Le musée des Confluences coûterait 175 millions d’euros

Le Conseil général du Rhône a validé vendredi deux offres, à 119 et 99,5 millions d’euros, mais le coût général du musée serait de 175 millions. Ces deux offres émanent du groupe Vinci et de l’entreprise aixoise Léon Brosse. Elles ont donc été validées par le Conseil général, qui estime que pour financer les 38 millions restants, il n’y aura pas de recours à l’impôt. Une partie du patrimoine de l’entité départementale pourrait ainsi être mise en vente. 60 millions d’euros ont déjà été déboursés pour ce projet. L’enveloppe finale devrait donc dépasser les 200 millions d’euros. Les travaux se sont quant à eux arrêtés fin 2008. La décision de retenir l’offre de Vinci ou de Léon Brosse tombera lors de la prochaine réunion de la commission des appels d’offre en novembre.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
orsi le 05/09/2009 à 13:10

En France, un nouveau musée ne peut exister que s'il décidé par l'Etat, c'est à dire par le président de la Republique (Beaubourg, Orsay, Grand Louvre, Musée Quai Branly). La fondation Pinault à Boulogne Billancourt n'a pas vu le jour parce que non soutenue par l'Etat. Le Centre Pompidou Metz est presque achevé, et le Louvre Lens, se ferra peut-être aussi, parce qu'il a été décidé par Jacques Chirac. Le Mucem de Marseille patine difficilement parce non choisi comme essentiel par le prince. Le musée des confluences coulera pour les mêmes raisons, endettant les contribuables lyonnais. Une région, aussi importante soit-elle, a détruit un patrimoine existant (musée Guimet de Lyon, musée d'histoire naturelle), qui ne coûtait que son fonctionnement, par ambition démesurée pour réver à une architecture spectaculaire, mais inadaptée, vide de sens par rapports aux collections, sans projet scientifique consistant ... Les politiques lyonnais ont préféré jouer le musée dysneyland au détriment du musée classique, on n'a pas fini de payer son erreur.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.