Interactivité, gratuité, expositions et nutrition : le nouveau départ expérimental de la Cité de la Gastronomie à Lyon

Interactivité, gratuité, expositions et nutrition : le nouveau départ expérimental de la Cité de la Gastronomie à Lyon
LyonMag

Après un premier fiasco et une fermeture complète depuis plus d'un an, la Cité internationale de la Gastronomie s'apprête à accueillir de nouveau du public au sein de l'Hôtel-Dieu du 2e arrondissement de Lyon.

La nouvelle équipe dirigeante en a présenté les contours ce jeudi lors d'une conférence de presse organisée en grande pompe. Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, devient ainsi le garant de l'institution. Il était entouré du chef étoilé Régis Marcon, un des fondateurs de cette cité, de Thierry de La Tour d'Artaise, pdg du groupe SEB (mécène) et du vice-président de la Métropole chargé de l'agriculture et de l'alimentation, Jérémy Camus.

"Ce fut un fiasco"

Et c'est tout naturellement le président de la collectivité qui a commencé à prendre la parole. "Ce fut un fiasco car le précédent projet avait une vision trop économique. Il y avait un manque d'association des acteurs de la gastronomie lyonnaise", a déclaré l'élu avant d'avouer que, pour lui, l'ancienne Cité "manquait de sens".

Beaucoup de nouveautés...

Toute la copie a donc été revue pour cette nouvelle édition. Premier changement de taille : le prix. Les 18 euros demandés initialement étaient un frein important pour les visiteurs. Les expositions seront désormais en grande majorité gratuites. Car oui, il est maintenant question de plusieurs expositions et événements. Le nouveau comité Rabelais, composé d'experts agricoles, restaurateurs et nutritionnistes, aura pour mission de définir la programmation du "musée" jusqu'en 2023.

Un horizon de deux ans pour permettre aux acteurs d'expérimenter différentes approches animatrices des lieux. Tout tournera autour de quatre thèmes : "gastronomie, nutrition, production et santé", a précisé le chef Marcon qui souhaite "tirer les enseignements de l'échec passé pour rebondir". Pour le cuisinier, "le point fort sera la présence d'ateliers". Les visites devraient donc être interactives et accompagnées de dégustations.

Pour l'heure, une seule exposition est prévue. "Good, agir ensemble pour une alimentation durable" débarquera le 10 septembre prochain avec en invité spécial le chef Christian Têtedoie. Celle-ci comme les autres à venir permettront à la Métropole de Lyon de "faire revivre la Cité" et de déterminer le modèle qui sera le mieux pour après 2023. Côté financement, la collectivité a aligné 3 millions d'euros sur la table. La Ville de Lyon a investi 2 millions d'euros tandis que l'Etat a allongé de 1 million supplémentaire. On compte au total 10,4 millions d'euros de mécénat pour animer les 4000 m² du site.

À noter que les plus curieux pourront accéder au cloître de l'Hotel-Dieu tous les premiers dimanches de chaque mois. Des publics scolaires seront également accueillis ponctuellement.

L.M.

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mais.. ritocrate_en_carton le 03/09/2021 à 09:23
Egalitatirisme a écrit le 03/09/2021 à 08h31

Egalité, solidarité... tous ces mots que l'on utilise à tort et à travers pour justifier de prendre d'autorité à ceux qui ont plus (Ils sont considérés comme "riche" même si ils sont suer sang et eau pour l'avoir) pour donner à ceux qui ont moins ou pas (même si ils n’ont fait aucun effort).

Calmez vous, vous n'avez rien sué du tout : la méritocratie est un processus d'auto-justification. Vous avez simplement bénéficié favorablement de l'inégalité des chances et du capital de votre milieu social. Vous êtes en pleine méthode Coué ; "je mérite ce que j'ai, je mérite ce que j'ai, je mérite ce que j'ai". Le succès ça se mérite, mais surtout ça s'hérite. C'est sûrement facile de se mentir à soi-même que d'accepter les réalités sociologiques. En tout cas c'est plus confortable.

Signaler Répondre

avatar
Egalitatirisme le 03/09/2021 à 08:31
mais a écrit le 02/09/2021 à 23h28

Non mais c'est égalitaire. ;)

Egalité, solidarité... tous ces mots que l'on utilise à tort et à travers pour justifier de prendre d'autorité à ceux qui ont plus (Ils sont considérés comme "riche" même si ils sont suer sang et eau pour l'avoir) pour donner à ceux qui ont moins ou pas (même si ils n’ont fait aucun effort).

Signaler Répondre

avatar
Evolution le 03/09/2021 à 08:27
Ras a écrit le 03/09/2021 à 04h00

Bon résumé. Ça a surtout l’air d’être fait pour les touristes. Et encore, une certaine catégorie de touristes. Les lyonnais observent ça comme une performance publicitaire en se souvenant qu’il y a pas si longtemps, il y avait là un hôpital. Tout un symbole !

Depuis on a construit d’autres hôpitaux plus modernes, plus pratique d'accès. Fait savoir évoluer.

Signaler Répondre

avatar
Ras le 03/09/2021 à 04:00
Comme d'habitude a écrit le 02/09/2021 à 17h33

Typique du fonctionnement de nos collectivités quant au patrimoine commun :

1) on rachète ou on rénove cher 2) on réfléchit à ce qu'on va en faire 3) On fait n'importe quoi vu qu'on est pas bons et que de toute façon c'est pas cher c'est l'Etat qui paye 4) on dépense encore notre argent pour corriger le tir

Une pensée pour le Musée Guimet fermé depuis 14 ans pour rien!

Bon résumé. Ça a surtout l’air d’être fait pour les touristes. Et encore, une certaine catégorie de touristes. Les lyonnais observent ça comme une performance publicitaire en se souvenant qu’il y a pas si longtemps, il y avait là un hôpital. Tout un symbole !

Signaler Répondre

avatar
mais le 02/09/2021 à 23:28
Gratuit payant a écrit le 02/09/2021 à 20h56

Le "gratuit" financé par le contribuable, ce n'est pas gratuit.

Non mais c'est égalitaire. ;)

Signaler Répondre

avatar
Gratuit payant le 02/09/2021 à 20:56

Le "gratuit" financé par le contribuable, ce n'est pas gratuit.

Signaler Répondre

avatar
Le monsieur le 02/09/2021 à 19:01
Holmes a écrit le 02/09/2021 à 18h45

Gratuit, ça veut dire accessible pour tout le monde, Sherlock. Vous comprenez le concept ? 18€ l'entrée : pas tout le monde. Gratuit : tout le monde.

Le monsieur parlait des 2 millions de la ville , du million de l etat et des 10.4 Millions de mecenat pour le fric de dingue .
Ce n est pas un concept .

Signaler Répondre

avatar
Holmes le 02/09/2021 à 18:45
Mais ça coute un fric de dingue ! a écrit le 02/09/2021 à 18h38

Alors rassurons nous : quelques uns ( les habituels heureux "élus") vont en profiter .
Et les autres :non . Parfait résumé de société

Gratuit, ça veut dire accessible pour tout le monde, Sherlock. Vous comprenez le concept ? 18€ l'entrée : pas tout le monde. Gratuit : tout le monde.

Signaler Répondre

avatar
Mais ça coute un fric de dingue ! le 02/09/2021 à 18:38

Alors rassurons nous : quelques uns ( les habituels heureux "élus") vont en profiter .
Et les autres :non . Parfait résumé de société

Signaler Répondre

avatar
gratuits ! le 02/09/2021 à 17:47

Expositions gratuites donc payées par le contribuable (sous toutes ses formes)
Après la fin du projet lyonnais, qu'en est-il des autres : Beaune, Dijon, Rungis ?

Signaler Répondre

avatar
Comme d'habitude le 02/09/2021 à 17:33

Typique du fonctionnement de nos collectivités quant au patrimoine commun :

1) on rachète ou on rénove cher 2) on réfléchit à ce qu'on va en faire 3) On fait n'importe quoi vu qu'on est pas bons et que de toute façon c'est pas cher c'est l'Etat qui paye 4) on dépense encore notre argent pour corriger le tir

Une pensée pour le Musée Guimet fermé depuis 14 ans pour rien!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.