Lyon : avant-première du film "La Marche" mardi soir

Lyon : avant-première du film "La Marche" mardi soir

Le réalisateur Nabil Ben Yadir s'est inspiré des évènements de l'été 1983 aux Minguettes à Vénissieux. Des affrontements avaient éclaté entre la police et des jeunes du quartier. Pour dénoncer ces violences, certains habitants du quartier avaient entamé une grève de la faim à l'initiative du prêtre Delorme et du pasteur Costil. La grève avait finalement pris fin onze jours plus tard lorsque Toumi Djaida, le président de l'association SOS Avenir Minguettes avait été blessé par un policier. Suite à cela, une marche pour l'égalité et contre le racisme, surnommée la Marche des beurs, s'était déroulée entre Marseille et Paris.
Le film sera donc diffusé en avant-première mardi soir à l'UGC Confluence en présence du réalisateur et d'une partie de l'équipe dont les acteurs Jamel Debbouze, Olivier Gourmet et Tewfik Jallab. Certaines scènes avaient d'ailleurs été tournées à Vénissieux.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
LOUANCHI le 27/11/2013 à 18:24

HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

lien vers

http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,0,0" width="480" height="320" align="middle"> http://www.dailymotion.com/swf/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news?autoPlay=0" /> http://www.dailymotion.com/swf/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news?autoPlay=0" quality="high" bgcolor="#ffffff" width="480" height="320" align="middle" allowScriptAccess="sameDomain" allowFullScreen="false" type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" />


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Signaler Répondre

avatar
Jean le 06/11/2013 à 16:45

Quand Debbouze et les autres finiront par reconnaître qu'une partie, certes minoritaires, de leurs coreligieux posent problème, comme le font les français vis à vis de ses extrémistes, nous ferons un grand pas pour le vivre ensemble.

Signaler Répondre

avatar
Nadia Lyonnaise le 06/11/2013 à 15:45

En réponse au message concernant Djamel Debbouze, je tiens à dire à cette personne qu'il n'a rien à prouver. C'est un homme qui a beaucoup plus fait avancer notre cause que tous ces politiques et pseudo intellectuels. Lui il peut dormir tranquille contrairement à ceux qui dorment et passent leur temps à critiquer ceux qui font avancer les choses. Il n'a jamais renié ses origines et à réussi à faire comprendre à certains que nous sommes nous aussi des gens biens.

Signaler Répondre

avatar
Foldire le 05/11/2013 à 10:27

Pourquoi des immigrés souhaitent toujours venir dans ce pays de racistes ?

Signaler Répondre

avatar
Aniram le 05/11/2013 à 10:17

On a les memes problemes qu il y a 30 ans mais Il faut bien trouver des roles a debbouze!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.