Musée des Confluences : le Rhône arrosait le directeur déserteur

Musée des Confluences : le Rhône arrosait le directeur déserteur
Le Musée des Confluences - LyonMag

Dans le cadre de l’affaire Michel Mercier, les enquêteurs du parquet financier ont perquisitionné l’Hôtel du Département du Rhône. Et se sont montrés particulièrement intéressés par le Musée des Confluences. Révélations de l’un des aspects fumeux du dossier.

Au diable l’avarice ! Surtout quand c’est le contribuable qui paye. Fin 1999, quand il embauche le canadien Michel Côté pour inventer le futur Musée des Confluences, Michel Mercier ne tarit pas d’éloges sur ce spécialiste venu du froid. Rien n’a été trop beau pour l’attirer entre Saône et Rhône, à commencer par un salaire plus que confortable (qui n’a toutefois jamais été révélé), un appartement de fonction dont bien des hauts fonctionnaires se contenteraient et des remboursements de frais (des à-Côté pourrait-on dire en jouant sur les mots) qui ont parfois donné des boutons au payeur départemental.

Pendant la décennie qu’il aura passée à Lyon, Michel Côté a beaucoup voyagé. À chaque fois qu’il retournait sur la terre de ses ancêtres, c’est le Département du Rhône qui payait l’addition. Et souvent, il partait en famille, toujours sur le compte de la collectivité. Ainsi, entre 1999 et 2010, les frais remboursés par le Conseil général ont dépassé les 42 000 euros. Pour la seule année 2008, le Département débourse plus de 5000 euros au titre des seuls déplacements à Québec.

Il est vrai que notre homme a toujours conservé des liens étroits avec la belle province. On pourrait même parler d‘un investissement qui se sera révélé judicieux dans la mesure où Michel Côté finira par décrocher le 6 mai 2010 la très prestigieuse direction générale du Musée de la civilisation à Québec. Et du coup, il abandonnera le Musée des Confluences quatre ans avant son ouverture ; alors même, rappelons-le, qu’il avait été recruté dans cette seule perspective.

En 2010, l’année de son départ précipité, la note sera particulièrement salée. Le Conseil Général paye la bagatelle de 10 000 euros au titre des "frais de rapatriement" du directeur. Voilà qui pourrait peut-être donner quelques idées aux agents du Département qui démissionnent pour aller travailler ailleurs. On serait curieux de savoir si, en son temps, Michel Mercier acceptait de financer aussi généreusement leur déménagement.

Mais revenons à Michel Côté. Visiblement, certains frais dont il a demandé le remboursement ont fait tousser du côté des finances publiques. En 2006, le payeur départemental refuse d’honorer une note de 1 688 euros que le Département avait dans un premier temps accepté.

Quand elle succède à Michel Mercier à la présidence du Conseil général du Rhône, Danièle Chuzeville est la digne héritière de son prédécesseur. Au moins en ce qui concerne la dépense publique. En décembre 2014, pour l’inauguration en grandes pompes du Musée, rien n’est trop beau. Qu’importe que Michel Côté ait rendu son tablier pendant la construction. Madame la présidente finance son voyage Québec-Lyon.

Visiblement, Danièle Chuzeville n’en est pas très fière, allant même jusqu’à prétendre le contraire en réponse à une question. Il est vrai qu’à côté des plus de 300 millions d’euros qu’a coûté le musée, les frais remboursés à l’ancien directeur sont effectivement anecdotiques.

Les multiples questions des enquêteurs le mois dernier, adressées aux anciens collaborateurs de Michel Mercier, finiraient par nous laisser croire que tout n’a pas été aussi clair qu’on a pu le croire sur ce dossier. Le succès populaire incontestable du musée est un peu celui de Michel Côté.

Son départ n’a pas été pour autant une catastrophe. L’actuelle directrice Hélène Lafont-Couturier a prouvé qu’elle est tout aussi compétente que son prédécesseur. C’est à elle et à son équipe que l’on doit les expositions temporaires qui se succèdent et attirent régulièrement un public enthousiaste. Et ça, sans multiplier les allers-retours au Canada.

