Elu et avocat de l’OL : Richard Brumm pouvait-il faire voter des subventions au club ?

Elu et avocat de l’OL : Richard Brumm pouvait-il faire voter des subventions au club ?
Richard Brumm et Jean-Michel Aulas - Montage LyonMag

En 2008, Gérard Collomb est élu maire de Lyon pour un second mandat.

Pour constituer son équipe municipale, il fait alors davantage appel à la société civile et notamment à Richard Brumm, propulsé adjoint aux Finances et à l’administration générale.
Sarkozyste, amoureux des belles voitures et notamment des Ferrari, très ami avec Jean-Michel Aulas (OL) et d'autres puissants patrons, le profil de l’avocat lobbyiste détonne chez les socialistes.
Mais Richard Brumm va rapidement donner satisfaction au maire de Lyon. A tel point que son nom est aujourd’hui avancé pour prendre la succession de Jacky Darne comme vice-président aux Finances au Grand Lyon. Voire de devenir premier Adjoint de Collomb en cas de réélection en mars prochain.

Sauf qu’une ambigüité juridique pourrait bien faire capoter les rêves de Métropole de Richard Brumm. Une affaire qui dure depuis plusieurs années et sur laquelle LyonMag s’est penché.
 
Près de 900 000 euros versés en trois ans

20 décembre 2013, le conseil municipal approuve, entre autres, le versement d’une subvention de 279 300 euros à la SA Olympique Lyonnais pour l’année 2014 (décision validée le 20 janvier dernier). Il s’agit du projet de délibération soumis par la Commission Finances, administration générale, marchés publics, présidée par Richard Brumm. L’adjoint aux Finances fera également office de rapporteur, c’est à dire qu’il instruit et présente le dossier au conseil municipal.

Un an plus tôt, le 17 décembre 2012, ce furent 294 000 euros qui se retrouvèrent versés par la Ville de Lyon à l’Olympique Lyonnais. Richard Brumm fait à nouveau office de rapporteur. Il signera même la délibération à la place de Gérard Collomb.

Enfin, le 19 décembre 2011 (derniers faits pas encore prescrits), le dernier conseil municipal de l’année est l’occasion de voter le versement de 294 000 euros au pensionnaire du stade Gerland. Là encore, Brumm est rapporteur et signe la délibération.
 
Jusque là, rien d’anormal puisque ces subventions se font dans le cadre de la convention d’objectifs et de moyens entre la Ville de Lyon et la SASP Olympique Lyonnais pour les saisons 2011-2012, 2012-2013 et 2013-2014 que Thierry Braillard, adjoint aux Sports, a fait voter le 19 décembre 2011
Par ailleurs, l’adjoint aux Finances gère l’argent de la Ville et doit pouvoir se prononcer sur son utilisation et sa redistribution.

Sauf qu’il est avéré que Richard Brumm, avec son cabinet dont il est actionnaire fut, entre 2011 et janvier 2013, l’avocat affiché de l’Olympique Lyonnais, notamment en cas de litige avec les sponsors et les annonceurs. Il ne s’en cache pas, de plus LyonMag a en sa possession les preuves de ce qu’il avance.

Ces subventions ont toutefois été votées majoritairement. La seule voix de Richard Brumm ne pouvait faire pencher la balance. Sauf qu’en plus d’avoir voté une subvention pour son client, il a été à chaque fois rapporteur du dossier, président de la commission des finances de la Ville de Lyon (cette dernière doit rendre un avis favorable avant que le dossier n’arrive au CM) et l’élu a même signé les délibérations.
Pour la justice, le fait d’être rapporteur d’une délibération n’est pas anodin, cela caractérise l’exercice d’une influence particulière sur le conseil municipal.
 
Pouvait-il légalement cumuler ces deux postes ? L’article L2131-11 du code général des collectivités territoriales dispose que "sont illégales les délibérations auxquelles ont pris part un ou plusieurs membres du conseil intéressés à l’affaire qui en a fait l’objet, soit en leur nom personnel, soit comme mandataires". Les élus ont alors l’occasion de se retirer avant le vote, des dizaines d’entre eux le font d’ailleurs car ils siègent au conseil d’administration ou autres… Mais Brumm ne le fit jamais pour l’OL.

