète sans argent public, réouverture d'un site remarquable au public, préservation du patrimoine, vitrine pour la ville, excellente gestion de la part des HCL de son patrimoine....c'est que votre idéologie vous a complètement lessivée le cerveau.

Déposé le 18/08/2019 à 16h29  
Par impressionant Citer

Ce que l'auteur met en lumière, c'est l’évolution de notre société et la nostalgie de notre enfance. Mais ce n'est pas propre à lui, ni à Lyon!
De partout des bâtiments se transforment, changent d'usage (des écoles ferment, mais d'autres ouvrent), les enfants jouent moins à l'extérieur que les générations précédentes et cela et valable de partout, dans les petites ou grandes villes. Pourquoi en faire une spécificités lyonnaise, et mettre ça sur le dos de Collomb? Collomb a su transformer la ville et lui donner une dynamique que l' on ne retrouve pas dans toutes les grandes villes. Après cela n'est pas parfait, et comme dans tout il y a du bon et du mauvais.

Déposé le 20/07/2019 à 19h52  
Par 1083 Citer

tu plaisantes j'espère ? a écrit le 19/07/2019 à 14h11

Vous parliez de "patrimoine " qui passe du public au privé....
Or ce batiment immonde ne fait absolument pas partie du patrimoine.

Par ailleurs la vente n'a pas encore eu lieu, mais j'espère bien que le projet de vente au crédit agricole avec création de logements (dont 25% de logements sociaux) et ouverture d'une esplanade aboutira n'en déplaise au projet de NPG qui voudrait elle une "résidence d'artistes" (financée comment et par qui ?) ou au comité "citoyen" de quartier qui, en bon Tartuffe, prétend lutter contre une gentrification dont ils est le symbole même et qu'il contribue largement à entretenir !

Continuez à réciter vos slogans comme beaucoup de "consciences éclairées" auto-proclamées ici. Les politiques ont de beaux jours devant eux.

vous ne savez absolument pas dans quelles conditions s'est faites la communication de la ville pour ce projet..
Quand au comité citoyen vous ne les connaissez pas puisqu'il regroupe de nombreux habitants des pentes qui y vivent depuis quelques décennies ! si vous les traitez de "bobos" c'est que vous êtes certainement un "réac" !

Bref vous êtes l'idiot utile du forum et je le redis les politiques ont de beaux jours avec des gens comme vous.

ps : je parle de "patrimoine immobilier" et pas de la qualité patrimoniale au sens historique.
Bien à vous de voir un bâtiment devenir une énième résidence de luxe

Déposé le 19/07/2019 à 15h59  
Par politiques qui se planquent Citer

tu plaisantes j'espère ? a écrit le 19/07/2019 à 14h11

Vous parliez de "patrimoine " qui passe du public au privé....
Or ce batiment immonde ne fait absolument pas partie du patrimoine.

Par ailleurs la vente n'a pas encore eu lieu, mais j'espère bien que le projet de vente au crédit agricole avec création de logements (dont 25% de logements sociaux) et ouverture d'une esplanade aboutira n'en déplaise au projet de NPG qui voudrait elle une "résidence d'artistes" (financée comment et par qui ?) ou au comité "citoyen" de quartier qui, en bon Tartuffe, prétend lutter contre une gentrification dont ils est le symbole même et qu'il contribue largement à entretenir !

Continuez à réciter vos slogans comme beaucoup de "consciences éclairées" auto-proclamées ici. Les politiques ont de beaux jours devant eux.

Pourquoi vous défendez les intérêts du crédit agricole ?

pourquoi vous parlez des 25% de logements sociaux qui seront payés par les 75% des autres propriétaires privés, mais sans leur dire ? ça fait mieux de parler des logements sociaux créés que des banques et des investisseurs privés qui mettront la main sur ce bâtiment ?