38 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Pourquoitantdehaine? le 20/12/2017 à 20:12
seulementlaverité a écrit le 19/12/2017 à 21h05

J'invite tous les citoyens qui possèdent un fibre civique de boycotter cette monstruosité. Cela me fait penser au grand palais érigé par Ceaucescu avant sa mort, un objet obscène de mégalomanie et de gaspillage.

c'est raté, c'est le musée hors Paris le plus fréquenté en France...avec une moyenne annuelle depuis son ouverture de plus de 750 000 visiteurs passant par la caisse par an.

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 20/12/2017 à 14:07
Jackovelo a écrit le 19/12/2017 à 11h18

Et ceci sans parler des oeuvres hinuits de ses potes qu'il nous a fourguer !
Alors que disparaisait dans les réserves les collections régionales. Ex la lithothèque des roches mts du lyonnais de Attale Riche

Inuits et non pas hinuits, prenez le temps de lire les étiquettes. Beaucoup roches des collections sont présentées, d'autres sont en réserve pour être disponible à la fois pour les scientifiques et pour des expositions temporaires (un des points forts de la dynamique du musée).

Signaler Répondre

avatar
seulementlaverité le 19/12/2017 à 21:05

J'invite tous les citoyens qui possèdent un fibre civique de boycotter cette monstruosité. Cela me fait penser au grand palais érigé par Ceaucescu avant sa mort, un objet obscène de mégalomanie et de gaspillage.

Signaler Répondre

avatar
MIDEL le 19/12/2017 à 18:45

Il y a une lettre que je remplacerais bien dans 'MERCIER".

Je vous laisse deviner.

Signaler Répondre

avatar
Paco de C. le 19/12/2017 à 18:19
et oui a écrit le 19/12/2017 à 14h15

Ne mélange pas tout tonton.
Pour les coûts de construction, les 2 édifices sont presque au même niveau d'engagements d'argent public, 328M€ pour le musée et 320€ pour les accès au stade.
Pour les coûts d'exploitations de ces 2 ouvrages, là nous ne sommes plus dans le même registre.
Le musée dépends de sa billetterie et à défaut ce sera la métropole qui comblera le déficit, donc on n'a pas finit d'en entendre parler
Et pour le stade, il dépends entièrement de la gestion privée de son président et aucun argent public ne pourra être injecté pour le maintenir à flot le cas échéant.
Mais au final, ça fait cher, très très cher, au contribuable lyonnais, tout confondu.

Sans compter les subventions. Je vous laisse chercher les montants annuels.

Signaler Répondre

avatar
Dav le 19/12/2017 à 15:47

Lors de l'extantion de l'hôpital de thizy le chantier à été obtenu en échange de menu travaux cher Mr Michel Mercier comme la construction de ça piscine ainsi que des travaux d'embelissement extérieur de ça maison.sources sur mon père étais macon cher ets durond et à participer au travaux .

Signaler Répondre

avatar
et oui le 19/12/2017 à 14:15
Rasle bol 69 a écrit le 18/12/2017 à 21h42

Il est vrai que ce musée à couté cher, mais il est remarquable et son coup est TRES inférieur à celui du Grand Stade de Décines qui n'a pas beaucoup de vertu pédagogique

Ne mélange pas tout tonton.
Pour les coûts de construction, les 2 édifices sont presque au même niveau d'engagements d'argent public, 328M€ pour le musée et 320€ pour les accès au stade.
Pour les coûts d'exploitations de ces 2 ouvrages, là nous ne sommes plus dans le même registre.
Le musée dépends de sa billetterie et à défaut ce sera la métropole qui comblera le déficit, donc on n'a pas finit d'en entendre parler
Et pour le stade, il dépends entièrement de la gestion privée de son président et aucun argent public ne pourra être injecté pour le maintenir à flot le cas échéant.
Mais au final, ça fait cher, très très cher, au contribuable lyonnais, tout confondu.

Signaler Répondre

avatar
L’ancetre le 19/12/2017 à 13:54

Au Musée « Des FLatulences ´ sa sent le gaz!!!

Signaler Répondre

avatar
Le Nord ! le 19/12/2017 à 13:41
Jackovelo a écrit le 19/12/2017 à 11h18

Et ceci sans parler des oeuvres hinuits de ses potes qu'il nous a fourguer !
Alors que disparaisait dans les réserves les collections régionales. Ex la lithothèque des roches mts du lyonnais de Attale Riche

C'est vrai.

Signaler Répondre

avatar
bibiloulou le 19/12/2017 à 13:18

vous croyait quil ya que lui et gégé et ca bande

Signaler Répondre

avatar
Pigé ? le 19/12/2017 à 12:28
Pigé a écrit le 18/12/2017 à 18h41

Non, c'est raté, je ne suis pas prof. Imaginez-vous qu'il est possible (mais pas pour vous) d'imaginer un monde meilleur sans y voir avantage personnel.

Non, vous n'avez rien compris à la corruption, vous pensez que les profs et sans doute les infirmiers sont perclus d'avantages : renseignez-vous donc sur leurs émoluments en pensant à leur niveau d'étude, au concours qu'ils ont passé.

Enfin, s'agissant du nombre de contributions, puisque quiconque peut commenter tout son saoûl sans être inscrit, sans doute me dépassez-vous pour avoir le loisir de tirer des statistiques.

La prochaine fois, évoquez le fond ; sinon je ne vous louperai pas.

Un peu de fond sur le niveau d'études de certains de vos collègues (lisez bien l'article, il faut en effet un bac+5...) :

www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/05/16/01016-20140516ARTFIG00301-devenir-professeur-avec-420-de-moyenne-c-est-possible.php

Signaler Répondre

avatar
Jackovelo le 19/12/2017 à 11:18

Et ceci sans parler des oeuvres hinuits de ses potes qu'il nous a fourguer !
Alors que disparaisait dans les réserves les collections régionales. Ex la lithothèque des roches mts du lyonnais de Attale Riche

Signaler Répondre

avatar
patoche69570 le 19/12/2017 à 08:04

Non seulement on a payé ce monstre de musée avec nos deniers,mais on a rincé le fantôme du musée toujours avec notre fric !Elle est bien la vie des pourris qui profite de l'argent des salariés durement gagné ....

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 18/12/2017 à 21:42

Il est vrai que ce musée à couté cher, mais il est remarquable et son coup est TRES inférieur à celui du Grand Stade de Décines qui n'a pas beaucoup de vertu pédagogique

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 18/12/2017 à 21:39

Avant de venir à Lyon, Michel Coté était DEJA responsable du musée de la Civilisation à Québec, en repartant de Lyon il a donc regagné son poste d'origine. L'originalité du musée des Confluences lui doit beaucoup et le succès populaire de ce musée va avec.

Signaler Répondre

avatar
arcan le 18/12/2017 à 19:09

Et pendant le mandat de Mercier, son équipe faisait la chasse aux Rmiste aux cas ils abuserait des bonnes choses!

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 18/12/2017 à 18:41
Pigé, j'ai tout compris a écrit le 18/12/2017 à 14h14

Nous y voilà, Pigé est donc prof !

Et il déteste les odieux passes-droits qui permettent aux journalistes corrompus de ne pas payer leur place au musée ! (mais il aimerait quand même bien en profiter, pour élever le niveau de culture de ses élèves évidement)

Je comprends mieux pourquoi il est "top contributeur", le plus actif des contributeurs sur Lyon Mag depuis le départ du regretté Post Monétaire :o)

Non, c'est raté, je ne suis pas prof. Imaginez-vous qu'il est possible (mais pas pour vous) d'imaginer un monde meilleur sans y voir avantage personnel.

Non, vous n'avez rien compris à la corruption, vous pensez que les profs et sans doute les infirmiers sont perclus d'avantages : renseignez-vous donc sur leurs émoluments en pensant à leur niveau d'étude, au concours qu'ils ont passé.

Enfin, s'agissant du nombre de contributions, puisque quiconque peut commenter tout son saoûl sans être inscrit, sans doute me dépassez-vous pour avoir le loisir de tirer des statistiques.

La prochaine fois, évoquez le fond ; sinon je ne vous louperai pas.

Signaler Répondre

avatar
Saisir ? Ah ah ah ! le 18/12/2017 à 18:34
Duralex a écrit le 18/12/2017 à 17h28

Mercier... j'espère que la Justice va saisir tous tes biens et que tu finiras seul et pauvre en prison...

Tu parles Charles ! L'espoir fait vivre mais la réalité reste présente.