Certains ne se gêneront pas pour faire le lien entre les centaines de milliers d’euros versées au club et la supposée rémunération d’honoraires de Me Brumm par l’OL. Au pénal, un tel schéma porte un nom : prise illégale d’intérêts.

Qu’est ce qui a pu pousser un homme de droit si réputé à ne pas se blinder comme a pu le faire Thierry Braillard ? Le 9 avril 2013, l’adjoint aux Sports, également inscrit au barreau de Lyon, était pointé du doigt par Eric Lafond dans un communiqué sur les conflits d’intérêts. Le candidat centriste aux élections municipales lui reprochait alors, à tort, d’être l’avocat de l’OL. Thierry Braillard avait contacté la rédaction de LyonMag pour démentir fermement, reconnaissant volontiers qu’il défendait les intérêts de l’ancien joueur lyonnais Sidney Govou mais martelant que ni lui, ni son associée n’avaient jamais plaidé pour l’OL.

"Je n’ai aucune influence sur le vote des subventions"

Invité à s’expliquer par la rédaction, Richard Brumm a pris le temps de nous signifier que l’article L2131-11 ne s’appliquait pas à sa situation. Dans un dossier très complet réalisé par un collaborateur de l’adjoint et qu’il nous a remis, il est précisé que "le conseiller municipal doit avoir un intérêt personnel à l’affaire et d’autre part avoir une influence effective sur le résultat du vote" pour que la délibération soit jugée illégale.
Dans ce même document, il est également mis en avant que l’élu possédant un intérêt à l’affaire devrait "quitter la salle au moment de la délibération", "de ne pas prendre une part active aux réunions préparatoires à la délibération" et "de ne pas être rapporteur du projet qui va donner lieu à la délibération".

L’adjoint aux Finances a reconnu sans détour défendre occasionnellement l’OL, mais aussi Jean-Michel Aulas et Olivier Ginon. "Je dois même avoir deux ou trois actions du club, admet-il. Mais je n’ai aucune influence sur le vote des subventions. Etre rapporteur et président de la commission, ce n’est pas comme si j’allais voir les fonctionnaires et les élus et que je leur demandais d’augmenter la somme allouée à l’OL. Ou que je demandais à la Ville d’envoyer des dossiers à mon cabinet. Aucun de mes clients ne me paye pour faire une action à la Ville", tempère Richard Brumm.

Pas d’influence, "pas inféodé" ("personne ne me tient dans sa main et en six ans de mandat, je n’ai jamais été approché pour faire pencher la balance"), Richard Brumm s’est également fendu d’une déclaration préventive et volontaire d’intérêts que tous les conseillers municipaux ont remplis en avril 2012. Si elle se trouve sous scellé chez un huissier, l’adjoint nous a lu une copie de la sienne. Il y jure sur l’honneur n’avoir aucun intérêt et détaille les professions de ses proches. "J’ai toujours dit à la commission et au conseil municipal que j’étais quelqu’un de transparent", argumente l’homme de droit.
"Je suis né à Lyon, j’ai grandi à Lyon. Je connais tout le monde. Quand un dossier arrive sur mon bureau, je connais forcément la personne. Est-ce que je dois être interdit pour autant de faire de la politique ?", questionne Richard Brumm.

L’élu est-il dans le déni ? A-t-il perdu ses repères à tel point que, malgré des éléments factuels, il oublie qu’un homme politique a beaucoup plus de responsabilité que le commun des mortels ?

Via les arrêts de Bagneux, la cour de cassation avait confirmé en octobre 2008 que commettait le délit pénal de prise illégale d’intérêt l’élu qui votait une subvention à une association dans laquelle il siégeait comme simple représentant de la commune sans même avoir tiré un centime de l'opération. Or Richard Brumm reconnaît là percevoir des honoraires de l’OL…




Portrait : qui est Richard Brumm ?


Richard Brumm est l'exemple même du transfuge réussi. L'avocat d'affaires, inscrit au barreau depuis 1970, a mené son entrée en politique (dont il avait rêvé depuis toujours) d'une main de maître. En 2008, courtisé par son ami Gérard Collomb, il est élu sur les listes du 7e arrondissement et obtient un poste d'adjoint aux Finances. Crédules, les forces de gauche se laissent rapidement convaincre par l'homme qui représente pourtant la droite dans toute sa splendeur.