Déposé le 19/07/2019 à 14h11  
Par tu plaisantes j'espère ? Citer

1083 a écrit le 19/07/2019 à 10h27

on ne parle pas de la qualité du bâtit (ce qui ne tient que de la forme du propos) mais des conditions dans lesquelles la vente a eu lieu (le fonds du propos).
Continuez à vous focaliser sur la forme comme beaucoup de commentateurs ici. Les politiques ont de beaux jours devant eux.

Vous parliez de "patrimoine " qui passe du public au privé....
Or ce batiment immonde ne fait absolument pas partie du patrimoine.

Par ailleurs la vente n'a pas encore eu lieu, mais j'espère bien que le projet de vente au crédit agricole avec création de logements (dont 25% de logements sociaux) et ouverture d'une esplanade aboutira n'en déplaise au projet de NPG qui voudrait elle une "résidence d'artistes" (financée comment et par qui ?) ou au comité "citoyen" de quartier qui, en bon Tartuffe, prétend lutter contre une gentrification dont ils est le symbole même et qu'il contribue largement à entretenir !

Continuez à réciter vos slogans comme beaucoup de "consciences éclairées" auto-proclamées ici. Les politiques ont de beaux jours devant eux.

Déposé le 19/07/2019 à 10h27  
Par 1083 Citer

tu plaisantes j'espère ? a écrit le 18/07/2019 à 14h03

l'ENBA !!!
C'est cet immonde bâtiment en béton des années 50 que tu appelles "patrimoine" ???!!!

Si seulement on pouvait le raser !

on ne parle pas de la qualité du bâtit (ce qui ne tient que de la forme du propos) mais des conditions dans lesquelles la vente a eu lieu (le fonds du propos).
Continuez à vous focaliser sur la forme comme beaucoup de commentateurs ici. Les politiques ont de beaux jours devant eux.

Déposé le 18/07/2019 à 14h03  
Par tu plaisantes j'espère ? Citer

1083 a écrit le 18/07/2019 à 09h11

renseignez vous sur la vente de l'ENBA et ensuite on en reparlera.

Quand le patrimoine passe de public à privé il y a changement, lequel ? je vous laisse chercher

l'ENBA !!!
C'est cet immonde bâtiment en béton des années 50 que tu appelles "patrimoine" ???!!!

Si seulement on pouvait le raser !

Déposé le 18/07/2019 à 09h11  
Par 1083 Citer

Le Petit Pop a écrit le 18/07/2019 à 07h52

À quel moment le patrimoine est bradé? Parce qu'il change de statut?

renseignez vous sur la vente de l'ENBA et ensuite on en reparlera.

Quand le patrimoine passe de public à privé il y a changement, lequel ? je vous laisse chercher

Déposé le 18/07/2019 à 08h47  
Par où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? Citer

les notions a écrit le 17/07/2019 à 14h36

c'est rentable quand c'est dans le privé et ça coûte trop quand c'est dans le public
votre monde est magique !
idem sur la culture... le patrimoine commun, vous n'en voulez pas, mais la culture c'est quoi pour vous ? Uniquement ce qui vous plait ?

Non, justement j'ai écrit qu'on ne pouvait pas parler de "patrimoine" en n'en prenant que la partie qui nous arrange (comme l'a fait M. Aubin) et en tronquant une grande partie de l'histoire....

Déposé le 18/07/2019 à 08h40  
Par où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? Citer

Délire a écrit le 17/07/2019 à 14h37

Veuillez cesser ce délire en évoquant Chavez, nous parlons bien de Lyon vendu à l'argent.
Mais puisque vous évoquez l'Hôtel Dieu (et non pompeusement "grand hôtel Dieu", remarquez l'échec : seuls des badauds traversent ces lieux qui ne s'arrêtent pas parcourent ces lieux vides d'âme sans s'y attarder.

Quand j'évoquais Hugo Chavez c'était de l'ironie tant le mentor de Mr Aubin admire celui qui fut un "grand démocrate"....
Alors que VOUS êtes effectivement dans le "délire" du slogan politique simpliste lorsque vous parlez de "Lyon vendu à l'argent"....

