Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 10/01/2018 à 09h53
Par QUARTIER ROUTE DE VIENNE LYON 7

Bis répétita !
Ces anarchos libertaires connaissent déjà bien le quartier : ils ont déjà pourri la route de Vienne pendant plus de 6 mois il y a quelques années en squattant plusieurs maisons dont l’une était habitée par une vielle dame hospitalisée.
Plusieurs fois par semaine, le voisinage a dû subir des « Rave Party » dans lesquelles se rendaient plusieurs centaines de personnes. Loin d’être des fêtes entre amis, c’étaient des soirées dont l’entrée était tarifée comme les boissons : possible donc de décrier le capitalisme et le commerce mais cracher sur les revenus c’est une autre histoire.
Ces maisons sont donc devenues une boîte de nuit illégale, non déclarée, en dehors de toutes les règles, avec de l’électricité volée et en méprisant ouvertement le voisinage.
Alcool, stupéfiants, bagarres, absence de WC, tapages… voilà à quoi a été confronté tout ce secteur.
Qu’avait fait la municipalité alors ? On ne sait pas… 6 mois avaient été nécessaires pour mettre fin à ce squat. Le RAID était intervenu au petit matin pour évacuer ces anarchos non pas pour faire cesser les tapages mais surtout pour mettre fin à une situation qui ne pouvait que dégénérer : face à l’immobilisme des autorités sur ce sujet, les voisins étaient à bout et prêts à tout. L’opportunité de l’intervention du RAID fut l’agression sur la voie publique des journalistes de France3 Rhône Alpes et la destruction des enregistrements vidéo.La leçon a-t-elle été retenue ? … Non à priori puisque Bis repetita. On prend les mêmes et on recommence.
Pourtant, à l’époque l’adjointe à la sécurité disait dans un CICA avoir appris de ce type de situation.
Visiblement ce que nous vivons aujourd’hui doit être une révision…
Pauvres de nous riverains…. Et que dire de la façade du bâtiment municipal que ces anarchos squattent et qu’ils ont saccagé avec des tags géants… le tout dans un secteur protégé à vue du Château Lamothe…
Bizarre aussi cette coïncidence : ces deux squats ont lieu dans des bâtiments pour lesquels des projets immobiliers existent…

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié