Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 13/07/2015 à 19h36
Par herve

Le 1er échelon de l’humilité, c'est de fuir l'oubli. A tout moment le moine évite les péchés et les graves défauts des pensées, de la langue, des mains, des pieds, de la volonté égoïste. Il répète dans son coeur : « Je serai sans faute devant Dieu, si je fais attention à ne pas pécher » (Psaume 17, 24). Dieu est patient avec nous parce qu'il est bon, il attend que nous devenions meilleurs.

Le 2e échelon de l'humilité, c'est de ne pas satisfaire sa volonté égoïste. Au contraire, le moine imite le Seigneur qui a dit : « Je ne suis pas venu faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé » (Jean 6, 38).

Le 3e échelon de l'humilité, c'est d'obéir parfaitement à un supérieur parce qu'on aime Dieu. Par là, le moine imite le Christ qui a voulu obéir jusqu'à la mort (cf. Philippiens 2, 8).

Le 4e échelon de l'humilité, c'est, dans ce chemin de l'obéissance, de s'attacher très fort à la patience dans un cœur silencieux, même quand on commande des choses pénibles ou injustes. C'est aussi de ne pas perdre courage. « Celui qui restera fidèle jusqu'à la fin sera sauvé » (Mt 24, 13). C'est par la patience que les moines accomplissent le commandement du Seigneur au milieu des souffrances et des injustices.

Le 5e échelon de l'humilité, c'est d'avouer humblement à son abbé toutes ses pensées mauvaises et les fautes commises en secret. La Bible nous y invite : « Découvre ta conduite au Seigneur et espère en lui » (Psaume 36, 5).

Le 6e échelon de l'humilité, c'est d'être content de la condition la plus ordinaire. Dans tout ce qu'on lui ordonne de faire, le moine pense qu'il est un ouvrier mauvais et incapable.

Le 7e échelon de l'humilité, ce n'est pas seulement de dire : « Je suis le dernier et le plus misérable de tous », c'est aussi de le croire du fond du cœur.

Le 8e échelon de l'humilité, c'est de faire ce que la Règle commune de son monastère et les exemples des anciens l'invitent à faire, et rien d'autre.

Le 9e échelon de l'humilité, c'est de garder le silence et de se taire jusqu'à ce qu'on soit interrogé. La Bible enseigne : « Quand on parle beaucoup, on n'évite pas le péché » (Proverbes 10, 19).

Le 10e échelon de l'humilité, c'est de ne pas rire trop facilement et pour n'importe quoi.

Le 11e échelon de l'humilité, c'est de parler doucement et sans rire, humblement, avec sérieux, en peu de mots, avec bon sens.

Le 12e échelon de l'humilité, c'est non seulement d'être humble dans son cœur, mais encore de le montrer à tout moment dans son attitude. Dans son cœur le moine répète les paroles du publicain de l'Évangile : « Seigneur, je ne suis pas digne de lever les yeux vers le ciel parce que je suis un pécheur » (Luc 18, 13).

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié