"Si le PS avait un leader naturel, ça se saurait"

C’est ce que déclare Gérard Collomb jeudi dans un entretien publié par Le Progrès. Interrogé sur les élections européennes et la présidentielle de 2012, le sénateur-maire de Lyon n’accepte pas les décisions prises par la direction nationale du Parti Socialiste. Gérard Collomb estime que le conseil national du 9 juin "a été trop rapide".

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.