Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag

L’OL a réussi son premier Paris

Photo d'illustration - LyonMag

A moins d'une semaine de la finale de la coupe de la Ligue qui opposera les deux clubs au Stade de France, l'OL a gagné un premier pari, celui de battre un Paris Saint-Germain encore meurtri par son élimination en Champion's league face à Chelsea mardi.

Manifestement, l'Olympique Lyonnais, qui avait deux jours de récupération en moins que les Parisiens, a mieux digéré la sienne en Europa league contre la Juventus Turin.
Déjà, contre la Juve, l'OL avait fait la preuve qu'il pouvait rivaliser avec les meilleurs mais n'avait, alors, pas pu transformer l'essai en victoire ou qualification.
C'est chose faite mais ce succès face au PSG ne fait pas de Lyon un champion mais rapporte trois points trois points précieux dans la course à l'Europe.

Ce lundi matin, l'OL est toujours 5e, garde l'OM à distance à trois longueurs et revient surtout à deux de Saint-Etienne, 4e et accroché à Reims (2-2).
En revanche, cette seconde défaite du PSG dans la même semaine, n'anéanti en rien les chances du club de la Capitale d'être champion. Il conserve toujours dix points d'avance sur Monaco, 2e, à cinq journées de la fin.

Cette victoire ne donne en rien non plus un avantage psychologique aux Lyonnais en vue de la finale de la coupe de la Ligue. Celle-ci sera un tout autre match avec sans doute d'autres joueurs de part et d'autres.
Rémi Garde, malgré sa faible marge de manœuvre à la tête d'un effectif décimé par les blessures, avait réussi à ménager Henri Bedimo, Samuel Umtiti, Steed Malbranque, remplacés par Mouhamadou Dabo à peine revenu de blessure, Bakary Koné, associé à Milan Bisevac en défense central, et le jeune Nabil Fekir qui n'avait plus été titulaire depuis la réception de Lille, le 28 septembre. En attaque, l'entraîneur olympien avait fait confiance au duo Jimmy Briand-Bafé Gomis pour laisser souffler Alexandre Lacazette.

A Paris, Laurent Blanc avait décidé d'apporter du sang neuf pour atténuer la répercussion de la défaite à Londres mais l'équipe parisienne avait quand même fière allure mais l'absence de Zlatan semble quand même un handicap bien que les joueurs de l'effectif soient tous de très haut niveau.
Jordan Ferri avec encore un but sur un tir lointain et Anthony Lopes, par sa grande présence dans la surface et ses arrêts de grande classe, ont été les grands hommes de l'OL mais l'ensemble de l'équipe est à louer pour sa justesse tactique et sa solidarité de tous les instants.

Samedi, ce sera un tout autre match. Ceux qui étaient sur le banc pour souffler devraient retrouver un statut de titulaire et il est ainsi difficile de tirer de réels enseignements que ceux de la rencontre de dimanche proprement dite.
Par ailleurs, l'OL a encore perdu un joueur, Bakary Koné, blessé aux adducteurs et sorti à l'heure de jeu à la 51e minute, remplacé par Umtiti alors que Ferri, l'un des héros de dimanche soir, sera suspendu pour la finale.
Garde devra encore trouver des solutions pour ce 56e match de la saison mais pour l'heure, l'entraîneur lyonnais a plutôt démontré qu'il avait un certain savoir faire.



Tags : ol | olympique lyonnais |

Commentaires 1

Déposé le 14/04/2014 à 13h59  
Par OLforever Citer

Bien entendu que ça donne un avantage psychologique à Lyon pour samedi, de la même façon que ça fait douter les joueurs du PSG.

Ca ne donne pas le résultat, loin de là, il faudra jouer ce match, mais ça remet un peu d'équité dans cette rencontre si disproportionnée par les moyens financiers des deux clubs.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.