Lyon : l’école Victor Hugo ouvre son gymnase pour accueillir des enfants qui dorment dans la rue

Lyon : l’école Victor Hugo ouvre son gymnase pour accueillir des enfants qui dorment dans la rue
Photo d'illustration - LyonMag.com

Le collectif « Jamais sans toit » alerte sur la situation de cinq enfants scolarisés à l’école Victor Hugo, dans le 1e arrondissement de Lyon.

"Ils dorment sur des trottoirs, dans des gares ou sous des tentes", fait savoir Chloé Gendreau, enseignante et membre du collectif « Jamais sans toit ». Pour lutter contre les conditions de vie difficiles de certains élèves, issus de familles demandeurs d’asile, l’établissement a ouvert son gymnase pour héberger temporairement ces enfants.

Certains vivent dehors depuis quelques mois. Pour d’autres, cela fait deux ans. Parmi ces familles, une femme est enceinte de 5 mois et une autre est atteinte d’une leucémie : "ces familles sont enregistrées comme étant demandeur d’asile. Tout est en règle pour eux et ils sont pas logés parce qu’on leur dit qu’il n’y a pas de place dans les centres pour demandeurs d’asile", explique Chloé Gendreau, bénévole et qui reproche à l’État de ne pas agir.

D’autres cas dans la métropole

Pourtant, le collectif « Jamais sans toit » reste persuadé qu’il reste des places disponibles : "l'État doit les loger. (…) on demande simplement à ce que la loi soit appliquée." L’association rappelle également que la loi stipule que « toute personne en situation de détresse a accès à tout moment à un hébergement d’urgence »

Ces enfants ne sont pas des cas isolés. D’autres établissements recensent en effet le même problème. C’est le cas à Vaulx-en-Velin, tout comme à la Croix-Rousse et dans le 3e arrondissement de Lyon.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Parti de Loi et d'Ordre le 16/10/2019 à 07:57
anonyme du jour a écrit le 15/10/2019 à 20h45

des fonctionnaires qui détournent des biens publics, vous parlez des assistants parlementaires du RN ?

Le Parti de Loi et d'Ordre n'est pas à confondre avec les incompétents qui pullulent dans le RN. Notre modèle tire inspiration de la République de Chine Populaire, voire les juntes en Amérique du Sud aux années 1970.

Signaler Répondre

avatar
cleret_ le 15/10/2019 à 23:22
Calahann a écrit le 14/10/2019 à 17h15

Excellente initiative et faut que ça donne du repos aux enfants et aux parents dépourvus de solutions dans cette ville qu'on nomme " La Bourgeoise ".

Surtout cette horrible Croix Rousse, friquée jusqu'à en gerber.

Signaler Répondre

avatar
soiphrevin28 le 15/10/2019 à 22:16
Parti de Loi et d'Ordre a écrit le 14/10/2019 à 17h15

Bravo, tout cela va faire un appel d'air. D'autres parents trop économes vont profiter de l'altruisme aveugle de fonctionnaires qui s'octroient le droit de se servir de la propriété PUBLIQUE pour faire avancer leur agenda politique. Une honte.

La honte c'est vous uniquement.
Vous ramenez tout à la politique et à l'argent.
Un peu de coeur et d'humanité bon sang !

Signaler Répondre

avatar
anonyme du jour le 15/10/2019 à 20:45
Parti de Loi et d'Ordre a écrit le 14/10/2019 à 17h15

Bravo, tout cela va faire un appel d'air. D'autres parents trop économes vont profiter de l'altruisme aveugle de fonctionnaires qui s'octroient le droit de se servir de la propriété PUBLIQUE pour faire avancer leur agenda politique. Une honte.

des fonctionnaires qui détournent des biens publics, vous parlez des assistants parlementaires du RN ?

Signaler Répondre

avatar
c’est bien vrai le 15/10/2019 à 10:02

avatar
Parti de Loi et d'Ordre le 14/10/2019 à 17:15

Bravo, tout cela va faire un appel d'air. D'autres parents trop économes vont profiter de l'altruisme aveugle de fonctionnaires qui s'octroient le droit de se servir de la propriété PUBLIQUE pour faire avancer leur agenda politique. Une honte.

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 14/10/2019 à 17:15

Excellente initiative et faut que ça donne du repos aux enfants et aux parents dépourvus de solutions dans cette ville qu'on nomme " La Bourgeoise ".

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.