Un espace Tigre Yoga ouvre au Grand Hôtel-Dieu

Un espace Tigre Yoga ouvre au Grand Hôtel-Dieu
DR

Trois ans déjà qu’Elodie Garamond a entendu parler du Grand Hôtel Dieu pour y ouvrir son Tigre yoga lyonnais.

A l’époque, la commerciale de l’agence qui commercialise l’espace de l’Hôtel-Dieu est une mordue de yoga. Elle connait la marque Tigre qui s’est déjà implantée à Neuilly et Paris. Elle en parle donc à Elodie Garamond qui se souvient : "J’étais en recherche de lieux inspirants. Le Grand-Hôtel Dieu, dans la deuxième ville de France, en fait partie. Et je connaissais déjà Lyon pour y avoir eu un amoureux".

Elodie Garamond n’en est pas à son coup d’essai. Des Tigres yoga, elle en a ouvert dans des hôtels prestigieux, à Deauville ou Monaco. Mais à Lyon l’aventure est un peu différente : même si les clients de l’hôtel InterContinental auront accès au spa et hammam de ce Tigre situé sous les allées du Grand Cloître (la seule encore belle partie de ce Grand Hôtel-Dieu) l’espace n’appartient pas à l’hôtel. Donc tous les Lyonnais peuvent venir prendre des cours collectifs de yogas aux noms exotiques dans la salle du premier étage, ou de Pilate dans celle du rez-de-chaussée.

Le tout est éclairé par une verrière qui donne sur les façades ouest du bâtiment. En sous-sol des salles de massage (dont une pour couple) pour relaxation après l’usage d’appareils de torture high-tech officiellement baptisés fitness. En plus d’une gigantesque machine à Pilate utilisable uniquement avec un coach. On peut payer par séance, par carnet de dix (280 euros) ou, peut-être, acquérir une carte illimitée. Et ainsi devenir un tigre à Lyon.

"Le tigre est le symbole de la sagesse et de la force", explique la créatrice du concept de cet espace art de vivre yoga qui ne cesse donc de déposer des portées dans les lieux chics de l’hexagone. Ce n’était pas gagné au départ, et le monde un peu conservateur du yoga a froncé les sourcils en découvrant cette jeune femme qui n’avait pas de studio à elle et qui se permettait d’ouvrir un espace aussi complet.

Mais pour Elodie Garamond c’est de l’histoire ancienne, elle se prépare maintenant à savourer à Lyon le succès de son nouveau félin.

@lemediapol

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Alain 2 le 01/06/2019 à 19:55

Les bobos seront contents.

Signaler Répondre

avatar
Ah, ça ira, ça ira... le 31/05/2019 à 18:05

Et bim, encore un projet qui privatise l'Hôtel Dieu pour les nantis !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.