Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 22/05/2016 à 17h38
Par J. Cigognac

On s'étonne que Wauquiez cherche des poux dans la tête de Guy Walter. Celui-ci avait donné de sérieux gages de tolérance envers la droite et ses structure en rejoignant (en même temps que Marin Karmitz, Jacques Blanc, Henri Atlan et et quelques moindres seigneurs) le très oublié "Conseil de la Création artistique" créé par décret par Sarkozy en 2009. Qu'un être aussi habile à dialoguer avec la diable et le bon dieu, le ying et le yang, le roman et la poésie, les guelfes et les Gibelins (mais toujours dans le plus haut amour de la culture, bien sûr, et en ne pensant qu'à elle, of course) se voit tardivement reprocher son — petit — amour de l'argent et ses maigres compétences de gestionnaire me semble bien injuste. Il fait, dans l'adaptabilité ondoyante, la paire avec Michel Lussault, social-libéral multi-compatible qui demain, n'en doutez point, travaillera avec Nadine Morano aussi bien qu'avec Nathalie Arnaud, et ce pour le plus grand bien de la vulgarisation de la science (humaine), bien entendu. Que crève la Villa Gillet et ses événements culturels absolument dépourvus de tout échappement sur (de tout contact avec) la réalité politique, psychique, sociale et culturelle de la France qui,aujourd'hui, vit, souffre, rit et invente sous nos yeux. Que disparaisse cette vision étriquée, non pas élitiste mais coincée, bornée, de la culture littéraire qui met à la portée des bourgeois lyonnais les grands et petits noms des lettres. Nul besoin de la villa Gillet pour lire Proust, Jim Harrison ou Chantal Thomas. Il y suffit d'une paire d'yeux, à la rigueur assistée d'un bon prof de collège, de lycée, d'un vieux Larousse qui traîne et vogue la galère… Pas d'inquiétude pour Guy, il saura se recaser, chez François Pinault ou au cabinet de Colomb ou dans un poste d'attaché culturel au Maghreb, à New York. Allez, le vertuisme gestionnaire, valeur suprême de nos Dieux du jour, doit passer; tant pis s'il écrase sous son airain les talents de nos provinces: c'est ça, la vertu budgétaire — et ce n'est pas les "socialistes" qui me contrediront ! Il faut les financer les CIR, heures sups des flics épuisés et autres remises en état de centrales nucléaires en fin de course. Comme l'écrit supra "un brin de lucidité", si lyonnais lui aussi à sa manière: "Ce n'est plus le vingtième siècle, notre époque a d'autres priorités plus pressantes que la gabegie associée avec cet organisme sans intérêt aujourd'hui."

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié