Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

L’un des collègues de Tony Musulin témoigne

Philippe se trouvait avec le braqueur présumé le jour du casse. Il témoigne vendredi dans les colonnes du Progrès.
Il explique avoir d’abord cru à une prise d’otage quand il s’est aperçu que le fourgon de la Loomis avait disparu. "Je n’excuse pas ce qu’il a fait, mais je ne lui en veux pas", déclare Philippe, qui dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles.


Commentaires 4

Déposé le 18/11/2009 à 15h47  
Par beren57 Citer

brahms vous n'avez rien compris : entre temps il a planqué le pognon, et personne ne sait ou. Il n'a fait qu'un seul aveu a la police : c'est bien lui l'auteur du vol. Pour le reste il est muet comme une carpe. Il a simplement fait un choix entre profiter de son blé tout de suite et être perpétuellement en cavale, ou tirer ses trois ans de prison et être tranquille pour aller le récupérer et en faire ce qu'il veut... Moi je dis respect pur et simple.

Déposé le 18/11/2009 à 13h49  
Par twister Citer

Moi je pense au contraire qu il a tout compris ce tony et il a tout fait a la perfection. on pense qu il a commis des erreurs ds son casse mais a mon avis ces erreurs etaient calculées pr mieux mettre en action son plan. ds 1 an et dmi grand max il est dehors et a lui les 2.5 millions!!!!

Déposé le 16/11/2009 à 18h16  
Par brahms Citer

tony t vraiment un gros navet, comment peut-on réussir un tel casse aussi parfait et finir par ce rendre comme bleu, tu ma déçu, t un nul et tu n'avais pas les épaules pour ce casse.

Déposé le 13/11/2009 à 19h07  
Par Tony Citer

Pardonne moi Philippe mais j'en avais marre de risquer ma vie pour les banksters et payé 1700 Euros par mois.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.