Soupçonnée du meurtre de sa tante, une ancienne élue obtient un non-lieu

Soupçonnée du meurtre de sa tante, une ancienne élue obtient un non-lieu
L'affaire n'est pas prête de passer en cour d'assises - LyonMag

Josée Michelle Aïbar ne passera pas par la cour d'assises.

Josée Michelle Aïbar - DR
Josée Michelle Aïbar - DR
Unique suspecte dans la mort mystérieuse de sa tante en 2014, cette ancienne élue de Saint-Priest a récemment bénéficié d'un non-lieu selon le Progrès.


Le procureur de la République, face à l'absence de preuves et d'éléments nouveaux dans l'enquête close depuis un an, a décidé de ne pas faire juger Josée Michelle Aïbar, qui était sous contrôle judiciaire après une courte période d'incarcération.


Démissionnaire de son mandat d'élue municipale dans la majorité, la San-Priote a toujours nié avoir tué sa tante âgée de 85 ans.
Cette dernière avait été retrouvée morte dans son appartement, la piste criminelle est évidente puisqu'elle présentait des traces de coups violents et létaux sur le crâne.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
tartanpion le 15/11/2016 à 10:57

Ce n'aurait pas été une élue elle serait en prison depuis longtemps

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.