Le GIPN de Lyon arrête deux hommes soupçonnés d'avoir séquestré une famille en Saône-et-Loire

Le GIPN de Lyon arrête deux hommes soupçonnés d'avoir séquestré une famille en Saône-et-Loire

Deux hommes de 32 et 25 ans ont été interpellés le 8 avril à Mâcon par le GIPN (Groupement d'intervention de la police nationale) de Lyon et la police judiciaire de Dijon.
Tout commence au début du mois d'octobre 2013. Un groupe de deux ou trois agresseurs armés d'un fusil font irruption au domicile d'un directeur de marché âgé de 51 ans, à Sancé (Saône-et-Loire). Sa femme âgée de 38 ans et leur bébé de six mois se trouvaient également sur les lieux. Les agresseurs avaient forcé les époux à se rendre au supermarché, situé à Charnay-les-Mâcon, afin de se faire ouvrir le coffre. Le nourrisson avait été laissé seul dans la maison. Là, les malfaiteurs ont dérobé un butin de plus de 60 000 euros, avant de s'enfuir avec la voiture de leurs victimes. Le véhicule a été retrouvé peu de temps après, et les enquêteurs ont pu y relever des empreintes.
Au terme de leur garde à vue, les deux suspects arrêtés au début du mois ont été mis en examen pour extorsion en bande organisée et avec arme, enlèvement et séquestration, selon une source proche du dossier. L'un a été écroué et l'autre laissé libre sous contrôle judiciaire. Aucune arme n'a été retrouvée au cours des perquisitions menées chez les deux agresseurs. L'enquête se poursuit afin de déterminer s'ils ont pu être aidés par des complices. Par ailleurs, tous deux étaient déjà connus de la justice.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Kasneh le 15/04/2014 à 19:24

Nous ne doutons pas un instant que les délinquants ne sont pas racistes.

Signaler Répondre

avatar
WAM le 15/04/2014 à 17:39

ce genre de faits divers me hérisse le poil.

Signaler Répondre

avatar
Konceledize le 15/04/2014 à 15:59

Si nous nous doutons que la majorité des racistes votent Front National, nous ne doutons pas non plus que la majorité des délinquants votent majoritairement socialiste.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.