Viol au lycée de la Rochelle : les prélèvements ADN seront envoyés dans des laboratoires de Lyon et Nantes

Viol au lycée de la Rochelle : les prélèvements ADN seront envoyés dans des laboratoires de Lyon et Nantes

Une vingtaine de prélèvements ADN restent encore à effectuer au lycée privé Fénelon-Notre-Dame à La Rochelle, afin d'identifier l'auteur du viol d'une jeune fille qui a eu lieu en septembre 2013.
Depuis lundi matin, 503 prélèvements ont été faits sur les 527 prévus. Une fois terminés, ils seront envoyés à des laboratoires de Lyon et Nantes, afin d'établir les profils ADN puis de les comparer avec la trace ADB prélevée sur les vêtements de la victime. Les profils ADN négatifs seront détruits après analyse et comparaison. A ce jour, un seul lycéen a refusé de se soumettre au test, manifestement pour des raisons "philosophiques", selon la magistrate interrogée par l'AFP. Un refus dont la justice ne tiendrait pas rigueur.
Cette opération inédite en milieu scolaire, qui doit s'achever ce jeudi, s'explique par le fait que la jeune fille, agressée dans le noir, n'a pas pu reconnaître son agresseur. Le viol n'avait été révélé par le parquet qu'au début du mois d'avril.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.