Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Image d'illustration - LyonMag

L’Olympique Lyonnais devant la justice pour discrimination

Image d'illustration - LyonMag

Régulièrement encensé pour la réussite de sa section féminine, l'OL était assigné en référé ce lundi pour une affaire de discrimination.

Seuls les deux avocats étaient présents à l'audience. Ce lundi, l'Olympique Lyonnais passait devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon, après la plainte d'une adolescente entrée au centre de formation du club, à l'âge de 15 ans.

 

En juin 2018, la jeune fille dit avoir été obligée de quitter le centre de formation. Selon son avocat, elle aurait été poussée vers la sortie pour une toute autre raison que ses capacités footballistiques. Peu avant cette décision, elle avait accusé son entraîneur d'abus sexuel envers elle et certaines de ses coéquipières des U16. L'entraîneur avait par la suite démissionné et aucune procédure n'avait été engagée.

 

Selon Maître Slim Ben Achour, ce renvoie est étroitement lié à ce scandale présumé, l'OL ayant repéré la jeune fille dès ses 12 ans et ayant fait l'éloge de ses compétences. A la barre, l'avocat de l'adolescente a dénoncé également le manque de conventions de formations et de contrats. Autant de documents dont disposent les garçons et qui font défaut aux jeunes filles du même âge.

 

Des accusations infondées, selon l'OL : "Il n’y a pas qu’un monde, mais deux", a accentué l'avocat du club. Il y a la Fédération Française de Football (FFF) dont dépend le foot féminin, et la Ligue du Football Professionnel (LFP) qui ne comprend que des hommes. Selon l'avocat, les contrats proposés aux garçons ne concernent que le football professionnel "ce statut appartient aux joueurs et pas aux joueuses". Le club reconnaît la différence de traitement, mais elle serait justifiée : "une différence de traitement est instituée dans les textes".

 

"Il n'a jamais été question de promettre un avenir de trois ans pour la jeune fille (…) recrutée dans un cadre amateur et pas professionnel". Et le club de se justifier : la jeune fille ne correspondait pas aux critères et aux capacités attendues. Une trace de ses suivis réguliers de 2017 à 2018 a été confiée aux juges et révèlerait des difficultés sur le plan comportemental et technique.

 

Le jugement a été mis en délibéré à vendredi.



Tags : olympique lyonnais | discrimination |

Commentaires 1

Déposé le 23/07/2019 à 09h20  
Par Ali Diaw Citer

Des filles qui se mettent au foot ne peuvent que devenir aussi arrogantes et bêtes que les garçons footeux.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.