Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le blog éco

Le sommaire du dernier numéro d'Objectif Rhône-Alpes, l'ancien patron de Smoby-Majorette qui contre-attaque, une ligne Lyon-Moscou

La compagnie russe Transaero ouvre une ligne Lyon-Moscou à partir du 3 novembre. Dans un premier temps, cette liaison sera hebdomadaire. Il y aura ensuite deux vols par semaine à partir du 26 décembre. Le Boeing 737-400 qui assurera ce Lyon-Moscou pourra transporter environ 170 passagers. Ce qui permettra désormais d'aller à Moscou sans escale mais aussi de bénéficier de correspondances pour Shanghai et Bangkok notamment à partir de Moscou. La région espère aussi en profiter pour attirer les touristes russes dans les stations de ski de la région où ils sont déjà nombreux.

 

Le dernier numéro d'Objectif Rhône-Alpes vient de sortir. Avec une enquête sur les prix de l'immobilier dans la région et un point sur le marché dans les 7 plus grandes villes de la région, quartier par quartier. Mais aussi dans les 7 grands secteurs de résidences secondaires. Conclusion : après des années de hausse, les prix de l'immobilier sont aujourd'hui orientés à la baisse dans la région. Egalement au sommaire de ce numéro : une enquête sur Descours et Cabaud, une des plus grandes entreprises de la région mais aussi une des plus secrètes, mais aussi les coulisses des négociations entre EasyJet et l'aéroport de Lyon pour l'implantation d'une base de la compagnie low-cost à Lyon... Et un reportage photo sur le chantier du tunnel Lyon-Turin, une interview de Jean Munster, l'ancien patron du groupe de transports Munster qui se lance dans une nouvelle vie...

Genoway signe le plus gros contrat de son histoire. L'entreprise lyonnaise spécialisée dans l'élevage de rats et de souris génétiquement modifiés a signé un contrat sur deux ans pour un montant de 1,4 millions d'euros avec une entreprise pharmaceutique américaine. Genoway, qui a été fondée en 1999, travaille déjà avec des laboratoires pharmaceutiques et des universités. Ses rats et ses souris permettent en effet d'accélérer les recherches contre des maladies graves. Un créneau en plein développement aujourd'hui. D'ailleurs malgré une perte de 2,4 millions d'euros l'année dernière pour 3,4 millions de chiffre d'affaires, le groupe a vu son cours de bourse grimper de 37% à 6,8 euros depuis son introduction sur Alternext le 7 mai.

L'ancien patron de Smoby contre-attaque. Après l'ouverture d'une enquête de la brigade financière sur des détournements de fonds via des sociétés écrans, Jean-Christophe Breuil se défend en s'estimant victime “d'une campagne de délation”. Alors que les policiers ont découvert l'existence d'Effective Limited, une entreprise qui achetait des jouets en Chine pour le compte de Smoby contre une commission de 6%, le petit-fils du fondateur de Smoby répond : “c'est une pratique courante en Asie. Carrefour le fait. Et la commission de 6% qui était versée servait à financer son fonctionnement de cette société.” Sur les 18 cartes bancaires qu'on lui reproche d'avoir utilisé, il explique qu'elles étaient destinées aux 70 cadres de l'entreprise. Et il précise : “moi je n'en ai qu'une”. Smoby a été placé en redressement judiciaire le 9 octobre par le tribunal de commerce de Lons-le-Saunier. En mai dernier, le fabricant de jouet basé dans le Jura avait été racheté par son concurrent, l'Américain MGA. Mais MGA n'a pas réussi à renégocier les 270 millions d'euros de dette accumulé par Smoby qui attend désormais de nouveaux repreneurs. En 2006, le fabricant de jouets avait été, pour la première fois de son histoire, déficitaire, avec une perte nette de 26 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 350 millions d'euros avec 2750 salariés.

Prismaflex a affiché une forte croissance au premier semestre. Le numéro 1 mondial du panneau d'affichage a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 32,1% à 29,5 millions d'euros. L'entreprise, qui réalise 70% de son activité à l'export, profite toujours de la croissance économique mondiale et de la forte consommation des ménages qui détermine l'importance ou non des investissements publicitaires. Prismaflex, qui emploie 300 salariés, a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires en hausse de 22% à 51 millions d'euros. Le résultat net a reculé de 18% à 1,33 million avec 53 salariés.


Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.