Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Elliott Aubin - DR

On suit Charlie !

Elliott Aubin - DR


Dimanche, un ami m'a dit : "Les siècles débutent toujours avec quinze ans de retard, 1815 avec Waterloo, 1915 avec la Première Guerre Mondiale". C'est ainsi que débute 2015 : le siècle de la quête d'identité.

Qui suis-je dans la société ? Qui suis-je dans cette mondialisation ? Qui suis-je dans ma croyance ? Suis-je encore face au progrès technique et informatique ? Qui suis-je dans l'entreprise ? Toutes ces questions résonnent en chacun de nous. Où trouve-t-on ces réponses ? Dans l'individualisme du "rêve américain", celui de la méritocratie, celui du "je veux juste t'écraser" ? Dans individualisme du refuge "facile" du dogme, quel qu'il soit ? Dans l’individualisme du repli sur soi suspicieux ?

Lorsqu'on on vit en société, avec autrui, on comprend que notre mission, en tant que citoyen, militant, élu ou autres c'est de réussir le pari du vivre ensemble, d'organiser la société pour permettre la cohabitation. Comment organiser la société, c'est la question essentielle du "politique". Ainsi que "l'Homme soit un loup pour l'homme" ou "que l'Homme naît bon", entre la confrontation de ces deux philosophies, il n'y a que le contrat social fixé ensemble, régit par des lois, qui permettra d'établir les structures de notre société et de nos vies.


Après le temps indispensable du recueillement populaire et du deuil national, le temps politique doit revenir à la charge. Comprendre et analyser les causes de cet événement, ou seulement s'en tenir aux faits, tel peut-être le clivage.

Force est de constater que notre France creuse le gouffre des dérives communautaristes, tout simplement parce que ce qui fonde le socle commun, n'a fait qu’être démantelé ces dernières décennies.
Pour se dépêtrer de ce marasme communautaire et du déferlement de discours haineux qui s'annonce, (restriction des libertés individuelles, police municipale armée, référendum sur la peine de mort, islamophobie...) il n' y a qu'une voie : réanimer la République et ses valeurs fondamentales. Retrouver un pays qui fait corps avec l'ensemble de ses citoyens, ou aucuns d'entre-eux n'est mis sur le côté. Ces piliers qui fondent notre patrie républicaine, nous les connaissons tous, ils existent.
Mais depuis déjà trop longtemps on se moque de leur agonie, on les utilise comme des éléments de stratégie de com' politique, on les méprise, on les vend à une certaine oligarchie :

L'Ecole, sans-cesse affaiblie par manque de moyens, par la mise en place de nouveaux rythmes ouvrant la boite de pandore d'une école payante.
La laïcité, utilisée comme un outil à géométrie variable.
La souveraineté, qu'on piétine à coups de traités européens et atlantiques.
Etc...

Lorsque qu'un Maire grillage les bancs publics de sa commune contre les SDF, est-ce au nom de la République ?
Quand un Maire refuse l'enterrement d'un bébé rom dans sa commune, est-ce au nom de la République ?
Quand on refuse un partage des richesses juste et équitable pour enrichir le CAC 40, est-ce au nom de la République ?

Ainsi jamais nous ne confondrons l'idéal de notre patrie républicaine, avec les occupants momentanés du pouvoir qui la représente ! Le combat pour nos droits et nos acquis est un combat perpétuel face aux lois de la finance et à toutes les formes d'obscurantismes !
Cette marche historique, est un appel à la résistance, à la paix civique, et au sursaut républicain, faisons en sorte que nos enfants parlent ainsi de nous lorsqu'ils évoqueront notre siècle.

Dans le 1er arrondissement de Lyon, à notre humble échelle, nous visons à tendre vers cet humanisme. "L'humain d'abord" est notre mot d'ordre ! Quand nous déployons tous les moyens qui sont en notre possession pour la défense des familles sans-abris, nous le faisons pour cet idéal. Quand nous invitons Pinar Selek et son comité de soutien en Mairie, nous le faisons pour cet idéal. Quand nous prévoyons de mettre en place des outils de gouvernances divers (Conseil territorial, conseil d'arrondissement des enfants, observatoire des discriminations) c'est un nouveau modèle de citoyenneté et de démocratie que nous prônons. Etre à la hauteur de la devise affichée sur le fronton de la Mairie, voilà le défi !

#JeSuisCharlie. Et si nous décidions de lui rendre hommage, sans "Etre Charlie" mais pour "Suivre Charlie", et son goût suave de la liberté ? On suit Charlie dans cette résistance, et dans cette défense de la liberté d'opinion et expression.

Elliott Aubin est élu PG dans le 1er arrondissement de Lyon



Tags : aubin | charlie hebdo |

Commentaires 9

Déposé le 06/02/2015 à 16h01  
Par Sandrine Citer

romainblachier a écrit le 13/01/2015 à 20h00

rhhooh soyez pas vexé parce que certains ne sont pas d'accords avec vous mon ami, votre orgueil dut-il en souffrir vous et vos vos nombreux pseudos. En tous cas ravi que vous ayez à chaque moment une pensée pour moi

ps: Eliott bienvenu sur Lyon Mag

Encore votre délire de shizo... vous êtes vraiment parano Monsieur.
Entre ça et l'extrême-droite catho-réactionnaire, il va falloir vous faire guérir de ces obsessions.

