Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Henri Kichka, rescapé de la déportation, guide les élèves dans le camp de Birkenau

Auschwitz, un voyage scolaire pas comme les autres

Henri Kichka, rescapé de la déportation, guide les élèves dans le camp de Birkenau

Jeudi, 149 collégiens de 3e issus de 15 collèges du département ont visité, à l'invitation du Conseil Général du Rhône, les camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz et Birkenau en Pologne.

Les camps de la mort ne sont pas une classe verte. Le voyage se prépare en amont. Un travail sur la déportation, le nazisme et la situation de l'époque est nécessaire. Les 15 collèges ont été sélectionnés au regard d'un dossier qu'ils ont fait parvenir au Conseil Général. La visite commence au camp d'Auschwitz I, situé à une heure de Cracovie. A cette période de l'année, il y a de la neige, et il fait 0, ou -1. C'est dans ce camp, dont l'entrée est marquée par la célèbre inscription « Arbeit macht frei » (le travail rend libre) que les chambres à gaz sont nées. Ce camp étant une ancienne caserne de l'armée polonaise, il donne l'impression d'un petit village agencé en bâtiments semblables, à ceci près que le site est entouré d'une double rangée de barbelés électrifiés. « C'est difficile de s'imaginer la vie dans le camp à l'époque. Heureusement que le rescapé est là, quand il raconte son histoire, ça existe, c'est réel » explique Lisa du collège Le Bassenon à Condrieu. La visite de la chambre à gaz numéro 1 est éprouvante. Au plafond deux orifices d'où les SS lâchaient le Zyklon B, le gaz mortel. Le mur de béton est lardé de traces d'ongles laissées par les détenus gazés. « On les imagine s'accrocher, crier, puis tomber, morts. C'est horrible » lâche Maxime, du collège Evariste Gallois de Meyzieu. Vient ensuite le four crématoire voisin, une petite pièce sombre. Le four en lui-même ressemble à un four à pizza, mais quand Henri Kichka, le survivant belge qui accompagne le groupe rose (chaque groupe a sa couleur), calot rayé et numéroté de détenu sur le crâne, s'en approche, se retient sur la rampe d'acier dans laquelle étaient glissés les cadavres et prend la parole, il n'y a plus un bruit. « Vous avez de la chance d'avoir des sépultures, des tombes où venir vous recueillir sur les gens de votre famille qui ont disparu. Moi je n'ai rien. Ce four est tout ce qu'il me reste. Tous ceux des miens qui ont été tués ici y sont encore. Certainement ne reste-t-il rien d'eux. » Les élèves sont tétanisés. Certains, comme Lisa, ont les larmes aux yeux. « Quand il raconte ça devant le four, c'est vraiment dur. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer ici quand on sait à quoi servaient ces pièces » réagit Emilie de Condrieu. « Les chambres à gaz, j'ai beaucoup de mal avec ça, ça me dérange. Je trouve ça tellement lâche de tuer des gens ainsi ! » lance le jeune Hamid, visiblement affecté.

Les élèves de Condrieu et Meyzieu et leur guide à l'entrée d'Auschwitz ILes élèves de Condrieu et Meyzieu et leur guide à l'entrée d'Auschwitz I

