Lunettes, dents, audition : des restes à charge élevés dans le Rhône

Lunettes, dents, audition : des restes à charge élevés dans le Rhône
photo d'illustration - Lyonmag.com

Acheter des lunettes ou aller chez le dentiste coûte plus ou moins cher en fonction de son lieu de résidence. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la Mutualité française et publiée ce mercredi.

La Fédération qui regroupe la majorité des mutuelles de santé existant en France a calculé le reste à charge de l’assuré, une fois déduits les remboursements de la Sécurité sociale et des complémentaires santé. Une somme qui varie en fonction des départements.

Ainsi, le reste à charge moyen pour des lunettes est évalué en moyenne à 167 euros. Mais dans le Rhône, le patient doit débourser 179 euros, contre 138 euros dans la Loire. Ce qui fait de notre département l’un des moins bien lotis de l’Hexagone.

Concernant les prothèses dentaires, la moyenne du reste à charge est de 55 euros. A Lyon, la somme atteint les 63 euros, et même les 85 euros dans l’Ain, voire les 90 euros en Isère. A l’inverse, mieux vaut habiter dans la Loire, où il ne restera que 4 euros à débourser au patient.

Enfin, concernant les prothèses auditives, l’assuré doit payer en moyenne 856 euros, une fois déduits les remboursements de la Sécurité sociale et des complémentaires santé. Pour une fois, le Rhône se situe dans la moyenne, avec un reste à charge de 855 euros. Comptez 965 euros dans l’Ain. Cette somme peut atteindre les 1049 euros en Haute-Saône.

Cette étude intervient alors qu'Emmanuel Macron a fixé l'objectif d'un reste à charge zéro dans ces trois domaines de santé.

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Post monétaire le 29/09/2017 à 11:04
Trop fort ,ce système. a écrit le 28/09/2017 à 18h53

C'est normal,puisqu'on copie les américains et leur modes de vie. On est en train de perdrent TOUS les acquis sociaux petit a petit.et la cerise sur le gâteau,c'est qu'en plus ils nous force à culpabilisé,en nous montant les uns contre les autres .

Il est "trop fort ce système" parce qu'on continue à le nourrir en utilisant l'outil qui le maintien.
:o)

Signaler Répondre

avatar
Trop fort ,ce système. le 28/09/2017 à 18:53
MACRON préfèrent satisfaire "le droit à l'enfant pour toutes"! a écrit le 28/09/2017 à 13h16

L'écart se creuse également avec nos voisins européens, selon un sondage publié vendredi.

Ils sont de plus en plus nombreux. Près d'un tiers des Français, 29% environ, ont dû renoncer à se faire soigner, faute d'argent ces derniers mois contre 11% il y a deux ans, selon un sondage CSA pour Europ Assistance publié vendredi.

Les sacrifices concernent "les soins dentaires" et "les lunettes" pour 22% des personnes interrogées. Mais pas seulement. A côté de ces secteurs connus pour être onéreux, se nichent aussi des soins plus "courants" pour 12% des sondés, "l'achat de médicaments" (6%), des "soins lourds comme les opérations, les examens ou traitements coûteux" (5%).

"Il y a malheureusement toute une partie de la population, je pense notamment aux personnes qui bénéficient d'un minimum vieillesse, de l'allocation adulte handicapé, dont les revenus sont de quelques euros au-dessus du minima et de ce fait, ne peuvent pas bénéficier de cette couverture médicale universelle complémentaire", analyse sur Europe 1 le docteur Olivier Bernard, de l'association Médecins du monde.

"Ils ne peuvent se payer des soins coûteux que sont les soins dentaires et les lunettes", conclut-il en précisant que Valenciennes, Pau, Besançon, Montpellier et Nancy sont les villes les plus concernées dans l'Hexagone.

Un système à deux vitesses
Un constat d'autant plus inquiétant que l'écart se creuse aussi avec nos voisins européens avec les États-Unis, pourtant "réputés" pour leur système de santé inéquitable. Ils sont 25% aux Etats-Unis, 19% en Italie, 15% en Allemagne, 10% en Autriche, 6% en Grande-Bretagne et 5% en Suède. Entre 2009 et 2011, la proportion a augmenté partout, sauf en Grande-Bretagne, ainsi qu'en Suède, en Allemagne et Autriche, où les chiffres sont relativement stables.

Le système de santé français est-il en train de devenir un système à deux vitesses ? Pour 51% des Français, il ne garantit plus "l'égalité" entre les citoyens. Un jugement également partagé par nos voisins mais souvent avec beaucoup plus de force. 76% des Polonais répondent "non", 67% des Allemands, 61% des Tchèques et des Américains, 57% des Italiens, 50% des Autrichiens, 40% des Britanniques. Seuls les Espagnols semblent plus optimistes avec 21 % de personnes jugeant le système de santé inégalitaire.





http://www.europe1.fr/france/ces-francais-qui-ne-se-soignent-plus-745945

C'est normal,puisqu'on copie les américains et leur modes de vie. On est en train de perdrent TOUS les acquis sociaux petit a petit.et la cerise sur le gâteau,c'est qu'en plus ils nous force à culpabilisé,en nous montant les uns contre les autres .