Il n'est pas né avec une cuillère en or dans la bouche mais Richard Brumm a depuis gagné beaucoup d'argent et il continue à en gagner. Loin d'être hypocrite, il reconnaît volontiers son penchant sarkozyste. En 2012, il avait même indiqué au Progrès qu'il voterait à nouveau pour le président sortant : "Avec Nicolas Sarkozy je sais ce que j’ai, alors qu’avec François Hollande, je ne sais pas ce que j’aurai".
Avec ses amis et ses proches, le flamboyant avocat s'offre sans grande originalité les vacances type du riche : Megève l'hiver où il possède un chalet, Saint-Tropez l'été où il retrouve tout le gotha lyonnais. Brumm est aussi passionné d'art contemporain, de voitures de sport et notamment de Ferrari.
Des biens matériels qui ne choquent plus l'équipe socialiste de la mairie. Pourtant le Richard Brumm largement à l'abri du besoin et le Richard Brumm qui s'occupe de récolter les impôts des Lyonnais (que le maire sortant prévoit d'augmenter en cas de réélection en mars) sont la même personne.

Avec sa tignasse argentée et ses yeux bleus saisissants, sa forte carrure et sa voix qui porte, Richard Brumm a le potentiel pour pousser des gueulantes monumentales. Particulièrement calme et affable, l'homme a choisi une stratégie différente pour instaurer la confiance avec ses interlocuteurs.
Cela tombe bien, il connaît tout le monde à Lyon. Au Prisme, club ultra-select pour dirigeants dont il a été le président et au cercle de l'Union, il s'est créé l'un des réseaux les plus forts de l'agglomération. Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais) et d'autres sont devenus des amis, en plus d'être des clients.

Loquace et habile, Richard Brumm a su convertir le patronat au socialisme utile de Gérard Collomb. Et d'enfin devenir son plus fidèle atout, à quelques mois de possiblement rempiler à la Ville de Lyon et à la Métropole.

50-100 sur 80 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
basse1 le 25/02/2014 à 15:58

Du vent... Un adjoint au maire qui vote des subventions pour une entreprise dont il est actionnaire et qui est son client... Si vous jugez que c'est du vent, c'est que vous avez perdu un peu le sens du bien et de mal, de ce que l'on peut ou je pas faire, du respect de la législation que nul ne peut ignorer. Après, vu l'accumulation des affaires, votre situation est bien peu confortable. Quant aux sondages, classement,... Je remarque que vous ne rebondissait pas sur celui publié par Lyon Mag concernant l'analyse des programmes de chaque candidat. Évidemment, Havard étant mieux placé que votre patron Collombssss.

Signaler Répondre

avatar
Dédéla douille le 25/02/2014 à 15:45
Michel Bobard a écrit le 25/02/2014 à 15h44

Du vent comme d'habitude.
Si M.Brumm était réellement coupable, comment se fait-il que l'opposition s'en aperçoive juste maintenant?
Ce dossier date de 4 ans, il y a eu 3 votes au conseil municipal.
Un réveil à moins de 4 semaines des municipales comme c'est bizarre...
Que faisait encore une fois M.Havard?
Il n'était pas présent au moment du vote?

C'est juste aujourd'hui que l'opposition découvre que M.Brumm a des activités d'avocat?
On s'en fout de savoir si M.Brumm a eu pour client à un moment donné l'OL
La vrai question est de savoir s'il l'était avocat conseil de l'OL au moment de ces délibérations.
Je ne connais pas le dossier mais permettez moi d'en douter.

Des ragots toujours des ragots.
Qui croyez vous convaincre encore une fois?

Sinon j'espère que Lyonmag aura à cœur de nous faire un article sur le classement de l'express

Dans un classement établi par le site Internet de l'Express le maire de Lyon pointe à la deuxième place du palmarès des édiles des 34 plus grandes villes de France, juste derrière Alain Juppé à Bordeaux.

