Lyon : la gérante d'un salon de massages érotiques interpellée

Lyon : la gérante d'un salon de massages érotiques interpellée

Mardi, la police a procédé à l'interpellation d'une femme de 34 ans.

Elle est soupçonnée d'être à la tête d'un salon de massage clandestin qui proposait aux clients des caresses sexuelles. Trois masseuses auraient été employées par la trentenaire dans un appartement du boulevard Vivier-Merle à Lyon.
L'enquête n'a débuté qu'en janvier mais les faits remonteraient à 2013. Probablement poursuivie pour proxénétisme aggravé après son passage devant le parquet, la gérante du salon de massage aurait engrangé plusieurs milliers d'euros grâce à son affaire.

22 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
LEGION SEMPI le 06/10/2015 à 23:17
FORCE ET HONNEUR a écrit le 22/09/2015 à 03h18

Et vous, le feriez-vous ? Laisser accéder à votre corps le premier venu ? "Un peu de drogue et on ne souffre plus", c'est bien pratique pour tous ces enfoirés qui consomment, ou qui prennent leur bénéfice. S'il y avait moins d'hommes aux instances représentatives, la SEULE loi pertinente du gouvernement actuel, contre la prostitution, serait passée. IL EST TEMPS QUE LES FEMMES PRENNENT LE POUVOIR.

Il n'y a pas que des femmes, à 1/3 c'est des >T< et il y'a des hommes aussi !
Et il ne s'agit pas d'un acte populiste étant donné que très peu d'hommes contrairement au passé des maisons, vont voir des pros.

Signaler Répondre

avatar
Bonne chose le 06/10/2015 à 21:19

La police à fait un bon travail pour démanteler ce salon clandestin il faut pas oublier que nous sommes en France et que ce genre de salon clandestin exploite des filles qui font des finitions pour gagner leur vie

Signaler Répondre

avatar
FORCE ET HONNEUR le 22/09/2015 à 03:18
MORSE ET HORREUR a écrit le 21/09/2015 à 18h39

Elles n'ont pas le choix souvent.... Nécessité fait loi.

Et vous, le feriez-vous ? Laisser accéder à votre corps le premier venu ? "Un peu de drogue et on ne souffre plus", c'est bien pratique pour tous ces enfoirés qui consomment, ou qui prennent leur bénéfice. S'il y avait moins d'hommes aux instances représentatives, la SEULE loi pertinente du gouvernement actuel, contre la prostitution, serait passée. IL EST TEMPS QUE LES FEMMES PRENNENT LE POUVOIR.

Signaler Répondre

avatar
j)luc le 21/09/2015 à 19:52
Roland a écrit le 21/09/2015 à 18h07

il faut abroger la Loi Marthe RICHARD et laisser les femmes faire ce qu'elles veulent de leur corps

et si c'était ta fille qui le faisait forçée ???

Signaler Répondre

avatar
meylanvill le 21/09/2015 à 18:54

A Paris aussi, il y a un fameux ménage à faire dans ces salons .
Tout le monde le sait, et personne ne fait rien .

Signaler Répondre

avatar
MORSE ET HORREUR le 21/09/2015 à 18:39
FORCE ET HONNEUR a écrit le 21/09/2015 à 17h38

Seuls des hommes ont pu écrire ces commentaires évidemment. Mais vous croyez que ces femmes ont du plaisir à "remonter le moral" de leurs clients ? C'est encore pire que si elle se faisaient chier dessus par des porcs. Cet acte dégradant et indigne d'un être humain est heureusement interdit par la loi et c'est bien dommage que la police ne soit pas plus efficace pour la faire respecter.

Elles n'ont pas le choix souvent.... Nécessité fait loi.

Signaler Répondre

avatar
Roland le 21/09/2015 à 18:07

il faut abroger la Loi Marthe RICHARD et laisser les femmes faire ce qu'elles veulent de leur corps

Signaler Répondre

avatar
Citoyendu69 le 21/09/2015 à 17:39

J'espère que la Police est intervenue car un réseau de proxénétisme était à l’œuvre et que les filles étaient maltraitées sinon c'est n'importe quoi.

Signaler Répondre

avatar
FORCE ET HONNEUR le 21/09/2015 à 17:38

Seuls des hommes ont pu écrire ces commentaires évidemment. Mais vous croyez que ces femmes ont du plaisir à "remonter le moral" de leurs clients ? C'est encore pire que si elle se faisaient chier dessus par des porcs. Cet acte dégradant et indigne d'un être humain est heureusement interdit par la loi et c'est bien dommage que la police ne soit pas plus efficace pour la faire respecter.