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 28/09/2017 à 14:45

Ne me dites pas que tous ces problèmes sont encore directement liés à l'utilisation de monnaie ???

:D

Signaler Répondre

avatar
mouarff le 28/09/2017 à 14:09
MACRON préfèrent satisfaire "le droit à l'enfant pour toutes"! a écrit le 28/09/2017 à 13h16

L'écart se creuse également avec nos voisins européens, selon un sondage publié vendredi.

Ils sont de plus en plus nombreux. Près d'un tiers des Français, 29% environ, ont dû renoncer à se faire soigner, faute d'argent ces derniers mois contre 11% il y a deux ans, selon un sondage CSA pour Europ Assistance publié vendredi.

Les sacrifices concernent "les soins dentaires" et "les lunettes" pour 22% des personnes interrogées. Mais pas seulement. A côté de ces secteurs connus pour être onéreux, se nichent aussi des soins plus "courants" pour 12% des sondés, "l'achat de médicaments" (6%), des "soins lourds comme les opérations, les examens ou traitements coûteux" (5%).

"Il y a malheureusement toute une partie de la population, je pense notamment aux personnes qui bénéficient d'un minimum vieillesse, de l'allocation adulte handicapé, dont les revenus sont de quelques euros au-dessus du minima et de ce fait, ne peuvent pas bénéficier de cette couverture médicale universelle complémentaire", analyse sur Europe 1 le docteur Olivier Bernard, de l'association Médecins du monde.

"Ils ne peuvent se payer des soins coûteux que sont les soins dentaires et les lunettes", conclut-il en précisant que Valenciennes, Pau, Besançon, Montpellier et Nancy sont les villes les plus concernées dans l'Hexagone.

Un système à deux vitesses
Un constat d'autant plus inquiétant que l'écart se creuse aussi avec nos voisins européens avec les États-Unis, pourtant "réputés" pour leur système de santé inéquitable. Ils sont 25% aux Etats-Unis, 19% en Italie, 15% en Allemagne, 10% en Autriche, 6% en Grande-Bretagne et 5% en Suède. Entre 2009 et 2011, la proportion a augmenté partout, sauf en Grande-Bretagne, ainsi qu'en Suède, en Allemagne et Autriche, où les chiffres sont relativement stables.

Le système de santé français est-il en train de devenir un système à deux vitesses ? Pour 51% des Français, il ne garantit plus "l'égalité" entre les citoyens. Un jugement également partagé par nos voisins mais souvent avec beaucoup plus de force. 76% des Polonais répondent "non", 67% des Allemands, 61% des Tchèques et des Américains, 57% des Italiens, 50% des Autrichiens, 40% des Britanniques. Seuls les Espagnols semblent plus optimistes avec 21 % de personnes jugeant le système de santé inégalitaire.





http://www.europe1.fr/france/ces-francais-qui-ne-se-soignent-plus-745945

Troll catholiban inside

Signaler Répondre

avatar
MACRON préfèrent satisfaire "le droit à l'enfant pour toutes"! le 28/09/2017 à 13:16

L'écart se creuse également avec nos voisins européens, selon un sondage publié vendredi.

Ils sont de plus en plus nombreux. Près d'un tiers des Français, 29% environ, ont dû renoncer à se faire soigner, faute d'argent ces derniers mois contre 11% il y a deux ans, selon un sondage CSA pour Europ Assistance publié vendredi.

Les sacrifices concernent "les soins dentaires" et "les lunettes" pour 22% des personnes interrogées. Mais pas seulement. A côté de ces secteurs connus pour être onéreux, se nichent aussi des soins plus "courants" pour 12% des sondés, "l'achat de médicaments" (6%), des "soins lourds comme les opérations, les examens ou traitements coûteux" (5%).

"Il y a malheureusement toute une partie de la population, je pense notamment aux personnes qui bénéficient d'un minimum vieillesse, de l'allocation adulte handicapé, dont les revenus sont de quelques euros au-dessus du minima et de ce fait, ne peuvent pas bénéficier de cette couverture médicale universelle complémentaire", analyse sur Europe 1 le docteur Olivier Bernard, de l'association Médecins du monde.

"Ils ne peuvent se payer des soins coûteux que sont les soins dentaires et les lunettes", conclut-il en précisant que Valenciennes, Pau, Besançon, Montpellier et Nancy sont les villes les plus concernées dans l'Hexagone.

Un système à deux vitesses
Un constat d'autant plus inquiétant que l'écart se creuse aussi avec nos voisins européens avec les États-Unis, pourtant "réputés" pour leur système de santé inéquitable. Ils sont 25% aux Etats-Unis, 19% en Italie, 15% en Allemagne, 10% en Autriche, 6% en Grande-Bretagne et 5% en Suède. Entre 2009 et 2011, la proportion a augmenté partout, sauf en Grande-Bretagne, ainsi qu'en Suède, en Allemagne et Autriche, où les chiffres sont relativement stables.

