Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 15/11/2017 à 11h49
Par Pigé

Partout en France, les cités ont été abandonnées par la République. Sur ce point de discours, Macron dit vrai.
On laisse une économie parallèle liée aux stupéfiants se développer. Mais il y a toujours une raison aux choses;certains s'imaginent que c'est par faiblesse, que nenni ! C'est une attitude délibérée, mais non avouée bien entendu, il faut que le peuple garde ses illusions. Donc, il s'agit, pensent-ils, d'éviter l'explosion sociale puisqu'on a laissé un énorme chaudron monter en chaleur et en pression.

C'est non seulement une énorme erreur de calcul, on voit bien que ces gens n'ont pas une intelligence collective de caste bien élevée, mais une attitude relevant d'un tribunal d'exception, eux qui les aiment tant pour diluer la justice ; en temps de guerre on parlerait de la cour martiale.
Ainsi, pas question de légaliser le shit ou de rétablir l'ordre républicain dans les quartiers (Macron dit vrai –voyez les réactions outrées à sa droite comme à sa gauche – mais il enfume, il ne fera rien). Les livreurs, les pompiers, quiconque entre dans ces zones de non droit risque l'agression d'autant plus que les guetteurs préviennent en temps réel.

Une erreur de calcul, disais-je. En effet, le peuple commence à se rendre compte de la supercherie, constate que l'ensemble de la ville est livrée aux délinquants et autres tout-puissants, alors que les services publics sont soigneusement démantelés les uns après les autres. Lorsque j'étais gamin, il y avait des flics un peu partout, certains dans des guérites blanches au milieu des carrefours, bâtons lumineux à la main. Ils étaient visibles et respectés.
L'explosion aura lieu à l'extérieur des quartiers, car le peuple est à bout : c'est le retour vers le Moyen-Âge avec la privatisation des profits et la nationalisation des coûts, c'est l'appauvrissement des ouvriers et employés, de la classe moyenne qui jusque-là soutenait les pouvoirs parce que l'espoir que ses enfants vivraient mieux était palpable.

Il suffira d'une étincelle...

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié