Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Mohamed Sifaoui soutient Lyon Mag

Ce grand reporter d’origine algérienne a réalisé de nombreuses enquêtes sur des sujets sensibles, notamment sur les islamistes mais aussi la mafia chinoise (1). Bref, les pressions et les menaces, il connaît ! Pour lui, le procès qu’intente Christian Latouche à Philippe Brunet-Lecomte remet en cause la liberté d’expression. C’est pourquoi il a décidé d’apporter son soutien à Lyon Mag. Voici le texte intégral de sa lettre.

“Paris, le 12 septembre 2007

Cher Philippe Brunet-Lecomte,

C’est avec consternation – et c’est là un euphémisme – que j’ai appris que votre livre relatant, si j’en crois les comptes-rendus de presse, les difficultés que vous rencontrez depuis plusieurs mois avec Christian Latouche est poursuivi en référé par ce même monsieur, au motif que cette publication porterait atteinte à son « honneur et à sa considération ».
Je vous avoue que je ne connais pas ce monsieur, et son attitude à l’égard de votre journal me laisse dire que je ne serai pas honoré de faire sa connaissance. Son attitude ne démontre pas autre chose qu’un mépris total à l’égard de la liberté d’expression. Et pour moi, le réfugié politique d’origine algérienne, pour moi le musulman laïc et démocrate qui a choisi la France pour pouvoir jouir totalement de sa liberté de pensée et d’expression, je ne puis que me révolter lorsque je vois – et j’en vois de plus en plus – des personnes cherchant à bafouer, de cette manière, le travail journalistique et l’indépendance de la presse.
Je n’ai pas lu votre livre. Et peut-être que je n’aurai même pas le temps de le parcourir. N’empêche, vous voulez, à l’évidence, y raconter votre vérité. C’est là, de mon point de vue, votre droit le plus légitime. M. Latouche, mais peut-être l’ignore-t-il, peut également écrire sa vérité. Je pense que ni vous ni lui ne l’avez totalement. C’est à nous, modestes lecteurs, de nous faire une opinion sur le différend qui vous oppose.
Ce monsieur est-il né dans le pays de Voltaire qui disait en substance : « je ne suis pas d’accord avec vous, mais je mourrai pour que vous puissiez exprimer votre pensée » ? Ou bien alors vit-il dans le royaume des ayatollahs et de l’obscurantisme intellectuel ?
Je suis révolté à l’idée de constater que des hommes cherchent à interdire les écrits d’autres hommes. Je suis d’autant plus outré que je me bats depuis plusieurs années au sein de la « communauté musulmane » pour que la parole du détracteur soit aussi respectée que la parole de l’allié. C’est la raison pour laquelle, je m’étais opposé aux « institutions musulmanes » et ce, en apportant mon modeste témoignage en faveur de Charlie Hebdo, lorsque ces mêmes institutions avaient cherché à interdire la publication des caricatures de Mahomet.
En tout état de cause, avec ces quelques mots, je voulais vous exprimez mon soutien, vous assurez de ma sympathie et de mon entière solidarité avec vous-même mais aussi avec l’ensemble de votre équipe qui, je n’en doute point, passe depuis quelque mois, une période difficile. Non pas que cette solidarité soit nourrie par un quelconque sentiment corporatiste, tant s'en faut. Croyez que j’aurais certainement écrit la même lettre à M. Latouche si c’était vous qui étiez dans le rôle du censeur.
De plus, tenez bon et gardez ce journal qu’est Lyon Mag. Vous avez su le faire et le développer avec brio. Il ne faudrait pas que des censeurs le récupèrent pour en faire un outil de propagande servant je ne sais quels intérêts. J’espère que ce monsieur qui lance une bataille juridique pour sauver son « honneur et sa considération », perdra ladite bataille. De toute manière, en la lançant, dans l’espoir d’interdire une publication, il a déjà perdu son honneur et sa considération. A-t-il au moins compris cela ?
En tout état de cause, je pense que la justice française, que je compte parmi les derniers remparts capables de sauver les fondamentaux de ce pays, ne sera pas dupe. Et j’espère qu’elle penchera du bon côté. Pour ma part, je pense que c’est le vôtre.
Cette lettre, faites-en ce que vous voulez. Si elle doit remonter le moral de vos collaborateurs, lisez la leur ; si elle doit mobiliser vos lecteurs, publiez là ; si elle doit faire réfléchir M. Latouche, offrez là lui et si elle peut servir au tribunal, produisez là. Si elle ne peut servir en aucune manière, gardez la moi afin que vous puissiez me rappeler, si ma santé mentale venait à me jouer des tours, que je ne dois jamais menacer la liberté d’expression d’autrui. Il y va de mon honneur et de ma considération. 

Veuillez agréer, cher Philippe Brunet-Lecomte, l’expression de mes meilleurs sentiments."

Mohamed Sifaoui
http://www.mohamed-sifaoui.com

(1) Mohamed Sifaoui a notamment publié “La France malade de l’islamisme”, au Cherche Midi en 2002 ; “Mes Frères assassins” au Cherche Midi en 2003“ ; “Sur les traces de Ben Laden : le jeu trouble des Américains”, Le Cherche Midi 2004; “L’affaire des caricatures, dessins et manipulations” Editions Privé 2006; “J’ai infiltré le milieu asiatique”, Le Cherche Midi, 2007. Envoyé spécial : “Mais qui est donc Tariq Ramadan ?”, Le Droit de Savoir : “J’ai infiltré le milieu asiatique”...



Tags : sifaoui | Mohamed Sifaoui |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.