Déposé le 13/01/2015 à 20h00  
Par romainblachier Citer

Sandrine a écrit le 13/01/2015 à 09h17

Agréablement surpris par ce discours. Provenant un élu du Parti de Gauche, on pouvait s'attendre à bien plus sectaire, bien plus politicien, bien plus récupérateur, comme l'expert Blachier (par exemple).

Nous avons plusieurs constats à faire, et à assumer: l'intégration de certains est un échec, les autorités musulmanes ne contrôlent pas certains de leurs imams, pas plus que leurs fidèles, la prison est un lieu de recrutement et de radicalisation, l'Education Nationale n'a pas su transmettre à tous la devise de la République.

A partir de ces constats, il faut agir. A vous tous de jouer.

rhhooh soyez pas vexé parce que certains ne sont pas d'accords avec vous mon ami, votre orgueil dut-il en souffrir vous et vos vos nombreux pseudos. En tous cas ravi que vous ayez à chaque moment une pensée pour moi

ps: Eliott bienvenu sur Lyon Mag

Déposé le 13/01/2015 à 18h45  
Par Zemmar Citer

Les gouvernants d'hier et ceux d'aujourd'hui sont mauvais, votez pour nous, on vous fera une république plus humaine...Encore du baratin électoraliste...

Déposé le 13/01/2015 à 14h28  
Par Tina Citer

CONDORCET a écrit le 13/01/2015 à 08h00

Il faut commencer par le commencement.
L'école publique doit être la seule école financée par la République. Nos impôts servent aujourd'hui à faire grandir séparément des enfants qui devraient être ensemble sur les bancs de l'école.
Aujourd'hui, en France, on finance l'apartheid scolaire! Et il faudrait s'étonner de la tournure des évènements?

Bien d'accord. Sous prétexte de les "protéger", ou d'une éducation conforme aux principes des parents, on leur apprend à surtout ne pas vivre ensemble. Et c'est une terrible erreur. Et cela vaut pour toutes les écoles confessionnelles, qu'elles soient ouvertes ou non aux autres religions. A quand des bus pour chaque religion, des entreprises et emplois ouverts par appartenance religieuse ? Concentrer les moyens financiers sur l'école publique laïque. Au lieu de sur-protéger les écoles religieuses, qui n'est qu'une solution à très court terme. Mais génère des guettos.

Déposé le 13/01/2015 à 13h24  
Par Jeansais Citer

Quel salmigondis !
Tout y passe le communautarisme, l'individualisme,
le CAC 40,les bancs publiques grillagés,les politiciens, l'enterrement d'un bébé Rom ou les rythmes scolaires...
mais heureusement dans le 1er c'est "l'humain d'abord"

Déposé le 13/01/2015 à 09h17  
Par Sandrine Citer

Agréablement surpris par ce discours. Provenant un élu du Parti de Gauche, on pouvait s'attendre à bien plus sectaire, bien plus politicien, bien plus récupérateur, comme l'expert Blachier (par exemple).

Nous avons plusieurs constats à faire, et à assumer: l'intégration de certains est un échec, les autorités musulmanes ne contrôlent pas certains de leurs imams, pas plus que leurs fidèles, la prison est un lieu de recrutement et de radicalisation, l'Education Nationale n'a pas su transmettre à tous la devise de la République.

A partir de ces constats, il faut agir. A vous tous de jouer.

Déposé le 13/01/2015 à 08h00  
Par CONDORCET Citer

Il faut commencer par le commencement.
L'école publique doit être la seule école financée par la République. Nos impôts servent aujourd'hui à faire grandir séparément des enfants qui devraient être ensemble sur les bancs de l'école.
Aujourd'hui, en France, on finance l'apartheid scolaire! Et il faudrait s'étonner de la tournure des évènements?

Déposé le 12/01/2015 à 19h38  
Par Charlie obs Citer

Vous avez raison jeune homme sur le "vivre ensemble". En revanche, vous vous trompez sur presque tout. Pourquoi parler des lois de la finance ? Très beau rassemblement hier. Mais de personnes touchées en plein coeur par 17 meurtres commis, en plein jour dans notre capitale, par des terroristes religieux. Donc rien à voir avec la Finance. Vous vous trompez aussi en évoquant ainsi notre France. Les "dérives communautaristes" sont principalement le fait d'une immigration incontrôlée et, en partie, inassimilable car culturellement trop éloignée. Vous vous trompez car, lorsqu'on est de gauche, on refuse de voir la réalité en face. Réveillez-vous, vous agirez plus justement pour vos concitoyens.

Déposé le 12/01/2015 à 18h43  
Par Farid Citer

Et comment il fait pour que la république soit libérée des forces de l'argent , des politiciens carriéristes en mèche avec ces forces financières..Un beau laïus " de gauche" sans plus!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.