La visite se poursuit dans les baraquements. « C'est dommage qu'ils soient chauffés et repeints. On a presque l'impression que c'était confortable » explique Claude Bloch, un déporté lyonnais arrêté en 1944 par Paul Touvier en personne et qui a séjourné plusieurs mois entre ces murs. Derrière des vitrines sont exposées des montagnes de cheveux retrouvés à la libération du camp en 1945. « Ces masses de cheveux, ce sont des restes humains, leur corps est encore un peu là, on a l'impression de les sentir présents » raconte Lisa, les larmes aux yeux. Ce vestige est très visuel, tout comme les piles de chaussures, de bagages, d'ustensiles de cuisine, de lunettes, de prothèses, de brosses à dents. C'est souvent là que craquent certains. C'en est trop pour une jeune fille de Condrieu, elle sort en pleurant, réconfortée par son professeur. A l'étage, les accompagnatrices qui sont mamans restent longtemps, comme pétrifiées, devant les petites chaussures d'enfant et les poupées exposées. Celles et ceux à qui ces objets appartenaient sont morts, gazés à 3, 4, 10 ans, dès leur arrivée. « Toutes ces affaires personnelles entassées, c'est vraiment dur à voir, surtout quand on sait ce qui est arrivé à leurs propriétaires » se confie Ana de Meyzieu. Auschwitz I est composé de baraquements en briques rouges, on les appelle les blocks. Le Block 11 est surnommé le "bloc de la mort". Les SS y jugeaient sommairement des détenus. Dans la cour, au fond, le mur des fusillés. Les fenêtres adjacentes sont comblées. Au sous-sol, des cellules. « Ce qui m'a le plus marqué c'est cette prison raconte Can Ozan, élève à Meyzieu. Dans certaines cellules ils devaient rester debout... » En effet, une série de cellules en forme de cheminée dans lesquelles les tortionnaires nazis laissaient mourir les prisonniers, debout par 4 dans 1m² fait forte impression. Plus loin une plaque indique que le Zyklon B a été « testé » ici pour la première fois sur des prisonniers soviétiques et des détenus malades. Dans une autre, un déporté a gravé un Christ au mur, à côté c'est un curé qui s'est dénoncé en lieu et place d'un codétenu qui est mort. Ce Block 11 laisse une impression de musée de l'horreur. Dans une salle à disposition des officiers SS trône le portrait d'Hitler....

 

Dans les barbelés, Auschwitz IDans les barbelés, Auschwitz I

Birkenau, l'horreur industrialisée

Après un déjeuner rapide dans un centre inter-religieux d'échanges, direction Auschwitz II - Birkenau, à 3 kilomètres de là. D'emblée on reconnaît cette tristement célèbre entrée avec ce long bâtiment sous lequel passent les rails. Derrière, 170 hectares de camp. « C'est le plus impressionnant. C'est tellement grand qu'on a du mal à se rendre compte que tout ça était construit pour tuer. » Lisa n'en revient pas, ses yeux sont toujours rougis par l'émotion. Ici tout était fait de façon à organiser la mort de façon industrielle. Les rails coupent le camp en deux. Dès la descente des wagons à bestiaux, les détenus étaient triés, dirigés arbitrairement soit vers les chambres à gaz du fond, soit vers les baraquements. La visite d'Auschwitz II est la plus éprouvante. Il fait froid, c'est si grand qu'il faut souvent marcher longtemps. Et là, les baraquements sont en bois. Dans l'un d'entre eux les lits superposés sur 3 étages sont restés. Henri Kichka raconte comment s'y passait la vie. « Ce qui me choque c'est qu'ils étaient tellement faibles, en pyjama par -30 degrés, affamés. Ils n'avaient même pas la force d'aller aux toilettes et s'urinaient dessus et sur leurs voisins du dessous ». Ces « chambres » ont profondément marqué Héloïse, en 3e à Meyzieu. Le survivant raconte que tous les matins les détenus écrasaient les poux qui les mordaient et leur transmettaient des maladies. Mais au-delà des chambres à gaz, au-delà des fours, des cellules, ce sont les latrines qui ont unanimement choqué les élèves. « Les toilettes c'est la base raconte le jeune Maxime. Là ils devaient tous se mettre les uns à côté des autres, dans le froid. C'est très dur. » Ces toilettes impressionnent beaucoup les élèves, surtout quand le rescapé explique que ces longues rangées de béton percées de trous distants de 5 cm étaient vidées à la louche par des détenus et que beaucoup d'entre eux mourraient en faisant leurs besoins. Les enfants ont du mal à encaisser ce récit. Eux qui sont dans l'âge où la prise de conscience du corps et la notion d'intimité commencent à se développer ne conçoivent tout simplement pas que des êtres humains puissent être traités ainsi. Ils ont entre 14 et 15 ans, mais pour François Mans, professeur d'Histoire au collège de Condrieu ils sont en âge de voir cela: "ce n'est pas horrible à voir puisqu'il faut quand même s'imaginer les scènes. Certains des témoignages de résistants ou de déportés que nous recevons dans notre établissement les marquent plus car c'est peut-être plus concret. Ceci dit plusieurs de mes élèves ressentent presque de la honte à ne pas pleurer devant  le spectacle de ce camp. "