Signaler Répondre

avatar
Paco de C. le 18/12/2017 à 18:12
Roberto a écrit le 18/12/2017 à 15h36

Ce MERCIER aura été une catastrophe sur tous les plans !

Gaspillage, gaspillage, gaspillage...

Il est comme les socialistes : gaspilleur de l'argent public.

Elu, réélu, ré ré ré ré ré ré élu.

Un jour un journaleux ira jusqu'à Thizy et se demandera qui a payé tout e qu'il voit...

Signaler Répondre

avatar
Paco de C. le 18/12/2017 à 18:10
Jeansais a écrit le 18/12/2017 à 12h01

Comment les élus d'opposition,les fonctionnaires du département "qui savaient" n'ont ils jamais alerté l'opinion publique... ?

Vous ne saviez pas ???
Rien que le lieu choisit pour l'mplantation a interloquer tout le monde.
Que dire de la terre polluée qu'il fallait envoyer, par péniche d'abord puis par route, qu'il fallait envoyer à Marseille pour la faire dépolluer puis la remonter à Lyon.
Votre alerte de l'opinion publique se réfère au tintouin (ou pas) que font les médias. Pas de bruit pas d'alerte ??

Signaler Répondre

avatar
Musée des "cons floués" le 18/12/2017 à 17:45
UNE HONTE a écrit le 18/12/2017 à 15h27

non erreur, le "machin de 360 millions d'euros" à CONFLUENCE est, suite aux magouilles entre potes COLOMB/MERCIER, propriété des métropolitains lyonnais qui n'ont jamais voté pour se faire b... sur ce système métropole

Les élus se servent avant de servir et à force de corruption par leurs subventions bien orientées, ils sont encore encore encore et encore en place .... et la terre continue à tourner

Le musée appartenait au département du Rhône avant d'être cédé à l'agglomération.
Un joli cadeau payé en grande partie par les pigeons rhodaniens.
Maintenant, les pigeons "agglo-lyonnais" vont payer.
Peu de gens se sont penchés sur les augmentations exorbitantes des coûts de construction de ce musée.
Espérons que les enquêtes en cours apporteront de nouveaux éléments mais vu les personnes impliquées dans ce naufrage financier, la vérité restera lettre morte.

Signaler Répondre

avatar
Duralex le 18/12/2017 à 17:28

Mercier... j'espère que la Justice va saisir tous tes biens et que tu finiras seul et pauvre en prison...

Signaler Répondre

avatar
Bob le 18/12/2017 à 17:06
les médias a écrit le 18/12/2017 à 13h57

sont-ils libres à Lyon ?
Dépendants des pubs de la métropole ?
La presse libre doit être achetée par les lecteurs, mais plus personne ne veut payer pour des informations...

Et les fonctionnaires de tout niveaux. Ils n'étaient pas que qq corrompus de haut niveau a savoir

Signaler Répondre

avatar
bien planqué le 18/12/2017 à 15:50

Mais où ont ils donc planqués tout ce pognon que tout ça a du leur rapporter ? Mystère !!

Signaler Répondre

avatar
Roberto le 18/12/2017 à 15:36

Ce MERCIER aura été une catastrophe sur tous les plans !

Gaspillage, gaspillage, gaspillage...

Il est comme les socialistes : gaspilleur de l'argent public.

Signaler Répondre

avatar
UNE HONTE le 18/12/2017 à 15:27
Pigeon rhodanien a écrit le 18/12/2017 à 11h55

Pauvres contribuables du département du Rhône pensez que le musée des Confluences est à vous ; cela vous fera moins mal où vous voulez.

non erreur, le "machin de 360 millions d'euros" à CONFLUENCE est, suite aux magouilles entre potes COLOMB/MERCIER, propriété des métropolitains lyonnais qui n'ont jamais voté pour se faire b... sur ce système métropole

Les élus se servent avant de servir et à force de corruption par leurs subventions bien orientées, ils sont encore encore encore et encore en place .... et la terre continue à tourner

Signaler Répondre

avatar
pompier 69 le 18/12/2017 à 14:40

C est pour sa qu il a vendu les logements pompiers !

