Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 03/05/2012 à 10h36
Par timfoxy

Un débat de qualité même si on se doute qu'il ne changera rien aux chiffres des instituts de sondages et aux avis déjà sûrement tranchés de la plupart des futurs votants. D'ailleurs, en regardant les réactions ce matin sur la toile, on voit bien que les sarkozistes restent sarkozistes et vice-versa !



Il y avait une vraie tension du début à la fin ... un débat rarement ennuyeux (rien à voir avec le Chirac/Jospin de 2002 ou le Royal/Sarkozy de 2007) malgré les lancements de chiffres (qui a vérifié les dires des deux candidats sur ce point ?) dans la première partie du débat. Un ami peut enclin aux émissions politiques, et à la politique en général, m'a même dit qu'il s'était pris au jeu et avait regardé jusqu'à la fin.



Même s'il n'en ressort aucun vrai "gagnant", François Hollande s'est tout de suite imposé dans la première partie du débat. Il a notamment mis Nicolas Sarkozy en difficulté sur l'économique et la fonction de président. La deuxième partie était plus partagée avec son lot de petites phrases. Mais excepté sur le vote de la burka et sur les centres de détention, François Hollande a rarement été déstabilisé par un adversaire qui a même paru surpris par la détermination de son partenaire dès le début de l'émission.



Nicolas Sarkozy était plus sur la défensive. Ce qui peut paraître évident vu la fonction qu'il occupe depuis 5 ans ... son adversaire ayant plus de facilité à juge et citiquer. Il n'a réussi à reprendre la main qu'en deuxième partie de débat sur les sujets notés plus haut (burka et centres de détention) et sur la politique extérieur. Il a été de nouveau mis en difficulté sur le droit de vote des étrangers, en montrant qu'il confondait religion et nationalité. L'attaque sur DSK n'a pas été l'un des moments des plus inspirés. Si Mr Hollande a refusé de répondre à une question "chiffre" de Mr Sarkozy, ce dernier a également refusé de répondre à des questions posées à quatre reprises par le candidat PS. J'aurais bien aimé que les journalistes appuient un peu plus à cet instant.

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié