Cannabis, photos nues, extorsion : deux ados abandonnés dans la forêt du Beaujolais

Cannabis, photos nues, extorsion : deux ados abandonnés dans la forêt du Beaujolais
Photo d'illustration - LyonMag

Deux hommes étaient jugés ce lundi à Villefranche-sur-Saône pour des faits remontant au 17 mars dernier.

L'affaire est complexe, comporte plusieurs protagonistes et autant de variables. Elle se résume pourtant simplement à une extorsion suivie d'un rapt et d'un abandon en pleine forêt.

Le 17 mars donc, un adolescent de 14 ans a rendez-vous avec un homme âgé de 20 ans à Chiroubles. Ils se connaissent, le plus jeune fréquente la soeur du second. Et c'est d'ailleurs elle qui a volé 40 euros dans la chambre de son frère pour les donner à son ami.
Probablement apeuré par de possibles représailles, l'adolescent avait donc "convoqué" l'adulte pour lui rendre l'argent.

Après une transaction sans accroc, l'ado, rejoint par un ami, pensait en avoir terminé avec cette petite affaire sans lendemain. Mais le grand frère de sa copine voulait lui donner une bonne leçon. D'autant qu'il y a des rumeurs de trafic de cannabis au collège, mais aussi de photos nues échangées sur le réseau social Snapchat selon le Progrès.

Avec un camarade, il est alors revenu à la charge, menaçant le duo moins âgé, leur confisquant leurs téléphones et les forçant à monter en voiture avec eux. Etait-il armé ? Les victimes jureront avoir aperçu la crosse d'un pistolet.

Après avoir roulé dans le Beaujolais, les quatre s'arrêteront sur la commune d'Avenas où les deux adolescents seront abandonnés en pleine forêt.

Au tribunal, dans une ambiance tendue car la victime principale dit avoir été récemment frappée par des proches des prévenus, les deux caïds ont dit avoir voulu jouer les "grands frères". Une méthode que n'oserait pas appliquer un certain Pascal, même si l'audience de ses émissions serait sûrement plus importante...

Les deux hommes ont finalement écopé, conformément aux réquisitions, de 5 mois de prison avec sursis et 140 heures de travaux d'intérêt général. Ils devront également verser 1300 euros de préjudice moral aux victimes qu'ils n'ont pas le droit de rencontrer. Enfin, ils seront obligés de travailler et n'auront pas le droit de paraître à Chiroubles, Villié-Morgon et Lantignié.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Dodo69 le 30/05/2018 à 01:32

Un peu compliqué comme récit,non?

Signaler Répondre

avatar
Loulou2 le 29/05/2018 à 14:00

Sûrement une chance pour la France, encore...

Signaler Répondre

avatar
bla bla le 29/05/2018 à 09:30

Vivre ensemble, campagne, France profonde etc

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.