Le système de santé français est-il en train de devenir un système à deux vitesses ? Pour 51% des Français, il ne garantit plus "l'égalité" entre les citoyens. Un jugement également partagé par nos voisins mais souvent avec beaucoup plus de force. 76% des Polonais répondent "non", 67% des Allemands, 61% des Tchèques et des Américains, 57% des Italiens, 50% des Autrichiens, 40% des Britanniques. Seuls les Espagnols semblent plus optimistes avec 21 % de personnes jugeant le système de santé inégalitaire.





http://www.europe1.fr/france/ces-francais-qui-ne-se-soignent-plus-745945

Signaler Répondre

avatar
Attention aux arnaques le 28/09/2017 à 11:46
pub a écrit le 28/09/2017 à 11h04

À lunettes pour tous mes lunettes à verres progressifs anti rayures ...m'ont coûté 30€

Le prix de deux pavé de verres au marchand de matériaux,mdrrrrrr. Méfiez vous du loow cost aussi,à 30e ,sachant qu'il y a des marges de bénéfices. Plus la TVA,,ses lunettes sont sorti à 10emaxi de l'usine chinoise . Impossible,à ce prix la ,d'avoir la qualité,le plus dur de nos jours c'est de trouver le qualité /prix et cà c'est pas gagné.

Signaler Répondre

avatar
Pas de pitié pour les "sans dents"! le 28/09/2017 à 11:44

Oui à cause de ces medecins, pharmaciens, opticiens... il restera plus de sous pour payer des PMA sans père et sans homme pour les lesbiennes et les célibataires qui ne veulent pas le faire avec un homme au nom du Droit à l'enfant pour toutes!

A moins que pour payer ces opérations le Gouvernement et l'Assurance-Maladie choisissent d'encore moins rembourser les soins de premières nécessités! A votre avis qu'est-ce que MACRON et SCHIAPPA vont choisir "Le Droit à l'enfant Pour Toutes" remboursé par la Sécu ou un meilleur remboursement pour les soins dentaires?

Le lobby LGBT ou les "sans-dents", les "fainéants", "les alcooliques", "les illetrés"...ceux qui ne paient pas l'ISF?

Signaler Répondre

avatar
pub le 28/09/2017 à 11:04

À lunettes pour tous mes lunettes à verres progressifs anti rayures ...m'ont coûté 30€

Signaler Répondre

avatar
C'estdela merde. le 28/09/2017 à 10:06
Les profiteurs. a écrit le 28/09/2017 à 07h35

Les professionnels de santé ,sont les premiers escrocs de la sécu sociale .tous pourrie memes les chirurgiens qui demandent du liquide pour une opération,qui est pris en charges.

Il est clair que Rien que dans mon boulevard, pas moins de sept pharmacie,dont la dernière à remplacer un bar PMU. Et l'ouverture de deux centre santé avec de jeunes docteurs,je dirais des docteurs ordinateurs qui se fit en tapant le diagnostic aux réponses de celui ci. Quand aux centres dentaires ,ils ouvrent comme des champignons un peu dans tous les quartiers, beaucoup de papiers à fournir,deux à trois Panorex pour soigner une dent ,faut bien amortir l'appareil ,mais cela ne sert à rien . Quand aux centres de kinésithérapie,c'est devenu l'usine ,un peu de pommade trois minutes et apres les électrodes font le reste. Des fois ,sa continue de sonner ,mais le gus et ailleurs ,normal ,il en prends dix en même temps. C'est exact ,que sur le nombre ,on est très bien desservie,mais je regrette le temps des professionnels compétents,car aujourd'hui c'est le chiffre d'affaires et le business . Le professionnalisme c'est perdu dans les profits ,de nos jours tous le monde ou presque a perdu la foi du travail bien fait.

Signaler Répondre

avatar
Les profiteurs. le 28/09/2017 à 07:35

Les professionnels de santé ,sont les premiers escrocs de la sécu sociale .tous pourrie memes les chirurgiens qui demandent du liquide pour une opération,qui est pris en charges.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 28/09/2017 à 07:16

A propos des lunettes, il faudra nous expliquer comment quelques bouts de plastiques fabriqués par des machines pour environ 10 à 15 € nous coûtent finalement 20 à 50 fois plus cher.
Je trouverais normal que les mutuelles abaissent le remboursement à un forfait de 100 € max / Ça calmerait tout le monde non ?

Signaler Répondre

avatar
sakura le 27/09/2017 à 16:19

A Lyon, la somme atteint les 63 euros..

chez quel dentiste ?

parce que bon ceux qui ont du se faire poser une couronne, ou qui ont besoin de s'en faire poser doivent faire des bonds en voyant que leur reste à charge est plus plus souvent le double ou le triple de la somme citée..et ce quelque soit le dentiste..

Mais bon je suppose que cela dépend si on a les moyens de se payer une bonne mutuelle ou pas

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.