Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Vous souhaitez signaler un commentaire à Lyonmag

Lyonmag vous permet de signaler les commentaires inappropriés. Voici ci-dessous le commentaire que vous souhaitez signaler. Remplissez le formulaire en dessous pour nous avertir.

Déposé le 26/04/2014 à 10h44
Par franjo

petit historique : en 1984, l'euro de football avait été organisé par la France. A l'époque 8 nations se disputaient le titre, et 15 matchs avaient été organisés au total, dont 2 à lyon, soit 13,33% du total. Sur les 2 matchs à lyon, l'un était une 1/2 finale, l'autre un superbe match de poule attendu par l'europe entière et qui avait attiré la grande foule à gerland : 34.000 spectateurs pour la rencontre Danemark Yougoslavie ! A noter que le stade de gerland comptait à l'époque 51.000 places. Soit un taux de remplissage pour cette partie de 66,67%. Soit encore une affluence inférieure à la capacité actuelle du stade de gerland.
32 ans plus tard, l'euro revient en France avec 24 équipes, 51 matchs dont 6 à lyon (dont une nouvelle 1/2 finale), soit 11,76% du nombre total des matchs.
Superbe progression de l'influence lyonnaise sur l'organisation d'un évènement sportif international !!! Et tout ça grâce à un stade privé tout neuf de 400 M€ (en partie financé et garanti par les finances publiques, tellement en forme à notre époque), auquel les spectateurs pourront accéder grâce à des infrastructures et des accès dédiés entièrement financés par l'état et les collectivités locales pour un montant de plus de 300 M€.
Comme en 84, aucun match de l'équipe de France n'aura lieu à lyon, sauf si notre équipe nationale se qualifie pour les 8èmes de finale en terminant première de sa poule.
A noter que, si elle termine 2ème de sa poule, l'équipe de France affrontera donc un adversaire théoriquement plus fort qu'elle, mais elle pourra alors compter sur le soutien incomparable du public stéphanois, puisque son 8ème de finale se déroulera au stade Geoffroy Guichard.
Les organisateurs français ont donc tout prévu pour permettre à l'équipe nationale d'aller le plus loin possible dans la compétition : si tout va bien, un match facile aura lieu à lyon, mais si ce n'est pas le cas, alors la session de rattrapage s'effectuera dans un stade mythique, bien qu'entièrement rénové, et devant le meilleur public de France (enfin, c'est ce qui se dit).
A la lecture de tous ces chiffres, on peut constater la clairvoyance respective des décideurs locaux lyonnais et stéphanois : d'un côté un projet de nouveau stade privé à 700 M€ (dont au moins la moitié financée par les finances publiques), et de l'autre une rénovation (fort bien faite) d'un stade historique et très bien placé à proximité du centre ville, pour un montant 10 fois plus faible.
Le tout pour le résultat suivant : 6 matchs d'un côté (soit 58 M€ d'argent public par match - 350 M€ / 6), et 4 de l'autre (soit 17,5 M€ d'argent public par match - 70 M€ / 4).
Ce qui fait malgré tout très cher pour organiser un match de football. Pensons à tout ce qui aurait pu être entrepris pour le développement de notre région avec tout cet argent déversé sur le foot (un sport pratiqué par des millionnaires devant des prolétaires) !
Dernier point : le stade de saint-etienne est et reste public, celui de lyon appartiendra lorsqu'il sera terminé, à une entreprise privée qui continuera néanmoins à bénéficier gratuitement des infrastructures et accès généreusement financés par les contribuables.
Les anti-stéphanois primaires ici présents nous parlerons de simple bon sens paysan !!!

Formulaire de signalement de commentaire inapproprié