Mais puisque vous évoquez les "badauds qui traversent ces lieux", effectivement je constate que de très nombreux Lyonnais ont redécouvert ce site et même découvert tout court pour les plus jeunes (peut être est-ce votre cas ? vous qui parlez de lieu "sans âme", connaissiez vous seulement ces lieux avant, car je peux vous garantir que l'hotel dieu dans ses dernières années d'activité hospitalières n'avait pas vraiment "d'âme"....)

Et là encore, à quand s'arrête votre notion de patrimoine ? Savez vous seulement qu'il y avait des commerces depuis l'origine à l'hotel dieu (quai jules courmont) et qu'elles ont perduré jusque dans les années 50 ?....

Merci d'avoir repris cet exemple de l'hotel dieu car c'était bien un lieu moribond, inadapté à une médecine moderne et qui a miraculeusement été rénové, a repris vie le tout sans un centime financé par le contribuable !!!

Déposé le 18/07/2019 à 07h52  
Par Le Petit Pop Citer

1083 a écrit le 17/07/2019 à 09h37

il parle plutôt de la grande braderie du patrimoine lyonnais par la mairie centrale et la métro au dépend des habitants.
Les questions scolaires ne sont que secondaires dans ce texte.

Jusqu'à quel point les habitants sont prêts à accepter au nom "de l'attractivité" et du "progrès" de Lyon ? De se faire confisquer leur propre espace pour quelques acteurs privés ?
Voilà une question centrale qui se pose dans la France métropolisée.

À quel moment le patrimoine est bradé? Parce qu'il change de statut?

Déposé le 18/07/2019 à 07h51  
Par Le Petit Pop Citer

Faux a écrit le 17/07/2019 à 09h52

Apprenez à lire, ce billet ne traite pas des questions scolaires.

C'est bien ma critique! C'est un révolutionnaire qui nous fait du phantasme nostalgique car c'est tendance (demain une photo avec BERN?) plutôt que de poser la question des services publiques!

Déposé le 17/07/2019 à 22h04  
Par 1083 Citer

où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? a écrit le 17/07/2019 à 14h24

Le "patrimoine" faut-il encore avoir les moyens de l'entretenir et ce n'était pas le cas pour l'hotel Dieu devenu obsolète et j'imagine pour cette école...

Et puisque l'on parle de cette école, à quelle date s'arrête Monsieur Aubin dans sa "conception" du patrimoine ?
Cette école était l'ancien presbytère de l'Abbaye (oui je sais ça doit être horrible pour un membre de LFI...) avant d'être transformée en école religieuse puis communale.... Transformation qui avait vu après la loi de 1905 les boiseries saccagées et façades dénaturées.

En accord avec les batiments de France les façades ont retrouvé leur aspect d'origine de style florentin et les Lyonnais peuvent venir admirer ce batiment, le tout sans un centime au frais du contribuable et avec une recette de 4 millions pour les HCL....

Je sais Monsieur Aubin, c'est horrible tout ça... c'eût été tellement mieux de créer une maison des associations d'inutilité publique subventionnée ou bien une salle "culturelle" subventionnée qu'on aurait pu baptiser "Hugo Chaves" par exemple avec des créations artistiques d'inspiration "sociales et environnementales"....

que de poncifs ... vous avez bien appris votre catéchisme.

répétez après moi : "attractivité" "rayonnement" "métropole" "tourisme de masse"

Déposé le 17/07/2019 à 15h23  
Par Délire - correctif Citer

Délire a écrit le 17/07/2019 à 14h37

Veuillez cesser ce délire en évoquant Chavez, nous parlons bien de Lyon vendu à l'argent.
Mais puisque vous évoquez l'Hôtel Dieu (et non pompeusement "grand hôtel Dieu", remarquez l'échec : seuls des badauds traversent ces lieux qui ne s'arrêtent pas parcourent ces lieux vides d'âme sans s'y attarder.

Correctif :
Mais puisque vous évoquez l'Hôtel Dieu (et non pompeusement "grand hôtel Dieu"), remarquez l'échec : seuls des badauds traversent ces lieux chics mais vides d'âme sans s'y attarder. C'est d'ores et déjà un échec commercial.

Déposé le 17/07/2019 à 14h37  
Par Délire Citer

où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? a écrit le 17/07/2019 à 14h24

Le "patrimoine" faut-il encore avoir les moyens de l'entretenir et ce n'était pas le cas pour l'hotel Dieu devenu obsolète et j'imagine pour cette école...

Et puisque l'on parle de cette école, à quelle date s'arrête Monsieur Aubin dans sa "conception" du patrimoine ?
Cette école était l'ancien presbytère de l'Abbaye (oui je sais ça doit être horrible pour un membre de LFI...) avant d'être transformée en école religieuse puis communale.... Transformation qui avait vu après la loi de 1905 les boiseries saccagées et façades dénaturées.

En accord avec les batiments de France les façades ont retrouvé leur aspect d'origine de style florentin et les Lyonnais peuvent venir admirer ce batiment, le tout sans un centime au frais du contribuable et avec une recette de 4 millions pour les HCL....

Je sais Monsieur Aubin, c'est horrible tout ça... c'eût été tellement mieux de créer une maison des associations d'inutilité publique subventionnée ou bien une salle "culturelle" subventionnée qu'on aurait pu baptiser "Hugo Chaves" par exemple avec des créations artistiques d'inspiration "sociales et environnementales"....

Veuillez cesser ce délire en évoquant Chavez, nous parlons bien de Lyon vendu à l'argent.
Mais puisque vous évoquez l'Hôtel Dieu (et non pompeusement "grand hôtel Dieu", remarquez l'échec : seuls des badauds traversent ces lieux qui ne s'arrêtent pas parcourent ces lieux vides d'âme sans s'y attarder.

Déposé le 17/07/2019 à 14h36  
Par les notions Citer

où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? a écrit le 17/07/2019 à 14h24

Le "patrimoine" faut-il encore avoir les moyens de l'entretenir et ce n'était pas le cas pour l'hotel Dieu devenu obsolète et j'imagine pour cette école...

Et puisque l'on parle de cette école, à quelle date s'arrête Monsieur Aubin dans sa "conception" du patrimoine ?
Cette école était l'ancien presbytère de l'Abbaye (oui je sais ça doit être horrible pour un membre de LFI...) avant d'être transformée en école religieuse puis communale.... Transformation qui avait vu après la loi de 1905 les boiseries saccagées et façades dénaturées.

En accord avec les batiments de France les façades ont retrouvé leur aspect d'origine de style florentin et les Lyonnais peuvent venir admirer ce batiment, le tout sans un centime au frais du contribuable et avec une recette de 4 millions pour les HCL....

Je sais Monsieur Aubin, c'est horrible tout ça... c'eût été tellement mieux de créer une maison des associations d'inutilité publique subventionnée ou bien une salle "culturelle" subventionnée qu'on aurait pu baptiser "Hugo Chaves" par exemple avec des créations artistiques d'inspiration "sociales et environnementales"....

c'est rentable quand c'est dans le privé et ça coûte trop quand c'est dans le public
votre monde est magique !
idem sur la culture... le patrimoine commun, vous n'en voulez pas, mais la culture c'est quoi pour vous ? Uniquement ce qui vous plait ?

Déposé le 17/07/2019 à 14h24  
Par où donc s'arrête votre notion du patrimoine ? Citer

1083 a écrit le 17/07/2019 à 09h37

il parle plutôt de la grande braderie du patrimoine lyonnais par la mairie centrale et la métro au dépend des habitants.
Les questions scolaires ne sont que secondaires dans ce texte.