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Elections/Municipales-2014/Palmares-des-maires-Collomb-2e-selon-l-Express

Si tu doutais encore de leur impartialité et de leur professionnalisme...
http://www.lyonmag.com/article/62713/lyon-gerard-collomb-designe-2e-meilleur-maire-de-france-par-l-express-et-ses-experts

Signaler Répondre

avatar
Michel Bobard le 25/02/2014 à 15:44

Du vent comme d'habitude.
Si M.Brumm était réellement coupable, comment se fait-il que l'opposition s'en aperçoive juste maintenant?
Ce dossier date de 4 ans, il y a eu 3 votes au conseil municipal.
Un réveil à moins de 4 semaines des municipales comme c'est bizarre...
Que faisait encore une fois M.Havard?
Il n'était pas présent au moment du vote?

C'est juste aujourd'hui que l'opposition découvre que M.Brumm a des activités d'avocat?
On s'en fout de savoir si M.Brumm a eu pour client à un moment donné l'OL
La vrai question est de savoir s'il l'était avocat conseil de l'OL au moment de ces délibérations.
Je ne connais pas le dossier mais permettez moi d'en douter.

Des ragots toujours des ragots.
Qui croyez vous convaincre encore une fois?

Sinon j'espère que Lyonmag aura à cœur de nous faire un article sur le classement de l'express

Dans un classement établi par le site Internet de l'Express le maire de Lyon pointe à la deuxième place du palmarès des édiles des 34 plus grandes villes de France, juste derrière Alain Juppé à Bordeaux.

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Elections/Municipales-2014/Palmares-des-maires-Collomb-2e-selon-l-Express

Signaler Répondre

avatar
corruptif le 25/02/2014 à 15:40
Ras le bol a écrit le 25/02/2014 à 14h56

Et le scandale de la rue grolee ?cargil a revendu les commerces pour le prix auquel il avait acquis la totalité des immeubles entiers! Chaque appartement revendu est du bénéfice brut . Décidément le socialiste colomb n'a aucun don pour le business comme ses copains ministres qui n'ont encore rien compris au film!! Vivement les élections!

parce que tu crois que c'est fortuit ?
c'est exactement comme les terrains de Décines

Il y a une transaction officielle, mais aussi une autre bien occulte celle là !

ça va sortir sous peu
La corruption ?
elle peut être active (celui qui donne en contrepartie ... destination : la suisse ou les bermudes ou Jersey, ou ailleurs, avec ou sans prête nom)

ou elle peut être passive (non non je n'ai rien demandé, j'ai juste vu mon compte qui avait grossi, je n'ai pas compris pourquoi, je pensais que c'était une erreur de la banque) ....

les deux sont du ressort du pénal

Vous n'en connaissez pas des "comme ça" sur la région lyonnaise ? vraiment ?
-

Signaler Répondre

avatar
Alain le 25/02/2014 à 15:03
Cornier a écrit le 25/02/2014 à 11h30

Ci joint le lien de l’interview de Richard Brumm par Lyonpeople .

Georges Fenech peut crier très fort pour détourner l'attention sur d'autres personnes , c'est lui qui à présenté Richard Brumm à Gérard Collomb !!!

Je trouve très bizarre justement qu'il omniprésent dans la presse pour tout et n'importe quoi .

Fenech aurait-il des choses à se reprochés voir même à dissimuler !!!

http://www.lyonpeople.com/interogatoires-kgb/richard-brumm-a-kgb-special-municipales-2008.html

Désolé, mais Georges Fenech n'a pas présenté Maître Brumm à Gérard Collomb mais à Dominique Perben.

Lisez mieux l'article

Signaler Répondre

avatar
Ras le bol le 25/02/2014 à 14:56

Et le scandale de la rue grolee ?cargil a revendu les commerces pour le prix auquel il avait acquis la totalité des immeubles entiers! Chaque appartement revendu est du bénéfice brut . Décidément le socialiste colomb n'a aucun don pour le business comme ses copains ministres qui n'ont encore rien compris au film!! Vivement les élections!

Signaler Répondre

avatar
jitixe le 25/02/2014 à 14:43
c'est la réali a écrit le 25/02/2014 à 14h27

bien compris MONSIEUR BOBARD ?

une preuve de plus que les élus lyonnais (certains en grand nombre, surtout les "frères") se croient tout permis et en arrivent à ne plus voir les limites du border-line

preuve aussi que toute votre communication n'est que mensonge et désinformation s'inscrivant de la même manière dans la protection des privilèges qu'ils se sont donnés et votés eux mêmes au détriment de leurs concitoyens

Tu vient de te réveiller.

