Relaxe pour la "fausse" Aldjia

Relaxe pour la "fausse" Aldjia

Le procès pour usurpation d'identité d'une jeune algérienne s'est soldé à Lyon par une relaxe totale. Elle vivait depuis 30 ans avec un prénom qui n’était pas le sien. Elle c’est Leila, une jeune femme d’origine algérienne résidant au Confluent. Sa famille lui avait imposé de porter le prénom de Aldjia, sa cousine décédée, afin de la faire venir en France en 1979. Dénoncée en février dernier, elle a comparu devant le tribunal correctionnel dans la semaine pour usurpation d’identité mais elle a obtenu une relaxe totale. Reste maintenant pour elle à retrouver une situation puisque ses papiers lui ont été confisqués par l’administration qui lui a également coupé toutes ses allocations.

X
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.