Jusqu'à quel point les habitants sont prêts à accepter au nom "de l'attractivité" et du "progrès" de Lyon ? De se faire confisquer leur propre espace pour quelques acteurs privés ?
Voilà une question centrale qui se pose dans la France métropolisée.

Le "patrimoine" faut-il encore avoir les moyens de l'entretenir et ce n'était pas le cas pour l'hotel Dieu devenu obsolète et j'imagine pour cette école...

Et puisque l'on parle de cette école, à quelle date s'arrête Monsieur Aubin dans sa "conception" du patrimoine ?
Cette école était l'ancien presbytère de l'Abbaye (oui je sais ça doit être horrible pour un membre de LFI...) avant d'être transformée en école religieuse puis communale.... Transformation qui avait vu après la loi de 1905 les boiseries saccagées et façades dénaturées.

En accord avec les batiments de France les façades ont retrouvé leur aspect d'origine de style florentin et les Lyonnais peuvent venir admirer ce batiment, le tout sans un centime au frais du contribuable et avec une recette de 4 millions pour les HCL....

Je sais Monsieur Aubin, c'est horrible tout ça... c'eût été tellement mieux de créer une maison des associations d'inutilité publique subventionnée ou bien une salle "culturelle" subventionnée qu'on aurait pu baptiser "Hugo Chaves" par exemple avec des créations artistiques d'inspiration "sociales et environnementales"....

Déposé le 17/07/2019 à 09h52  
Par Faux Citer

Le Petit Pop a écrit le 17/07/2019 à 09h17

Un condensé de poncif qui ne met rien en perspective. Pour un révolutionnaire, il est bien conservateur, et ne pose pas les véritables questions (nombre d'élèves pas classe, conditions de scolarité, carte scolaire,...). Bref de la mauvaise com' sous fonds de culte du passéisme...

Apprenez à lire, ce billet ne traite pas des questions scolaires.

Déposé le 17/07/2019 à 09h37  
Par 1083 Citer

Le Petit Pop a écrit le 17/07/2019 à 09h17

Un condensé de poncif qui ne met rien en perspective. Pour un révolutionnaire, il est bien conservateur, et ne pose pas les véritables questions (nombre d'élèves pas classe, conditions de scolarité, carte scolaire,...). Bref de la mauvaise com' sous fonds de culte du passéisme...

il parle plutôt de la grande braderie du patrimoine lyonnais par la mairie centrale et la métro au dépend des habitants.
Les questions scolaires ne sont que secondaires dans ce texte.

Jusqu'à quel point les habitants sont prêts à accepter au nom "de l'attractivité" et du "progrès" de Lyon ? De se faire confisquer leur propre espace pour quelques acteurs privés ?
Voilà une question centrale qui se pose dans la France métropolisée.

Déposé le 17/07/2019 à 09h17  
Par Le Petit Pop Citer

Un condensé de poncif qui ne met rien en perspective. Pour un révolutionnaire, il est bien conservateur, et ne pose pas les véritables questions (nombre d'élèves pas classe, conditions de scolarité, carte scolaire,...). Bref de la mauvaise com' sous fonds de culte du passéisme...

Déposé le 16/07/2019 à 13h53  
Par personnalité sacrée Citer

l'exemple type d'ennemi de melenchon
blond aux yeux bleus

Pigé Déposé le 16/07/2019 à 09h53  
Par Pigé Citer

Excellent billet, bravo et merci.

Pour "Rabbit" , je reprends la conclusion :

"Préférons-lui plutôt une ville en commun qui rayonne dans le monde par son ambition écologiste, sa qualité de vie, ses avancées sociales et ses innovations démocratiques."

Déposé le 16/07/2019 à 09h35  
Par Rabbit Citer

Que c'est plat et plan plan comme communication.

Déposé le 16/07/2019 à 09h23  
Par 1083 Citer

"Quand tout sera privé, nous serons privés de tout" bien dit !

dommage que Lyon soit une ville de culs serrés.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.