Regarde le train de vie des socialistes de pouvoir, il est plus proche de celui de Liliane BETANCOURT, que le tiens.

Mois je prefere voter pour des gens qui assument leur fortune, que des millionnaires socialistes qui se cachent pour faire croire qu'ils sont des Français moyens.

Signaler Répondre

avatar
Albert le 25/02/2014 à 14:37

Concernant dahan -Lévy qui est le contraire d'une oie blanche et qui réclamait 30 millions d'euros a la sacvl !! L'affaire a été jugée et elle a obtenu 800.000€ ce qui est une belle somme. Pour cette dame particulièrement retors .

Signaler Répondre

avatar
c'est la réali le 25/02/2014 à 14:27

bien compris MONSIEUR BOBARD ?

une preuve de plus que les élus lyonnais (certains en grand nombre, surtout les "frères") se croient tout permis et en arrivent à ne plus voir les limites du border-line

preuve aussi que toute votre communication n'est que mensonge et désinformation s'inscrivant de la même manière dans la protection des privilèges qu'ils se sont donnés et votés eux mêmes au détriment de leurs concitoyens

Signaler Répondre

avatar
stick le 25/02/2014 à 13:26
basse1 a écrit le 25/02/2014 à 10h04

Maître Brumm, sarkosiste lyonnais affiché, grand collectionneur de Ferrari et figure de la jet set lyonnaise, s'engage à gauche pour aider son frère Collombssss... Il accepte de devenir adjoint au finance d'un maire PS Après, vous comptez le nombre de contradictions dans cette description sommaire mais réaliste de notre adjoint au finance... Et vous en déduisez si le terrain est propice, ou non, aux conflits d'intérêt....

Que peut on reprocher a Maître BRUMM, d’être un bon Avocat qui aime les belles voitures, la côte d'azure et les plages de Saint Tropez, c'est son droit.

Ce qui me dérange le plus c'est de se dire ( chez les socialos) proche des préoccupations des miséreux et nécessiteux, alors qu'on vie dans des endroits privilégiés.

Cela est vraie pour tous les ministres socialistes qui pour la plus part habitent dans les plus beaux et plus chics quartiers Parisien et que l'on retrouvent l'été dans de somptueuses villas en bord de mer.

Le plus navrant c'est qu'il y a encore des gens pour croire aux idées socialistes.

Signaler Répondre

avatar
Hervé le 25/02/2014 à 13:16

La campagne de délation a bien fonctionné.
On va bien se marrer je sens tous ces prochains jours.

Signaler Répondre

avatar
pshitt le 25/02/2014 à 12:51
Laurencin Hervé a écrit le 25/02/2014 à 08h26

Tout ça pour aider Havard .minable

tout ca pour éclairer les Lyonnais sur des systèmes mis en place depuis bien trop longtemps

Signaler Répondre

avatar
Cornier le 25/02/2014 à 11:30

Ci joint le lien de l’interview de Richard Brumm par Lyonpeople .

Georges Fenech peut crier très fort pour détourner l'attention sur d'autres personnes , c'est lui qui à présenté Richard Brumm à Gérard Collomb !!!

Je trouve très bizarre justement qu'il omniprésent dans la presse pour tout et n'importe quoi .

Fenech aurait-il des choses à se reprochés voir même à dissimuler !!!

http://www.lyonpeople.com/interogatoires-kgb/richard-brumm-a-kgb-special-municipales-2008.html

Signaler Répondre

avatar
Havard, GDF Suez... le 25/02/2014 à 10:34

Lu sur Lyoncapitale.fr :

Michel Havard (UMP)
Le député qui aime bien Suez

Avant d’être député Michel Havard travaillait pour l’entreprise Degrémont, une filiale de Suez. En juin 2010, le député lyonnais signe, avec deux autres parlementaires UMP, un amendement sur la loi qui vise à réduire le monopole d’EDF et de la CNR sur la production d’électricité. Michel Havard aimerait que la CNR passe sous le contrôle d’une entreprise privée… en l’occurrence GDF-Suez. Manière de renvoyer l’ascenseur à son ex-boîte, qui lui a offert pendant ses années de disette politique, un poste confortable ?

