Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le blog spectacles

“Comme les autres”, “Martyrs” et “Le sel de la mer” au cinéma, le début de la biennale de la danse et le nouveau roman de Delphine Bertholon pour cette rentrée littéraire. Le programme sorties de cette semaine du mercredi 3 septembre.

Cinéma

Comme les autres
Manu veut absolument un enfant. Philippe ne veut pas en entendre parler. La tension monte dans ce couple homo interprété par Lambert Wilson et Pascal Elbé. Elle est même a son comble quand Manu trouve la solution : mettre enceinte une mère porteuse. Au risque de briser son couple. Surtout que la future mère s’attache de plus en plus à Manu... Rien de revendicatif ou de vraiment engagé dans cette petite comédie de Vincent Garenq. Mais de l’émotion, quelques surprises et un sujet d’actualité. Ce n’est pas révolutionnaire mais on passe un bon moment.

Martyrs
Lucie, une petite fille de dix ans, disparaît. Elle est retrouvée 14 mois plus tard errant sur une route. La police découvre qu’elle a été torturée pendant tout ce temps dans une chambre froide d'un abattoir désaffecté. Sans être violée. Traumatisée, elle est internée dans un hôpital psychiatrique où elle va se lier d'amitié avec Anna. 15 ans plus tard, Lucie frappe à la porte d’une maison isolée. Un homme ouvre, elle l’abat d’un coup de fusil, avant de flinguer sa femme et ses deux enfants, persuadée d’avoir retrouvé son bourreau. Au milieu du bain de sang, elle appelle son amie Anna. C’est à ce moment là qu’elle entend à nouveau cette terrifiante respiration qui hantait ses nuits dans le noir quand elle était gamine... Un film à la violence inouïe, mais jamais gratuite, et qui retourne les tripes. Avec en plus un scénario bien ficelé. Le réalisateur Pascal Laugier avait lancé qu’il “fallait vraiment qu'on ait une sensation physique, organique, de la douleur infligée”. C’est réussi. Les fans du genre applaudiront à deux mains et s’en souviendront longtemps, les autres quitteront rapidement la salle.

Le sel de la mer
Un road movie d’Annemarie Jacir. L’histoire d’une Palestinienne de 28 ans qui a grandi aux Etats-Unis et qui décide de retourner sur la terre de ses ancêtres. Elle va alors rencontrer un jeune homme qui cherche au contraire à quitter le pays à tout prix. Un film qui illustre bien la problématique des différentes cultures, la haine entre les communautés... Mais c’est parfois un peu tranché et surtout trop engagé côté palestinien.


Danse

Les 25 ans de la biennale
600 artistes, 42 compagnies de 19 pays, 165 représentations, 15 créations mondiales, 85 000 spectateurs attendus aux spectacles payants et 300 000 au défilé le 14 septembre. La biennale de la danse débute samedi 6 septembre. Un événement incontournable, féstif, coloré, plein de joie et de talents qui fête cette année ses 25 ans. Une biennale qui s’ouvre avec la reprise de “Retour en avant” du lyonnais Michel Hallet Eghayan à la Croix-Rousse. Une chorégraphie créé en 1983 sur une musique de Bach et qui donne son nom au thème de la Biennale. A voir également, “Gershwin” à la Maison de la danse. Une superbe chorégraphie signée José Montalvo et Dominique Hervieu.
Et les événements sont déjà nombreux : avec par exemple les brésiliens de la Companhia Urbana de dança aux Célestins sur une chorégraphie hip-hop du lyonnais Mourad Merzouki, 10 danseurs et le quatuor Debussy dans “Entity : A Diptych” de Wayne McGregor, le Ballet de l’Opéra de Lyon, les magnifiques “Petites pièces de Berlin” de Dominique Bagouet ou “Double vision”, l’incroyable solo de la chorégraphe américaine Carolyn Carlson présentée une seule fois le 12 septembre au Toboggan. Bref, un programme déjà très riche.
Renseignements : www.biennale-de-lyon.org/danse2008/fran/


Rentrée littéraire

La révélation lyonnaise

Kidnapping et amours impossibles : les thèmes du nouveau roman de Delphine Bertholon, une jeune Lyonnaise très prometteuse.

Un violent orage de début d’été sur la côte Atlantique. Une voiture s’arrête devant Madison, 11 ans, trempée de la tête au pied. La vitre s’ouvre, un homme se penche et lui demande comment se rendre chez le vétérinaire pour pouvoir faire soigner son chaton. Madison hésite mais elle vient elle-même d’avoir un petit chat. Et surtout, elle est secrètement amoureuse de Stanislas, le fils du vétérinaire. Une bonne occasion de le voir ! Du coup, elle monte dans la voiture. Le début de son cauchemar. Séquestrée au fond d’une cave, son seul plaisir est d’écrire dans un petit cahier qu’elle doit ensuite soigneusement cacher. Alors qu’au bout de quelques semaines d’enquête, seule sa mère continue à croire qu’elle est toujours en vie...
“Twist”, le nouveau roman de la Lyonnaise Delphine Bertholon, ne devrait pas passer inaperçu lors de cette rentrée littéraire. Avec une écriture simple qui associe le journal de Madison, les lettres que lui écrit sa mère et les récits de la vie sentimentale de Stanislas. Si l’enlèvement d’un enfant est un sujet dur et éprouvant, Delphine Bertholon le traite avec beaucoup d’humour grâce à la vision décalée de cette jeune fille qui décide de comprendre pourquoi elle a été enlevée et de se battre pour retrouver la liberté. Mais au fond, c’est surtout un roman sur des histoires d’amours impossibles. A lire absolument. D’ailleurs Delphine Bertholon est une auteur à suivre. A 32 ans, elle a déjà écrit deux autres romans : “Dentelles mortes” et l’originale “Cabine commune” où elle racontait, entièrement sous forme de dialogues, l’ambiance parfois hystérique d'une boutique de vêtements. Alors qu’elle travaille également pour le théâtre et la télévision, puisque c’est elle qui a écrit la série “Madame Hollywood” diffusée en mai 2007 sur Canal+.
“Twist”, de Delphine Bertholon, Ed. JC Lattès,  429 p., 18 euros.



Tags : Delphine Bertholon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.