Lyon : une vendeuse agressée par des squatteuses

Les faits se sont déroulés la semaine dernière. Selon le Progrès, deux femmes s'installent devant un magasin de chaussures de la rue Edouard-Herriot dans le 2e arrondissement. L'une d'elles vomit dans le caniveau. Un comportement qui offusque les clients et qui oblige la vendeuse de l'enseigne à sortir pour demander aux squatteuses de partir.
Mais cette remontrance n'aura pas l'effet souhaité : les deux femmes ont agressé la vendeuse, la griffant et lui distribuant des coups de poings. Les policiers ont finalement interpellé les deux squatteuses, l'une sera prochainement convoquée au tribunal tandis que l'autre, une adolescente, a été mise en examen pour violences volontaires en réunion.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
niatata le 08/04/2015 à 21:44
1984 a écrit le 08/04/2015 à 20h45

De là à ce que la vendeuse finisse en prison...

Non mais ça peut faire circonstance atténuante.

Action de police intérieur, fouilles, demande de papiers, expulsion forcée, intervention aux abords des magasins, il y'a eu plusieurs procès concernant le périmètre d'action des agents de sécurité de centre commerciaux, à chaque fois il a été jugés qu'ils n'avaient pas le droit d'intervenir et devaient se contenter d'appeler la police, alors une vendeuse qui fait la sécurité en dehors du magasin...

Même causes, même conséquences comme on dit.

Signaler Répondre

avatar
1984 le 08/04/2015 à 20:45
niet a écrit le 08/04/2015 à 16h37

Affaire similaire déjà jugé, la vendeuse est en partie en faute, elle aurait due appeler la police, elle n'a pas le droit d'intervenir sur la voie public, pour demander aux gens de partir.

De là à ce que la vendeuse finisse en prison...

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 08/04/2015 à 18:43
niet a écrit le 08/04/2015 à 16h37

Affaire similaire déjà jugé, la vendeuse est en partie en faute, elle aurait due appeler la police, elle n'a pas le droit d'intervenir sur la voie public, pour demander aux gens de partir.

Ca se passe comme ça, ça se passe comme ça, en Collombie, en Collombie!

Signaler Répondre

avatar
niet le 08/04/2015 à 16:37

Affaire similaire déjà jugé, la vendeuse est en partie en faute, elle aurait due appeler la police, elle n'a pas le droit d'intervenir sur la voie public, pour demander aux gens de partir.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.