————————————————
Emmanuel Hamelin (UMP)
Une décoration pour celle qui réclame 30 millions aux Lyonnais

À Lyon, l’opposition est souvent mollassonne. Alors quand l’un des candidats potentiels à la mairie s’empare d’un dossier et monte régulièrement au créneau, on est forcément attentif. Emmanuel Hamelin a ainsi pris le dossier SACVL à bras le corps. L’affaire des emprunts toxiques bien sûr. Mais aussi l’affaire Dahan-Lévy. Marchand de biens, cette dernière réclame 30 millions d’euros à la SACVL, suite à la rupture d’un contrat d’exclusivité. Emmanuel Hamelin estime que la SACVL a négligé ce dossier et est intervenu pour que la SACVL provisionne la somme demandée par Agnès Dahan-Lévy… Problème, cette dernière est une amie personnelle. Et il a notamment œuvré pour qu’elle soit faite chevalier de l’ordre du mérite. “Si j’ai poussé pour qu’elle ait ce titre, je n’en ai pas fait la demande” nuance-t-il avant d’assurer que s’il a “souvent parlé de cette affaire”, c’est uniquement parce qu’elle “fait partie des dossiers qui vont mal” et qu’en tant “qu’administrateur de cette société, il est de mon devoir de mettre le doigt sur des difficultés.” Juste une question : si Dahan-Lévy obtient ses 30 millions, ira-t-il sabrer le champagne avec elle ? Ou pleurer avec les contribuables lyonnais qui ne manqueront pas d’être sollicités pour renflouer la SACVL??

Signaler Répondre

avatar
anti-corruption le 25/02/2014 à 10:14
pas alarmant a écrit le 25/02/2014 à 09h32

Franchement qu'il ait joué plusieurs rôles, n'empèche pas que les subventions ont été voté. De plus il avait certainement le droit de signature. Conflit d'intéret peut être mais il n'est pas le seul décisionnaire. Tout a été validé par le conseil municipal. Notons que tous sports bénéficie de subventions même le PSG (donc sur ce niveau rien d'alarmant non plus) surtout ques les sommes sont identiques chaque année avec une légère baisse qui traduit pour la dernière année.
Après Lyon mag se pose juste une question mais ne va rien apprendre à un avocat et même à plusieurs personnes connaissant les réglementations au sein du CM. Tout ça en fait parce qu'il était aussi l'avocat de l'OL. Mais si il n'y a eu aucune malversation, en quoi est-ce réellement un problème?
Ce qu'il faut savoir c'est si l'adjoint aux finances et à l'administration a le droit d'instruire et de faire voter les subventions. Il y a bien des personnes qui ont double travail. Ex un responsable d'exploitation d'un grand groupe de TP possédant quelques machines et répondant à quelques affiares. N'y a t'il pas ici également un conflit d'intéret encore plus évident (pas besoin de vote). Et des cas comme celui là on doit en retrouver un peu partout.

Monsieur Bobard, il va vous falloir retourner sur les bancs de la fac de droit ...

tout ce que vous dites est approximatif, pour noyer le poisson, à la façon colompoutinienne de république bananière

La démocratie a des règles, et les actions et comportements individuels doivent s'inscrère dans ses régles ...

Cette dérive décrite ci-dessus n'est qu'un petit ilot de glace dans la banquise lyonnaise qui va dégeler rapidement et faire monter l'eau sale qui règne à LYON depuis deux mandats

Signaler Répondre

avatar
basse1 le 25/02/2014 à 10:04

Maître Brumm, sarkosiste lyonnais affiché, grand collectionneur de Ferrari et figure de la jet set lyonnaise, s'engage à gauche pour aider son frère Collombssss... Il accepte de devenir adjoint au finance d'un maire PS Après, vous comptez le nombre de contradictions dans cette description sommaire mais réaliste de notre adjoint au finance... Et vous en déduisez si le terrain est propice, ou non, aux conflits d'intérêt....

Signaler Répondre

avatar
pas alarmant le 25/02/2014 à 09:32

Franchement qu'il ait joué plusieurs rôles, n'empèche pas que les subventions ont été voté. De plus il avait certainement le droit de signature. Conflit d'intéret peut être mais il n'est pas le seul décisionnaire. Tout a été validé par le conseil municipal. Notons que tous sports bénéficie de subventions même le PSG (donc sur ce niveau rien d'alarmant non plus) surtout ques les sommes sont identiques chaque année avec une légère baisse qui traduit pour la dernière année.
Après Lyon mag se pose juste une question mais ne va rien apprendre à un avocat et même à plusieurs personnes connaissant les réglementations au sein du CM. Tout ça en fait parce qu'il était aussi l'avocat de l'OL. Mais si il n'y a eu aucune malversation, en quoi est-ce réellement un problème?
Ce qu'il faut savoir c'est si l'adjoint aux finances et à l'administration a le droit d'instruire et de faire voter les subventions. Il y a bien des personnes qui ont double travail. Ex un responsable d'exploitation d'un grand groupe de TP possédant quelques machines et répondant à quelques affiares. N'y a t'il pas ici également un conflit d'intéret encore plus évident (pas besoin de vote). Et des cas comme celui là on doit en retrouver un peu partout.

Signaler Répondre

avatar
devaulx le 25/02/2014 à 09:27

Sur l'est Lyonnais, notre association a du faire annuler une enquête publique pour les mêmes : Mr Aulas et élus du Grand Lyon. L'enquête pour la réalisation du BUE (boulevard urbain est ) utile pour accéder au stade, doit être relancée. Le commissaire enquêteur était directeur d'une entreprise maître d’œuvre sur les accès du stade OL land. " Pris la main dans le sac " diraient certains ! Le Grand Lyon, assis sur son pouvoir de nuisance, aussi bien en terme de pollution (2x2 voies) qu'en terme de respect de la décision de justice, annonce par voie de presse , la poursuite des travaux. Agir pour Vaulx en Velin et notre association veillent au respect d'une loi pour tous !

Signaler Répondre

avatar
Tarzan le 25/02/2014 à 09:04

C'est un secret de polichinelle tout ça! Les gens bien informes qui le fréquente à St tropez savent très bien qu'il se gave !! Et on ne parle pas du promoteur qui vit en suisse! C'est un panier de crabes tout ça !! Et colomb est parfaitement au courant !!

Signaler Répondre

avatar
confit le 25/02/2014 à 09:03

On en mis du temps pour faire cette découverte..... ce bon Maître Tête n'a rien vu. Mais lyonnais réveillez vous , c'est bien la le meilleur exemple du système Collomb. La prise illégale d'intérêts est caractérisée ....et doit entraîner l'annulation des délibération visées et l'a inegibilite de l'adjoint concerne!! devant n'importe quel tribunal administratif.....

Signaler Répondre

avatar
croquette le 25/02/2014 à 08:59

le Pathé hier
la patée demain

Signaler Répondre

avatar
mais..... le 25/02/2014 à 08:39

Mais Cher Hervè ,de crainte d'aider Havard il faut passer les turpitudes du Sarkoziste Brum sous silence?

Signaler Répondre

avatar
Laurencin Hervé le 25/02/2014 à 08:26

Tout ça pour aider Havard .minable

Signaler Répondre

avatar
basse1 le 25/02/2014 à 08:15

Allez, une affaire de plus pour la clique de Collombsssss

Signaler Répondre

avatar
Esbrouffe le 25/02/2014 à 08:14

Imbuvable n est pas médiapart ou le canard qui veut . Ça pue la loose

Signaler Répondre

avatar
SANS SOUCI le 25/02/2014 à 08:13

il est mal, il est mal ... conflit d'intérêts ????

Signaler Répondre

avatar
Lola le 25/02/2014 à 08:08

Article flop !

Signaler Répondre

avatar
la blague! le 25/02/2014 à 08:05

Brum qui ne profite pas de sa fonction pour faire fonctionner son cabinet ? bien sur tous ceux qui le connaissent en sont persuadés!

Signaler Répondre

avatar
Dubui-tatif le 25/02/2014 à 08:01

Si l'affaire se révèle vraie, c'est quand même hallucinant que personne n'ait tiqué. L'article le dit, y'a quand même des avocats de formation au CM !

Signaler Répondre

avatar
Marcel le 25/02/2014 à 07:28

J'en connais quelques uns qui commencent à trembler !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.