Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Grenier, Umtiti, Gonalons, des joueurs incapables de dépanner sur un côté - DR

OL : les équilibres en questions

Grenier, Umtiti, Gonalons, des joueurs incapables de dépanner sur un côté - DR

Balayé à Toulouse dimanche 3 à 0, l’OL, faute d’un effectif équilibré, avec une équipe mal bâtie, apparue comme manquant d’ambition, est passé à côté de son match.

Si les deux derniers buts sont venus très tardivement et relèvent de l’anecdote, comme l’a souligné Rémi Garde dans ses commentaires, celui-ci ne doit pas non plus oublier qu’en première période l’Olympique Lyonnais n’a pas vu le jour et l’écart de trois buts auraient pu être déjà constaté (12 tirs à 1 et au total 17 à 7, 8 corners à 0).
Garde avait pourtant bien su gérer son effectif en alignant une formation juvénile contre le Sparta Prague jeudi renforçant ainsi l’idée que l’OL dispose d’un banc étoffé, en tout cas plus que la plupart de ses concurrents directs hormis le PSG.
Cela avait permis de laisser plusieurs cadres au repos.
Bien sûr, le groupe déplore quelques blessés comme Lovren, Lisandro, Briand et Bastos auxquels s’ajoutaient la suspension de Réveillère qui devrait donc rejouer mercredi contre Marseille.
En réalité, l’effectif manque cruellement de joueurs de couloirs comme l’a souvent souligné Rémi Garde depuis la saison dernière.
Or, hormis le défenseur croate, les absents de Toulouse peuvent jouer ou jouent sur les côtés.
Il est d’ailleurs étonnant que cette lacune n’ait pas été compensée cet été lors du mercato même s’il a été très "light".
Certes, Fabian Monzon a été engagé mais ce joueur est actuellement d’une telle faiblesse que sa meilleure place se trouve être sans doute en tribune plutôt qu’au poste d’arrière gauche auquel, contre Toulouse, il a été un danger constant pour son équipe.
A posteriori, il est sans doute toujours facile de critiquer telle ou telle composition mais il est surprenant que Bakary Koné, satisfaisant à Prague, n’ait pas été confirmé pour être associé à Bisevac, de retour, afin de faire glisser Umtiti sur le flanc gauche où il avait livré un bon match contre l’Athletic Bilbao.
Enfin, dans ce jeu de chaises musicales destiné à colmater les trous, le positionnement de Steed Malbranque sur le côté gauche a été autant un échec qu’il l’avait déjà été à Lille d’où l’OL avait ramené un résultat nul très heureux (1-1) grâce à un Vercoutre qui avait permis à son équipe de rester dans le match à 1-0.
Malbranque, discipliné et respectueux, a fait le métier mais son influence n’est pas du tout la même, voire inexistante, que lorsqu’il joue dans l’axe, devant la défense ou en meneur de jeu.
Les commentaires sont unanimes à ce sujet et celui de Daniel Bravo, ancien de l’OL et ex-international, glissé dans l’émission Canal Football Club, donne encore plus de crédit à ce constat.
A Marseille, mercredi, le retour de Réveillère devrait permettre à Dabo de retrouver le côté gauche et envoyer Monzon sur le banc, au mieux pour lui.
On peut espérer que dans le même temps, l’expérience qui envoie Malbranque dans un couloir a définitivement pris fin mais il faut du coup trouver une autre solution satisfaisante.
C’est là, le véritable casse-tête de Garde, qui, s’il s’est trouvé une profondeur de banc qui existe réellement, souffre avant tout, actuellement, du manque d’équilibre de son effectif.



Tags : ol | olympique lyonnais | dossier ol |

Commentaires 1

Déposé le 26/11/2012 à 13h31  
Par tchavi Citer

excellente analyse que je partage !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.