Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

photo d'illustration - Lyonmag.com

L’homme écroué pour viols à Lyon était un chauffeur clandestin

photo d'illustration - Lyonmag.com

L’homme de 34 ans, mis en examen et écroué pour avoir violé deux femmes à Lyon, n’utilisait pas l’application de transports entre particuliers Heetch.

C’est ce que laissaient pourtant penser les premiers éléments de l’enquête. Mais l’audition d’une des deux victimes présumées a permis à la police d’en savoir plus sur les heures qui ont précédé le viol.

 

L’étudiante de 19 ans aurait d’abord commandé un voyage via l’application Heetch à la suite d’une soirée en boite de nuit, avant d’annuler. Elle aurait finalement choisi de monter dans une autre voiture, celle du suspect donc, qui se livrait à des courses clandestines. L’homme aurait alors violé la jeune fille après l’avoir raccompagnée chez elle. Ce mode opératoire aurait déjà été utilisé dans une autre affaire de viol, remontant au mois de janvier. Mais le suspect conteste les faits de viols et de violences.


Commentaires 6

Déposé le 20/05/2016 à 02h58   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par nicolas Citer

Merci uber tu vole l'argent des taxi en embauchant des delinquants secuelles. C vrai sie les taxis soit parfois un peu chiant mais eux travaillent dur et payent des chargent en France pour nos écoles et hôpitaux... Soient gratuit

Déposé le 19/05/2016 à 10h16  
Par oui Citer

un brin de lucidité a écrit le 18/05/2016 à 21h03

Anarchie en France, grâce à la déréglementation à outrance sous l'égide de Macron et ses émules. Prochainement -- sciure dans le pain pour ajouter des fibres et faire des économies aux boulangers, par exemple.

c'est vachement bon la sciure !

Déposé le 18/05/2016 à 21h03  
Par un brin de lucidité Citer

Stefciu a écrit le 18/05/2016 à 14h52

C'est faux, elle avait commandé un Uber ( ce que personne ne veut dire ) et elle est montée dans la voiture qui était devant la boite, en confiance le chauffeur, un habitué des lieux, discutait avec les vigiles.
Le racolage des clientes par des VTC, Heetch, Uber, particuliers .... sur la voie publique est habituel et personne ne sait qui se trouve dans la voiture . Un vrai ? Un faux ?
Aujourd'hui il suffit de louer une grosse berline et de se promener dans les rues en racolant les filles . Facile surtout quand elle sont éméchées.

Ubérisation et Macronisation sont les deux mamelles de la France .Ce n'est que le début d'une longue série en attendant un meurtre ce qui arrivera un jour.

Anarchie en France, grâce à la déréglementation à outrance sous l'égide de Macron et ses émules. Prochainement -- sciure dans le pain pour ajouter des fibres et faire des économies aux boulangers, par exemple.

Déposé le 18/05/2016 à 19h48   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par ProTaxi Citer

Si la profession de taxi est autant reglemente et encadre c'est justement pour eviter que ce genre de drame arrive.

Déposé le 18/05/2016 à 18h46  
Par youssef Citer

Un migrant chauffeur ?

Déposé le 18/05/2016 à 14h52  
Par Stefciu Citer

C'est faux, elle avait commandé un Uber ( ce que personne ne veut dire ) et elle est montée dans la voiture qui était devant la boite, en confiance le chauffeur, un habitué des lieux, discutait avec les vigiles.
Le racolage des clientes par des VTC, Heetch, Uber, particuliers .... sur la voie publique est habituel et personne ne sait qui se trouve dans la voiture . Un vrai ? Un faux ?
Aujourd'hui il suffit de louer une grosse berline et de se promener dans les rues en racolant les filles . Facile surtout quand elle sont éméchées.

Ubérisation et Macronisation sont les deux mamelles de la France .Ce n'est que le début d'une longue série en attendant un meurtre ce qui arrivera un jour.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.