Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag.com

Gomis et Gonalons, deux précaires chez les Bleus

Photo d'illustration - LyonMag.com

Les joueurs de l’OL fouleront-ils la pelouse du Stade de France vendredi soir ?

L’équipe tricolore va disputer un match amical contre le Japon (coup d’envoi à 21h). Aucun des deux ne fait partie du onze titulaire, communiqué jeudi soir. Et pourtant, le sélectionneur Didier Deschamps a choisi de laisser reposer quelques cadres, en vue de la rencontre mardi contre l’Espagne, choc décisif dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 au Brésil. Si DD fait "tourner", les deux Lyonnais n'auront droit, à nouveau, qu'à quelques minutes de jeu pour tenter de se faire remarquer.

C’est que Gonalons n’est qu’un choix par défaut dans la tête de Deschamps, lorsqu’il s’agit pour l’ancien n°6 de composer son milieu de terrain. Mavuba le Lillois, Diaby le Gunner et Cabaye le Magpie sont pour l’instant devant le jeune Gone, même si ces deux derniers ont un profil plus offensif. De plus, Gonalons ne se distingue pas non plus de la meute de milieux défensifs prometteurs qui piaffent en réserve : les Toulousains Capoue et Sissoko (titulaires ce vendredi), les Parisiens Matuidi et Chantôme (qui honore sa première convocation), voire le Rennais M’Vila (encore fragilisé après son Euro ukrainien tourmenté) et le néo-russe Lassana Diarra.  Seul avantage dont profite Gonalons, sa santé de fer et sa capacité à enchaîner les matches, alors que ses rivaux se signalent plutôt par leur fragilité (Diarra, Mavuba, Diaby et Cabaye sont forfaits).

Gomis menacé par Gignac et Gameiro ?

L’équation paraît encore plus compliquée à résoudre pour Bafé Gomis. Depuis son entrée en fonctions, Deschamps n’a jamais abandonné son système de jeu à une seule pointe. Si Karim Benzema peut évoluer avec succès à gauche, voire derrière l’attaquant axial,  « la Panthère », elle, ne peut pas jouer d’autre rôle que celui de tour de contrôle. D’autre part, et comme le dit le proverbe, le bonheur des uns fait le malheur des autres : la méforme d’Olivier Giroud terminée (le buteur d’Arsenal a retrouvé le chemin des filets), Gomis est condamné à jouer les utilités sur le banc. Pire encore : le Marseillais Gignac, ressuscité, et le Parisien Gameiro (auteur d’un récent doublé face à Sochaux) frappent eux aussi, désormais, à la porte des Bleus.
La composition des Bleus contre le Japon renvoie une nouvelle fois les deux Lyonnais sur le banc.

Même en jouant de simples bouts de matches, Gomis et Gonalons ont intérêt à mordre dans le ballon dès leur entrée en jeu, s’ils veulent conserver à terme leur billet d’avion pour le Brésil.



Tags : gomis | Gonalons | ol | olympique lyonnais |

Commentaires 1

Déposé le 12/10/2012 à 08h40  
Par international Citer

Gomis n'a pas la classe internationale. C'est un bon joueur de club. Cest déjà bien. Il marque des buts. Il en manque beaucoup aussi. Gonalons également, n'a pas le niveau de l'équipe nationale ou alors c'est que l'équipe de France est bien limitée, ce qui est vrai aussi.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.