Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 13/04/2016 à 10h38
Par Casper

Martin,
Donnez le même budget (je ne parle pas des salaires !) à d'autres institutions privées, parapubliques ou publiques, dont le personnel qualifié, passionné et investi auprès des citoyens travaille réellement sur / avec les écrits philosophiques, littéraires, scientifiques -- et non comme de simples communiquants-producteurs (aussi intéressants que soient les invités) --, en réelle collaboration avec l'ensemble des acteurs culturels locaux et vous verrez à quel niveau de qualité, bien supérieur, on peut aboutir.

Tous les professionnels qui travaillent dans ce domaine savent qu'il n'est absolument pas nécessaire de faire X voyages autour de la planète pour inviter des auteurs étrangers : internet, skype, le téléphone... Ca existe !
En revanche, les avoir lus, bien maîtriser les enjeux, les articulations ou tensions productives / matière à débat entre ces différents écrits... Tout cela peut s'avérer utile pour converser avec ces auteurs à l'autre bout de la planète, sans avoir besoin de prendre un avion, crécher dans un hôtel et payer de bons restaus à New york, Delhi ou je ne sais où...

Sans rien révéler de secret, même certains invités sont réservés sur le sérieux intellectuel de la démarche de la VG ces dernières années. Le simple fait que la VG doive avoir recours à des étudiants, journalistes ou universitaires pour introduire et animer les interventions des auteurs peut interroger la nature des qualifications de son personnel, la manière dont la VG envisage sa propre vocation et ses priorités.

S'interroger sur le "rapport qualité-prix", c'est aussi cela. Le salaire de M. Walter n'est qu'un symptôme d'une dérive plus vaste : l'événementialisme démagogique. Enfin, pour conclure, la qualité, quand on dispose d'un tel budget, ce n'est pas juste de mettre le public en présence de "têtes d'affiche". L'action culturelle ne se résume, fort heureusement pas à cela (!), mais à ce qu'on fait avec ces auteurs connus ou moins connus, avec le public, pour le public.

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié