Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 09/11/2015 à 12h42
Par Mézières

je vous approuve "gdunum".

Il aurait mieux valu écrire un article de journaliste, comme "Lyonmag" sait pourtant le faire, notamment pour nous parler des dérives des finances locales.

Ici, on parle des dérives de la SNCF qui ne sait plus quel rail prendre, écartelée entre sa mission classique de service public et l'obligation que lui impose Bruxelles d'être une entreprise privée capable de faire des bénéfices, tout en restant "service d'intérêt économique général" (une sorte de Gorafi ou d'usine à gaz, pour ceux qui déchiffrent la jurisprudence de la Cour de justice de l'Union européenne).

L'article est à refaire, mais quitte à le refaire, autant parler de cette situation ubuesque qui consisterait à "opter pour le TGV" entre Lyon et Bordeaux, donc un parcours à des prix de capitaliste, réservé à une certaine clientèle dorée alors que le Lyon-Vichy-Limoges-Bordeaux encore "en cours de réparation" reste en panne malgré maintes et maintes réclamations des usagers et que l'on ne veut pas avouer la suppression de cette ligne jugée "non-rentable" !

et que dire de cette manière d'équilibrer l'offre des transports entre le train, l'avion, l'automobile, l'autocar dans ce trajet "transversal" qui n'est pas pris seulement que par des ploucs qui ne sont pas forcément là pour "faire des affaires" à Bordeaux et à Paris en ayant, offert par la SNCF en première classe, les dernières annonces du bulletin paroissial des "Echos" !

ll me semblait, qu'en octobre 2013, un comité interministériel des transports avait invalidé la stratégie des "tout-TGV" proposée par la SNCF. Ce n'est déjà plus à jour ?
Pas de doute, il faut revenir au plan "ardente obligation" (général de Gaulle)

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié