Municipales dans le Rhône : taclé par le PS, le Parti de Gauche réplique sèchement

Municipales dans le Rhône : taclé par le PS, le Parti de Gauche réplique sèchement
Andréa Kotarac - LyonMag

Mercredi matin, David Kimelfeld, secrétaire fédéral du Parti Socialiste du Rhône, avait annoncé qu'"à Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Lyon, le Front de gauche portait seul la responsabilité de la division".

Un constat que ne partage forcément pas les accusés, et notamment le Parti de Gauche. Dans un communiqué, Andréa Kotarac, candidat malheureux de la liste Lyon Citoyenne & Solidaire dans le 8e arrondissement, ainsi que Sophie Charrier, co-secrétaire départementale du PG, répliquent. Sèchement.
"Par ce communiqué le Parti Socialiste ne fait que décrédibiliser un peu plus la vie politique, ce que nous regrettons profondément. Nous l'appelons à ne pas se cacher derrière la bassesse et à assumer le comportement qu'il manifeste face à ceux qui pourraient être, dans d'autres conditions, ses potentiels partenaires. (...) A Lyon, le PS a refusé de s'allier à notre liste "Lyon, citoyenne et solidaire" dans le 1er arrondissement pourtant arrivée largement en tête, avec 33, 5%. Il a préféré rattacher la liste d'EELV arrivée en quatrième position seulement. A Vaulx-en-Velin, nous ne pouvions envisager une fusion avec le PS, lorsque celui-ci, avec 80 voix d'avance seulement, souhaitait le siège de maire ainsi que 2/3 des postes sans oublier une volonté d'alliance avec la droite. A Vénissieux, le PS arrivé loin derrière le Front de gauche, n'a pas saisi la main tendue, en se maintenant au second tour, au risque de faire passer la ville à droite dimanche. Une irresponsabilité, une volonté de diviser la gauche là où la liste néo-fasciste "Faire front à Vénissieux" a réalisé plus de 11%. Le Parti socialiste accuse le Front de gauche de diviser la gauche, alors qu'il est en son sein lui-même divisé, comptant plusieurs listes dissidentes, livrées à une bataille d'égos, dans de nombreuses communes, semant le trouble à gauche dans tout le département."
Andréa Kotarac et Sophie Charrier terminaient enfin en inversant les rôles : "Le Parti Socialiste doit la vérité aux citoyens. Il porte donc l'entière responsabilité de l'échec des négociations à Lyon, Vaulx-en-Velin et Vénissieux si l'on peut même appeler cela des négociations. Nous regrettons que la verve démocratique et honnête, qui jadis, avait fondé le Parti Socialiste, l'ai aujourd'hui manifestement quittée."

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Dehors le PS lyonnais le 29/03/2014 à 21:01

Vous n'avez pas compris que le PS , surtout lyonnais est un parti de droite, il mécontente les électeurs de gauche, mais ils n'attirent pas les électeurs de droite, il est foutu et c'est tant mieux. Retour au foyer pour les Collomb, Kimfeld, Phillip, Braillard, Sturla, Boudaoud , Rivalta.. tous ces menteurs qui se footent de leurs électeurs et ne pensent qu'à la soupe

Signaler Répondre

avatar
Ex Socialiste le 29/03/2014 à 19:52

Le PS est devenu fou.

Signaler Répondre

avatar
sanction le 27/03/2014 à 16:57

il faut voter Michel Havard pour dénoncer ces magouilles électorales

Signaler Répondre

avatar
le PS n'est plus à gauche le 27/03/2014 à 15:53

Clair et très bien dit.

Signaler Répondre

avatar
Agnès le 27/03/2014 à 15:16

Entre la peste et le choléra, mon cœur balance !!
Gauche modérée et gauche dure : même combat contre la France !!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.