Crash d'un avion près de Lyon : la victime est l'ancien élu Georges Barriol

Crash d'un avion près de Lyon : la victime est l'ancien élu Georges Barriol
Georges Barriol, à l'occasion de l'une de ses dernières sorties en 2014 en tant qu'élu du Sytral - LyonMag

Ce jeudi après-midi, un avion de tourisme s'est écrasé sur la commune de Messimy, une heure après avoir décollé de l'aérodrome de Brindas.

Le président du Département du Rhône, Christophe Guilloteau, qui s'était rendu sur place, a confirmé l'identité de la victime. Il s'agit de Georges Barriol, ancien élu du Sytral et du Conseil général du Rhône. Il avait également été maire de Sainte-Consorce. Agé de 82 ans, Georges Barriol était un passionné d'aviation.

Une enquête a été ouverte par le parquet pour déterminer les causes de son décès. Une témoin du crash nous avait indiqué avoir vu l'avion piquer du nez et partir en vrille avant de tomber dans des arbres à proximité de son domicile.

Un hommage lui a été rendu ce vendredi matin par les élus du Conseil départemental. "Homme de valeurs, nous avons tant partagé, que ce soit dans l’hémicycle du Conseil départemental ou sur les nombreuses manifestations de notre territoire, notamment aux cotés des pompiers des casernes de notre secteur. Les habitants de l’Ouest Lyonnais perdent aujourd’hui un élu passionné. Mes pensées émues à son épouse Babeth et ses 3 enfants", a réagi Christophe Guilloteau sur les réseaux sociaux.

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Foxy69 le 22/05/2021 à 18:51
Chris 69 a écrit le 21/05/2021 à 13h16

Un peu de dignité devant la mort d'un élu qui a tant œuvré pour son territoire et sa population.
Qu'il repose en paix.

on évoque la cause de l'accident ,pas la valeur intrinsèque de la victime

Signaler Répondre

avatar
Barnum Circus le 22/05/2021 à 16:10

Comme d'habitude, le niveau des commentaires est admirable entre les experts internationaux en aéronautique et les chroniqueurs judiciaires de haut vol.
Je remercie Lyonmag de ne pas (trop) modérer les forums, cela permet d'avoir un instantané assez réaliste de ce que nous sommes et c'est précieux pour la sociologie, même si ça fait mal.

Signaler Répondre

avatar
Foxy69 le 22/05/2021 à 09:20
Oups a écrit le 21/05/2021 à 13h40

Un avion qui pique du nez est signe d'un problème de perte de vitesse et donc de perte de portance (ce qui permet à l'avion de voler et de rester dans le ciel).
Cela peut pour cause un problème mécanique ou bien à une défaillance humaine. L’enquête le dira et sera publié sur le site du BEA : Bureau Enquete et Accident à l'adresse suivante : www.bea.aero

Pour ceux qui s’intéresse au type d'avion : http://tagazous.free.fr/affichage2.php?img=44228

un arrêt moteur ne met pas un avion en piqué, donc encore moins en vrille.

Signaler Répondre

avatar
Foxy69 le 22/05/2021 à 08:27
Oups a écrit le 21/05/2021 à 13h40

Un avion qui pique du nez est signe d'un problème de perte de vitesse et donc de perte de portance (ce qui permet à l'avion de voler et de rester dans le ciel).
Cela peut pour cause un problème mécanique ou bien à une défaillance humaine. L’enquête le dira et sera publié sur le site du BEA : Bureau Enquete et Accident à l'adresse suivante : www.bea.aero

Pour ceux qui s’intéresse au type d'avion : http://tagazous.free.fr/affichage2.php?img=44228

Un avion pique du nez ,s'il n'est plus contrôlé en tangage .Un arrêt total du moteur, certes conduit à terme l'avion au sol ,mais par perte d'altitude, le pilote maintenant sa portance en vol plané .... de plus le passage en vrille, lequel est le décrochage des 2 ailes, confirme l’absence total de contrôle de pilotage .
Conclusion, cause du crash; pilote neutralisé par un malaise ou pire.... ou suicide
Je vous fait grâce de situation à caractère militaire, évidemment .

Signaler Répondre

avatar
Oups le 21/05/2021 à 13:40

Un avion qui pique du nez est signe d'un problème de perte de vitesse et donc de perte de portance (ce qui permet à l'avion de voler et de rester dans le ciel).
Cela peut pour cause un problème mécanique ou bien à une défaillance humaine. L’enquête le dira et sera publié sur le site du BEA : Bureau Enquete et Accident à l'adresse suivante : www.bea.aero

Pour ceux qui s’intéresse au type d'avion : http://tagazous.free.fr/affichage2.php?img=44228

Signaler Répondre

avatar
Chris 69 le 21/05/2021 à 13:16

Un peu de dignité devant la mort d'un élu qui a tant œuvré pour son territoire et sa population.
Qu'il repose en paix.

Signaler Répondre

avatar
TERMINATOR le 21/05/2021 à 12:38

Vu le commentaire et ce qui a été dit à propos de son affaire s il a rembourser c est malheureux pour lui.... Cependant si cela n à pas été fait c est ce que je dit toujours.......
La justice divine a fait son travail... Condoléances à sa famille quand même qui elle n est pas responsable.......

Signaler Répondre

avatar
crcl le 21/05/2021 à 11:00
lobidol a écrit le 21/05/2021 à 10h22

A t il remboursé les sommes qu'il avait indûment encaissées au titre du SYTRAL (transports publics lyonnais) ?
https://www.lyonmag.com/article/17813/sytral-bernard-rivalta-et-georges-barriol-tenus-de-rembourser-leurs-indemnites

extrait :
"Par décision du Conseil d’Etat le 23 décembre 2011, le président et le vice-président du Sytral, qui gère les transports en commun lyonnais, devront rembourser les indemnités qu’ils ont indûment perçues entre janvier 2002 et octobre 2005. Bernard Rivalta avait reçu près de 116 000 € contre 47 000 € pour le vice-président Georges Barriol, alors que la loi fixe le plafond à 700 € mensuels pour les présidents de syndicats mixtes. Les deux élus devront donc rembourser le trop-perçu, ce qu’ils ont déjà commencé à faire."

Pitoyable !!

Signaler Répondre

avatar
lobidol le 21/05/2021 à 10:22

A t il remboursé les sommes qu'il avait indûment encaissées au titre du SYTRAL (transports publics lyonnais) ?
https://www.lyonmag.com/article/17813/sytral-bernard-rivalta-et-georges-barriol-tenus-de-rembourser-leurs-indemnites

extrait :
"Par décision du Conseil d’Etat le 23 décembre 2011, le président et le vice-président du Sytral, qui gère les transports en commun lyonnais, devront rembourser les indemnités qu’ils ont indûment perçues entre janvier 2002 et octobre 2005. Bernard Rivalta avait reçu près de 116 000 € contre 47 000 € pour le vice-président Georges Barriol, alors que la loi fixe le plafond à 700 € mensuels pour les présidents de syndicats mixtes. Les deux élus devront donc rembourser le trop-perçu, ce qu’ils ont déjà commencé à faire."

Signaler Répondre

avatar
crcl le 21/05/2021 à 10:05

Une pensée émue pour mon premier président ,homme de valeur et précurseur d'un développement harmonieux de l'ouest lyonnais.BM

Signaler Répondre

avatar
Katya le 21/05/2021 à 09:54

Prions pour lui et pour sa famille.

Signaler Répondre

avatar
Foxy69 le 21/05/2021 à 08:56

Trop tard pour un rappel de la loi de Bernoulli ......

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.