Lyon : la grève du nettoyage à la gare de Perrache a pris fin

Lyon : la grève du nettoyage à la gare de Perrache a pris fin
Les déchets s'accumulaient cette semaine à Perrache - LyonMag

Un accord a été trouvé ce vendredi.

C’est donc la fin de la grève débutée il y a 11 jours par les agents de nettoyage de la gare de Perrache, dans le 2e arrondissement de Lyon.

Le mouvement trouvait son origine dans les tensions entre les salariés de la société de nettoyage Arc-en-Ciel et un agent de la Métropole de Lyon qui supervisait leur travail avec des méthodes jugées très limites. Selon eux, cet agent surveillerait constamment les prestataires avec des caméras de sécurité et en prenant des photos. De plus, il serait l'auteur d'humiliations, notamment en interdisant aux travailleurs de fournir des renseignements ou de parler aux passagers. Enfin, il empêcherait l'installation d'équipements pourtant préconisés par la médecine du travail. Plusieurs plaintes ont été déposées et certains accusent même l'agent métropolitain de racket.

Les grévistes réclamaient "le retrait du site de leur harceleur" et la "fin immédiate des pratiques d’ingérence de la Métropole dans leur travail".

En plus du départ de l’agent problématique, les grévistes d’Arc-en-Ciel ont obtenu de leur direction ce vendredi le paiement de leurs 11 jours de retrait. Durant cette période, les déchets s’accumulaient dans des proportions inquiétantes à la gare routière de Perrache.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
John-6900 le 19/06/2021 à 14:07

On en parle des déchets partout les gens sont donc si bête il pourrait jetter ailleurs

Signaler Répondre

avatar
Zig @limites: le 19/06/2021 à 04:31
limites a écrit le 18/06/2021 à 23h21

méthodes jugées très limites.. Lesquelles ?

Méthodes limites:

"... cet agent surveillerait constamment les prestataires avec des caméras de sécurité et en prenant des photos. De plus, il serait l'auteur d'humiliations, notamment en interdisant aux travailleurs de fournir des renseignements ou de parler aux passagers. Enfin, il empêcherait l'installation d'équipements pourtant préconisés par la médecine du travail. Plusieurs plaintes ont été déposées et certains accusent même l'agent métropolitain de racket... "

Si pour vous cela est normal, je n'aimerais pas être votre employé !

Signaler Répondre

avatar
limites le 18/06/2021 à 23:21

méthodes jugées très limites.. Lesquelles ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.