Les collégiens découvrent le Zyklon BLes collégiens découvrent le Zyklon B

La visite s'est terminée au fond du camp d'Auschwitz II, près des ruines des chambres à gaz jumelées aux crématoires que les nazis ont fait sauter avant de prendre la fuite. Les 15 classes y ont rendu hommage aux victimes, plus d'1,1 million selon les estimations difficiles à affiner, en lisant des textes après avoir déposé une gerbe et des bougies. Ces textes, tirés de récits de déportés connus, comme Primo Levi et Hélie Wiesel, ou d'inconnus, sont lus par un élève aux côtés des survivants qui les ont accompagnés. L'une d'entre elle dit un couplet de « Nuit et brouillard » de Jean Ferrat, qui prend évidemment une toute autre dimension en ce lieu. Certains, comme la représentante du collège Saint-Charles de Rillieux-la-Pape ont choisi de lire des messages qu'ils ont écrits eux-mêmes : « Pour que cet univers ne soit plus jamais possible, à nous, citoyens d'aujourd'hui et de demain, de relayer le message des survivants et d'incarner les valeurs humaines ». La minute de silence qui suit est respectée dans un recueillement unanime, les visages sont marqués par la puissance du sentiment de dégoût qu'inspire Auschwitz-Birkenau.

 

« Je suis très fière des élèves, ils ont été exemplaires » conclut Danielle Chuzeville, la vice-présidente du Conseil Général, dans un sentiment partagé par les 15 chefs d'établissement et les professeurs accompagnateurs. Dans l'avion du retour, tout le monde relâche un peu la pression. Contrairement au voyage aller, les élèves crient et applaudissent chaleureusement le décollage et l'atterrissage. « J'en ai beaucoup qui prenaient l'avion pour la première fois ! » explique Marie-Josée Laprée, la principale du collège Marcel Dargent à Montplaisir. « Ils ont raison, la vie doit continuer » lui répond le témoin Claude Bloch. Place maintenant à l'exploitation pédagogique du voyage. Certains groupes vont en tirer des films, d'autres des livres, tous vont en discuter en classe avec leurs camarades restés en France. « J'espère que je pourrais trouver les mots pour leur expliquer ce que j'ai vu ici » s'inquiète Hamid. La tâche n'est effectivement pas aisée, car Auschwitz se passe de tout commentaire, la visite se suffit à elle-même. Et pourtant, ils devront mettre des mots sur leurs sensations. Ce qui est sûr, c'est que ce voyage restera longtemps gravé dans leurs mémoires


Commentaires 4

Déposé le 17/01/2011 à 19h44  
Par Yvan, de Lyon. Citer

Je suis content que ces jeunes, aient pu faire ce voyage. Voyage indispensable au moins une fois dans sa vie, d'homme et femme. J'espère pouvoir le faire un jour. Je ne connait pas, le détail du montage financier pour organiser ce voyage. Dans l'hypothèse où les finances publiques y ont contribuer pour beaucoup, c'est une excellente chose.

Déposé le 17/01/2011 à 07h38  
Par anais Citer

comparer même pour expliquer les fourS crématoireS à des fours a pizzas c'est douteux non?

Déposé le 15/01/2011 à 17h27  
Par Morticia Citer

C'est une dure, mais belle expérience. En terminale, nous étions allés au camp de concentration de Mathausen et d'autres lieux poignants de cette horrible période. J'en garde un souvenir impérissable.

Déposé le 15/01/2011 à 10h52  
Par frédéric jaskula Citer

bonjour, j'ai lu votre article tré interressent bien sur moi j'ai 34 ans et depui tout jeune j'aimerais y aller mais sans permi c'est dur dur je recherche un genre de voyage organiser sur la règion ardeche je suis de ruoms merci de me contacter si il a un voyage

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.