Lyon : un père de famille comparaît pour rébellion

Lyon : un père de famille comparaît pour rébellion

C'est une affaire délicate qui est jugée devant le tribunal correctionnel de Lyon. Le 26 mars dernier, alors qu'un père de famille noir prenait le train avec sa fille de 4 ans, un agent de la SNCF lui avait demandé s'il avait « volé » cette fillette blonde. Selon le Progrès, il avait été arrêté à sa descente du train à la gare de la Part-Dieu et s'était rebellé, blessant deux policiers. Son avocat estime qu'on lui a "dénié sa paternité parce qu'il est noir". Le procureur a requis 100h de travail d'intérêt général. Le jugement sera rendu le 4 juin.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Dodo le 18/05/2012 à 09:54

l'agent de la SNCF a fait faloir son droit de retrait?

Signaler Répondre

avatar
el misoslame le 17/05/2012 à 11:22

désopilant
j'ai bien ri

Signaler Répondre

avatar
Alize le 16/05/2012 à 21:30

Et si c'était un enfant volé en effet...
Dans le cas des enfants, le doute doit profiter à l'enfant, à sa protection.
Il faut arrêter d’interpréter tout sous l'angle de racisme enfin !

Signaler Répondre

avatar
père de famille le 16/05/2012 à 20:32

J'aurai reagi comme lui

Signaler Répondre

avatar
jm le 16/05/2012 à 15:38

Récit émotionnel rapporté => indignation normée => vindicte populaire ! C'est du grand journalisme...

Signaler Répondre

avatar
nina le 16/05/2012 à 13:57

on régresse, remarquez dans la Loire c'est pas mieux , je me fais agresser régulièrement parce que je ne suis pas originaire de la commune où j'ai acheté une maison.
ce avec la bénédiction des autorités locales . on me reproche d'avoir un nom pas connu dans la commune.

Mon père est auvergnat , ma mère originaire de Roanne !

Signaler Répondre

avatar
nina le 16/05/2012 à 13:51

c'est épouvantable c'est une injustice.
L'amour paternel n'a pas de couleur ! on est en plein délire ! le pauvre homme !

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 16/05/2012 à 12:27

Normal, la justice est faite qu'il vaut mieux se laisser condamner puis apporter les preuves et ne pas hésiter à taper sur les sous-fifres sans cervelles une fois devant les tribunaux.
Je crains malheureusement que le Monsieur écoppe de TIG.
Avec les keufs, il faut parler, poser les bonnes questions et s'ils insistent... on les retrouve devant les tribunaux.

Signaler Répondre

avatar
fghtg le 16/05/2012 à 10:49

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.