Le patineur Gwendal Peizerat condamné par les Prud’hommes de Lyon

Le patineur reconverti en chef d’entreprise devra verser 5589 euros d’heures supplémentaires à une de ses ex-salariées. Cette ingénieur avait décroché son premier emploi chez Soléus, l’entreprise de Gwendal Peizerat, basée à Vaulx-en-Velin, où elle a travaillé deux ans en CDI à mi-temps, avec un salaire de 1100 euros brut par mois. Elle accusait son ex-patron de ne pas lui avoir payé ses nombreuses heures supplémentaires. Gwendal Peizerat se défend en affirmant qu’une partie de la somme a été versée et que la plaignante avait démissionné sans préavis. Le comité directeur de Soléus se réunira pour décider d’un éventuel appel.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.