Rhône : un ancien candidat FN condamné pour injure raciste envers Christiane Taubira

Rhône : un ancien candidat FN condamné pour injure raciste envers Christiane Taubira
Christiane Taubira - LyonMag

Le 18 juillet 2014, Michel Sokoloff avait planté un panneau tricolore avec l'inscription "J'aime la guenon, pas Taubira".

Une mention qui se voulait militante pour l'ancien candidat FN aux départementales 2015.

Devant le tribunal correctionnel de Villefranche où il était jugé mardi pour injure publique envers un particulier en raison de sa race ou de son origine, l'habitant du Beaujolais a expliqué avoir voulu soutenir la militante frontiste condamnée pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe. Mais il a réfuté avoir souhaité reproduire le même parallèle.

SOS Racisme s'était portée partie civile lors de ce procès.

Michel Sokoloff a écopé d'une amende de 800 euros, dont 400 avec sursis.

Tags :

taubira

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
patriote le 05/06/2016 à 13:40

Par contre assimiler JMLP à un porc et Marine LE PEN à une truie , ça c'est autorisé !

Signaler Répondre

avatar
Antifous le 03/06/2016 à 19:53
Terreur a écrit le 03/06/2016 à 15h09

Le régime de la terreur est revenu avec les socialistes !!

Le National socialiste,Hans VALLS et son führer Hollande ne sont pas si méchant. Mais, ils aiment pas qu'on les contrarient ,sinon ils se fâchent. Gouverner avec 10/100 de satisfait ,il faut le faire,sans démissionner ,c'est gonflé. Vive la démocratie!

Signaler Répondre

avatar
vilaine le 03/06/2016 à 17:26
Ouarf a écrit le 03/06/2016 à 15h45

Que l'extrême droite goûte à la milice du régime socialiste, c'est exquis.

vous avez raison on devrait être libre d'insulter de gueunon et de chienne toutes celles qui nous enquiquinent !! NON MAIS

Signaler Répondre

avatar
Ouarf le 03/06/2016 à 15:45

Que l'extrême droite goûte à la milice du régime socialiste, c'est exquis.

Signaler Répondre

avatar
Terreur le 03/06/2016 à 15:09

Le régime de la terreur est revenu avec les socialistes !!

Signaler Répondre

avatar
lol le 03/06/2016 à 14:28
pseudo propre a écrit le 03/06/2016 à 14h14

Que de repris de justice au front nazional....

être délinquant c'est presque un pré requis pour l'extrême droite, gabriac, benedetti et consorts en savent quelque chose

Signaler Répondre

avatar
pseudo propre le 03/06/2016 à 14:14

Que de repris de justice au front nazional....

Signaler Répondre

avatar
Cecile le 03/06/2016 à 13:33
rusty83 a écrit le 03/06/2016 à 10h18

La "derive" ?; vous la prônez dans vos commentaires

Dire se qu'on pense quand on a plus le droit de parler,c'est etre courageux ,dans cette démocratie totalitaire et vendue.

Signaler Répondre

avatar
rusty83 le 03/06/2016 à 10:18
lol a écrit le 03/06/2016 à 09h58

Oui ce sont les heures les plus sombres de notre Histoire qui reviennent nous hanter. On se croirait sous Goebbels !

Ou va ce pays si l'on ne peut plus traiter son prochain de singe, voire de gueunon ? Je vous le demande !

La "derive" ?; vous la prônez dans vos commentaires

Signaler Répondre

avatar
lol le 03/06/2016 à 09:58
Sophie M. a écrit le 03/06/2016 à 09h41

Quand on n'est pas du" bon coté politique", mieux vaut s'abstenir de tout commentaire.

Les "comiques" style Bedos peuvent tout se permettre, mais le commun des mortels doit se taire dans un pays de "liberté d'opinion" uni latérale.

Nous sommes revenus au temps du Stalinisme exacerbé.

Oui ce sont les heures les plus sombres de notre Histoire qui reviennent nous hanter. On se croirait sous Goebbels !

Ou va ce pays si l'on ne peut plus traiter son prochain de singe, voire de gueunon ? Je vous le demande !

Signaler Répondre

avatar
Sophie M. le 03/06/2016 à 09:41

Quand on n'est pas du" bon coté politique", mieux vaut s'abstenir de tout commentaire.

Les "comiques" style Bedos peuvent tout se permettre, mais le commun des mortels doit se taire dans un pays de "liberté d'opinion" uni latérale.

Nous sommes revenus au temps du Stalinisme exacerbé.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.