Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Steed Malbranque - Photo DR

OL : Standing ovation pour Malbranque

Steed Malbranque - Photo DR

Après dix ans passés en Angleterre et une année sabbatique, Steed Malbranque a été le grand homme du match OL-Valenciennes (3-2), samedi au stade de Gerland qui lui a réservé une "standing ovation" bien méritée après la grande performance qu’il a livrée.

Recrutement à mini-prix pour un rendement maximum : l’Olympique Lyonnais ne nous avait pas habitué à cela ces dernières années. Mais, pour le coup, le club a eu le nez creux en tentant ce pari de faire revenir un joueur qu’il avait formé avant d’être lancé dans le grand bain des professionnels par Bernard Lacombe, alors entraîneur, en février 1998.
Après avoir joué 110 matchs avec l’OL et gagné la coupe de la Ligue en 2001, il a tenté sa chance à Fulham au travers de l’un des premiers gros transferts du club sur des jeunes issus de l’académie à l'image de Giuly, Maurice, Kanouté (51 millions de francs, 7,77 millions d’euros).
En Angleterre, à Fulham, Tottenham et Sunderland, il a livré plus de 400 matchs professionnels passant au travers de l’équipe de France de manière incroyable lorsque l’on voit le niveau qu’il a pu afficher face à Valenciennes après une année sans jouer...
On pouvait légitimement douter qu’il puisse remplacer avantageusement Kim Källström (94 sélections avec la Suède), transféré au Spartak Moscou, mais s’il maintient ce degré de performance, Malbranque sera finalement un très bon substitut (avec sans doute un bagage technique supérieur) et va reléguer Gueida Fofana sur le banc.
"Jouer 300 matches de Premier League, c’est quelque chose, d’autant qu’il a joué dans de bons clubs", a souligné Rémi Garde en fin de rencontre.
"Sa carrière en Angleterre n’a pas eu, en France, l’éclairage mérité et si les Anglais avait assisté à la rencontre, il aurait été élu man of the match" assure encore l’entraîneur de l’OL.
Ce dernier s’est montré néanmoins surpris de la performance de sa recrue après une si longue absence des terrains.
"Il a apporté ce que j’espérais de lui, de la clairvoyance et de la spontanéité, de la maturité aussi. Il nous permet de ne pas perdre trop vite le ballon dans des phases de jeu où nous avons besoin de plus de contrôle", poursuit Garde qui l’avait "senti très motivé cette semaine".
Pour le reste de ce match contre Valenciennes, l’Olympique Lyonnais a pu s’appuyer sur l’efficacité de son milieu de terrain composé de Malbranque, mais aussi d’un très actif Maxime Gonalons et de Clément Grenier, impliqué sur le premier but, qui a amené le penalty accordé à Lacazette avant d’inscrire lui même le 3e but, son premier en pro, d’un beau tir du gauche.
Devant, Michel Bastos et Bafétimbi Gomis, des "dinosaures" que JMA a cherché à faire partir tout l’été pour assainir les finances et réduire la masse salariale, ont inscrit leur 3e but en quatre journées et prouvé qu’il fallait encore compter sur eux.
Enfin, hormis sur le premier but de Valenciennes, où son hésitation à sortir a sans doute été fatale, Rémy Vercoutre, désigné comme successeur de Hugo Lloris, a livré une performance honorable et plusieurs de ses interventions, notamment dans le dernier quart d’heure, ont permis de préserver la victoire.

S.V.



Tags : dossier ol | ol | olympique lyonnais | Lyon | steed malbranque | valenciennes | Ligue 1 | aulas | rémi garde |

Commentaires  

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.