Signaler Répondre

avatar
A BIENTOT le 18/12/2017 à 14:31

C'est écoeurant de voir comment fonctionnent nos élus et toujours sur notre dos? Ce sont des irresponsables quand se n'est pas de leur poche que l'argent sort, ils s'en foutent, et en plus inauguration en grande pompes c'est pas grave le contribuable paye.....

Là aujourd'hui il n'y avait plus d'argent pour déneiger la route, ou alors cela c'est fait très tard dans la matinée..

Signaler Répondre

avatar
ANNE SAULEAU le 18/12/2017 à 14:26

Je ne fouterais jamais les pieds dans le Faucon Millenium.

Signaler Répondre

avatar
Pigé, j'ai tout compris le 18/12/2017 à 14:14
Pigé a écrit le 18/12/2017 à 12h03

J'informe la noble assemblée des lecteurs que les journalistes entrent gratuitement dans ce très beau musée à tous points de vue mais ruineux pour le contribuable (quid des frais d'entretien et de remboursements de prêts annuels ?), les journalistes ne paient pas donc tandis que les enseignants, titulaires d'une carte leur permettant l'entrée gratuite dans les musées nationaux, paient plein pot.
Mais il s'agit de caresser le journaliste dans le sens du poil ; ainsi en est-il également dans tous les musées de la ville de Lyon. On pense également à Sarkozy qui plaçait le curé au-dessus de l'enseignant.

Nous y voilà, Pigé est donc prof !

Et il déteste les odieux passes-droits qui permettent aux journalistes corrompus de ne pas payer leur place au musée ! (mais il aimerait quand même bien en profiter, pour élever le niveau de culture de ses élèves évidement)

Je comprends mieux pourquoi il est "top contributeur", le plus actif des contributeurs sur Lyon Mag depuis le départ du regretté Post Monétaire :o)

Signaler Répondre

avatar
les médias le 18/12/2017 à 13:57
bob a écrit le 18/12/2017 à 11h48

c'est scandaleux
aussi scandaleux que ca sortent si longtemps apres

sont-ils libres à Lyon ?
Dépendants des pubs de la métropole ?
La presse libre doit être achetée par les lecteurs, mais plus personne ne veut payer pour des informations...

Signaler Répondre

avatar
zorglub le 18/12/2017 à 13:44

De l'argent pour "arroser", mais pas pour déneiger...

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 18/12/2017 à 12:09
Jeansais a écrit le 18/12/2017 à 12h01

Comment les élus d'opposition,les fonctionnaires du département "qui savaient" n'ont ils jamais alerté l'opinion publique... ?

Excellente remarque : la corruption est bien plus étendue qu'on ne le pense, et la fainéantise des élus qui pour beaucoup le sont par "prestige" fait le reste.
Oui, il faut refonder la ripoublique.

Signaler Répondre

avatar
Hop le 18/12/2017 à 12:05

Cela était connu et assumé. On pourrait d'ailleurs dire l'équivalent sur nombre de directeurs de grosses institutions culturelles sur Lyon et l'agglomération (exemple de l'opéra).

Mais systématiquement, il ne se passe RIEN.
Le contribuable paye sans broncher et le citoyen vote pour les mêmes au prochain scrutin.

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 18/12/2017 à 12:03

J'informe la noble assemblée des lecteurs que les journalistes entrent gratuitement dans ce très beau musée à tous points de vue mais ruineux pour le contribuable (quid des frais d'entretien et de remboursements de prêts annuels ?), les journalistes ne paient pas donc tandis que les enseignants, titulaires d'une carte leur permettant l'entrée gratuite dans les musées nationaux, paient plein pot.
Mais il s'agit de caresser le journaliste dans le sens du poil ; ainsi en est-il également dans tous les musées de la ville de Lyon. On pense également à Sarkozy qui plaçait le curé au-dessus de l'enseignant.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 18/12/2017 à 12:01

Comment les élus d'opposition,les fonctionnaires du département "qui savaient" n'ont ils jamais alerté l'opinion publique... ?

Signaler Répondre

avatar
Pigeon rhodanien le 18/12/2017 à 11:55

Pauvres contribuables du département du Rhône pensez que le musée des Confluences est à vous ; cela vous fera moins mal où vous voulez.

Signaler Répondre

avatar
bob le 18/12/2017 à 11:48

c'est scandaleux
aussi scandaleux que ca sortent si longtemps apres

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.