Distribution de la presse à Lyon : les salariés licenciés en appellent aux pouvoir publics

Distribution de la presse à Lyon : les salariés licenciés en appellent aux pouvoir publics
photo d'illustration - Lyonmag.com

Plus de six mois après la liquidation de l'entreprise Presstalis et de ses filiales régionales, les salariés de la distribution de la presse en appellent aux acteurs publics.

Si ces derniers sont engagés dans un projet de création de Société Coopérative d'Intérêts Collectifs "pour assurer de façon pérenne la distribution de la presse sur sa zone de chalandise", les salariés se heurtent au problème des locaux.

"Cette reprise se heurte toutefois aux conséquences de la liquidation de Presstalis. La question des locaux de l’ex SAD située à Vénissieux avait déjà retardé la reprise sous forme de régie. Ce problème menace aujourd’hui la continuité du service puisque la régie est passée au tribunal judiciaire lundi 4 janvier 2021 car le propriétaire souhaite reprendre l’usage du bien le plus rapidement possible. La décision sera rendue le 5 février. Or trouver de nouveaux locaux pour accueillir la SCIC dans des délais aussi courts n’est pas chose si simple au vu des besoins de financement et de continuité du service", indique la CGT dans un communiqué.

"Alors que la conclusion d’un bail était en bonne voie pour un entrepôt à Saint-Priest, les propriétaires ont malgré l’apport des garanties financières onéreuses qu’ils ont eux-mêmes demandées finalement refusés d’accueillir le projet au dernier moment", détaille le syndicat, qui évoque "un coup dur alors que le temps presse".

Selon la CGT, "les pouvoirs publics doivent se mobiliser sur cette question et intervenir pour trouver une solution le plus rapidement possible. Il en va de la continuité de la distribution de la presse. Une nouvelle rupture serait dommageable à l’ensemble de la profession et toucherait durement une nouvelle fois les diffuseurs de presse. Alors que les loyers de la régie sont honorés, le droit de propriété individuel ne doit pas passer avant l’intérêt général. Les pouvoirs publics doivent prendre leur responsabilité et intervenir sur ce dossier".

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
freepapi le 28/01/2021 à 10:23

AH MAIS NOON ! Quand cela va bien, nous n'avons rien en retour, tout est sujet à grève, alors cette fois, la CGT doit assumer...son incompétence.

Signaler Répondre

avatar
Pas facile le 28/01/2021 à 09:59

de faire des posts sur le sujet .La censure LM concernant cette ancienne institution vérolée est encore bien présente.

Signaler Répondre

avatar
lagazet le 27/01/2021 à 19:41

Les NMPP ? AVANT ON SE BATTAIT POUR SE FAIRE EMBAUCHER. . Les sous traitants des transporteurs , y sont pour beaucoup. .

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.