Polémique autour d'un jeu de guerre autorisé par la Ville de Lyon dans le cadre du Quai du Polar

Polémique autour d'un jeu de guerre autorisé par la Ville de Lyon dans le cadre du Quai du Polar

Dans un communiqué, l'élu UMP Patrick Huguet condamne l'organisation d'un jeu invitant des adolescents à simuler des meurtres au pistolet à eau.
Il trouve irresponsable d’organiser ce jeu « au lendemain d'événements dramatiques qui se sont déroulés dans des établissements scolaires ». Ce jeu, intitulé Streetwars, doit être organisé en avril prochain, dans le cadre du Quai du Polar, un festival du livre policier. Najat Vallaud-Belkacem, adjointe au maire de Lyon en charge des grands événements et de la jeunesse, indique mardi soir avoir pris contact avec les organisateurs, qui sont d'accord avec l'idée de garder un jeu de rôle, mais sans les aspects jugés choquants. Quant au maire de la ville, Gérard Collomb, il a « répondu par l'ironie, en disant qu'il allait retirer les Agatha Christie de la bibliothèque et interdire la diffusion de l'inspecteur Barnaby le dimanche ».

X
2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
patrick huguet le 20/01/2010 à 08:52

Romain Blachier le lis pas les dossiers ,celui de la ville stipule adolescent,ce qu'a confirmé NB,et j'ai precisé dans mon intervention que ce jeu etait reservé aux majeurs,par ailleurs nous ne sommes pas opposes sur le fond mais sur la forme.Il n'est pas tres pedagogique que le dossier comporte la phrase"permettre à des adolescents de commettre un meurte viruel avec un pistolet à eau",c'est la suppression de la phrase que nous avons demandé ,pas le jeux.Il faut aussi ecouter les debats.

Signaler Répondre

avatar
romain blachier le 19/01/2010 à 20:50

Huguet ne travaille pas ses dossiers: le jeu est interdit aux mineurs.Aucun collégien (ou alors très très redoublant) n'est autorisé à y participer puisque le jeu est interdit aux mineurs.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.