Signaler Répondre

avatar
jerome76 le 21/09/2015 à 16:43

C'est une arrestation pour l'exemple tant il y a de salons à Lyon.

Je vais chez le coiffeur rue de la charité et juste à coté il y a le même type de salon... En face du commissariat !

On vous fait là bas un massage avec finition.

Signaler Répondre

avatar
rue du cirque le 21/09/2015 à 16:39

Il y a un salon de massage rue du Cirque avec un gars qui passe tout le temps devant sur un scooter ^^

Signaler Répondre

avatar
joel.jeanroy@yahoo.fr le 21/09/2015 à 16:31

bon encore une atteinte a la liberte.

Signaler Répondre

avatar
marco71 le 21/09/2015 à 16:28
taxxxi69 a écrit le 18/09/2015 à 12h11

Toi par contre tu charies un peu !! Il n'y a pas que le terrorisme ou la prostitution qui occupe la police et fort heureusement pour nous. Tu es partisans des prostituees ou pour la legalisation de la leur metiers c'est ton choix. Mais pour l'instant c'est interdit par la loi. Et en plus c'est de l'argent non declare. L'economie souterraine est un tres gros probleme pour les finances publiques, meme si les personnes qui si pretent ont un tres fort pouvoir d'achat.

les annonces de prostituées sur internet sont connues et tout le monde s'en fout

Signaler Répondre

avatar
tearitup le 21/09/2015 à 16:27

alors madame mado est toujours dans le coup

Signaler Répondre

avatar
LEO le 19/09/2015 à 09:12

vs avez des adresses ?

Signaler Répondre

avatar
98 le 19/09/2015 à 09:11

les flics feraient mieux de regler les pb d insecurites que de foutre des bienfaitrices au trou

Signaler Répondre

avatar
vaste débat le 18/09/2015 à 20:23

Sur Villeurbanne et Vénissieux, il y a des commerces qui, visiblement, servent à blanchir autre chose que le linge et on les laisse tranquille. Pourquoi ? Par manque de preuves ou parce que les politiques se désintéressent de ce genre de trafic ? Depuis quelques mois, il y a une traque de tous ces salons de "massage" clandestins. Pourquoi ? Pour enrayer le travail clandestin ? Peut-être, mais pas seulement... Allez voir du côté du Bâtiment s'il y a du travail au noir... Dans la même temps, on voit aussi de plus en plus d'agressions de prostituées et de crimes sexuels. Je ne suis ni pour ni contre les maisons closes, mais peut-être cela permettrait-il de limiter certains crimes, de protéger davantage les prostituées, d'alléger un peu la charge de travail des policiers qui sont en sous-effectif et, cerise sur le gâteau, de renflouer les caisses de l’Etat !! On peut avoir le même débat avec le trafic du cannabis.

Signaler Répondre

avatar
Liberté le 18/09/2015 à 16:18

Si les horribles gauchistes veulent défendre les droits de la femme , ce n'est pas dans les salons de massage qu'il faut aller !! Vous voyez donc ou ?

Signaler Répondre

avatar
Nostradamus le 18/09/2015 à 16:14

Cette dame devrait être décorée pour remonter le moral de nombreux Francais qui étaient habitués à une vie bien meilleure avant le socialisme totalitaire en place actuellement heureusement pour tres peu de temps encore !! Vive la liberté et la démocratie !!!!!

Signaler Répondre

avatar
EricdeLyon le 18/09/2015 à 12:33

Encore un complot de l'ultra gauche contre la libre entreprise.

Signaler Répondre

avatar
taxxxi69 le 18/09/2015 à 12:11

Toi par contre tu charies un peu !! Il n'y a pas que le terrorisme ou la prostitution qui occupe la police et fort heureusement pour nous. Tu es partisans des prostituees ou pour la legalisation de la leur metiers c'est ton choix. Mais pour l'instant c'est interdit par la loi. Et en plus c'est de l'argent non declare. L'economie souterraine est un tres gros probleme pour les finances publiques, meme si les personnes qui si pretent ont un tres fort pouvoir d'achat.

Signaler Répondre

avatar
Ils n'ont que ça à faire? le 18/09/2015 à 10:31

La Police doit être mobilisé toute entière contre le terrorisme islamique! Laissez tranquille ceux qui font du bien aux autres! Nous ne sommes pas encore sous la Charia!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.