Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Droit de réponse de Patrice Hernu suite à notre article du 23 mai 2013

La rédaction de LyonMag a reçu un droit de réponse de la part de Patrice Hernu qu'elle publie in extenso.
M le Directeur de Publication.
Vous avez publié le 23-05-2013 sur le site « Lyonmag.fr » un article intitulé « Charles HERNU, ce collabo* », diffamatoire à l’égard de mon père, Charles HERNU.

Conformément aux dispositions des articles l'article 6 IV de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, du Décret n° 2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne et des articles 13 et 34 al. 2 de la loi du 29 juillet 1881, je vous serais obligé de publier mon droit de réponse suivant, en ma qualité d’héritier de Charles HERNU :

« Vous avez publié le 22-05-2013 sur le site « Lyonmag.fr » un article intitulé « Charles HERNU, ce collabo » diffamatoire à l’égard de mon père, Charles HERNU.

Votre article indique en particulier :
Jean-Moïse Braitberg, journaliste pour la publication, travaille sur cette affaire depuis plus de 20 ans, parfois sous le pseudonyme de Jacques Lambert. Aujourd’hui, alors qu’il dit avoir "des preuves tangibles", il accuse Charles Hernu d’avoir été "antisémite et collabo" durant la Seconde Guerre Mondiale. "Son attitude par la suite en dit long parce qu’il n’a cessé de s’entourer de juifs, il avait peut-être des choses à se reprocher et avait peut-être des remords. Mais c’est un parcours qui ne fait honneur ni à la maçonnerie ni à la République, nous explique-t-il. Il y avait des rumeurs. C’était connu de tous mais personne n’avait de précisions…

Elément central de l’article de Franc-Maçonnerie Magazine : la réquisition du magasin d’un fourreur juif en 1944 à Grenoble. Le propriétaire Arthur Wolberg se plaint alors de la perte de 300 000 francs de marchandises par les autorités allemandes "et par le délégué départemental à l’information sociale" : Charles Hernu.
Questionné à la prison de Grenoble, il ressort non incriminé dans l’affaire de vol comme le souligne le procès-verbal. Les doutes n’auront toutefois jamais été levés, Hernu fera même l’objet d’un véritable interrogatoire en 1956 par un "jury fraternel", un groupe de francs-maçons de la loge Maurice Berteaux. Face aux rumeurs persistantes, ces derniers cherchent à percer le mystère, sans succès…

Aujourd’hui, Jean-Moïse Braitberg a mis fin à sa longue enquête sur celui qu’il considère comme "un zélé soutier de l’effrayant mécanisme de la Solution finale".

Je précise donc que l’amalgame et la répétition d’accusations jamais fondées et non démontrées, 70 années après, ne peut servir à une recherche historique sérieuse et que Charles HERNU a été mis hors de cause et n’a pas été poursuivi à la libération pour une prétendue responsabilité dans l’expropriation évoquée.

Quand sont parues les accusations infâmes sur mon père concernant une collaboration avec le KGB, je me suis battu avec mes frères, mon avocat Serge Lewisch, le co-auteur du livre que j'ai écrit, Frédéric Charpier, et des responsables honnêtes des services, au plus haut niveau, comme Constantin Melnik, chef des services du général de Gaulle, ou Yves Bonnet, chef des services pour François Mitterrand, pour faire la vérité. Elle a fini par éclater comme Temps X, une émission récemment consacrée à cette affaire, l'a démontré. Un livre a également paru démontant les rouages d'une machination montée contre les proches de Mendès-France : "Les valets de la guerre froide : comment la République a recyclé les collabos" (Ed. François Bourin 2013)

Ces pseudos révélations, de pures inventions, ont été fabriquées par l'officine de George Albertini, un des plus célèbres collabos, second de Marcel Déat,et sauvé in extremis de la guillotine. Elles ont été diffusées dans les années 50 par Jean-André Faucher, lui aussi, condamné à mort par contumace par la cour d'assise de la Haute-Vienne en 1944.

Ces informations ne sont d'ailleurs pas nouvelles puis ces documents, vrais, faux et vrais-faux, recollés par cette officine d'extrême droite, sont conservés à l'Institut d'Histoire sociale sous la sauvegarde du Conseil Général des Hauts de Seine.

Je n'aurais sans doute réagi à cette publication ridicule, laquelle pratique un amalgame mensonger sur ce dossier, si « le Point.fr » et « Lyon-Mag » ne venaient pas de reprendre l'information en s'abritant derrière une revue « maçonnique ». Si des "frères" le disent d'un frère, c'est que c'est vrai !

A lire l'article du Point.fr , je ne comprends même plus ce qui est reproché à ce garçon de 20 ans, resté toute sa vie le meilleur ami du président du comité d'épuration de Lyon !

J'adopterai la même attitude que mon père : je refuse ici d'argumenter sur un dossier qui a été fabriqué et diffusé par des collabos.

La haine est grande. Pourquoi ? Dans quels buts ces articles sont-ils repris régulièrement depuis 23 ans après le décès de mon père.

On me souffle que ces collabos lui reprocheraient en réalité la mort du préfet Félix Fossat, collabo tombé sous les balles des FFI. D'autres me disent que je suis visé personnellement pour avoir trop fouillé dans les marécages des officines recyclées. Il est vrai que j'ai demandé récemment dans un cénacle très élevé inter obédientiel pourquoi certains collabos de haut niveau avaient pu rester dans les loges alors que Mendès-France injustement accusé avait refusé cette « justice maçonnique » et dû quitter sa loge.

Je n'ai pas été élevé par mon père. Certains me disent : pourquoi tu passes tant de temps à le défendre. Parce que cet homme, je l'ai connu justement, non pas seulement comme un père, mais comme un humaniste total. Et je l'aime comme beaucoup pour ce qu'il est et a été. Ses amis me comprendront. Je voulais juste rassurer mes amis et ceux qui se souviennent de "Charles" comme on disait.

Patrice HERNU
fils de Charles HERNU et fier de l’être»


*Note de la rédaction : notre article s'intitulait "Collaboration, antisémitisme : le dossier polémique de Franc-Maçonnerie Magazine sur Charles Hernu" et non "Charles Hernu, ce collabo". Il s'agit pour ce dernier du titre choisi par le Point.fr.



Tags : Charles Hernu |

Commentaires 6

Déposé le 01/06/2013 à 23h32  
Par florina Citer

y'a que la vérité qui fache.

Déposé le 01/06/2013 à 22h01  
Par Patrice Hernu Citer

Et merci à Lyon Mag d'avoir publié le "projet" de droit réponse transmis pour information étant ouvert à toute forme de dialogue. Mais le jury me parait une bonne formule y compris sous le couvert des autorités mises en cause (notamment par le "jugement" de 1956)

Patrice Hernu

Déposé le 01/06/2013 à 21h58  
Par Patrice Hernu Citer

Je viens de relire en détail l'article de Jean-Moïse Braitberg. Je n'y trouve aucun élément probant (par exemple sur les mensonges de 1956 mais je lis peut-être mal !) mais des insinuations et des jugements personnels habilement confondus avec les prétendues preuves.

Je ne souhaite pourtant pas polémiquer. Cela me semble inutile et improductif. D'autant que j'ai constaté que Jean-Moïse Braitberg assurait une sorte de veille sécuritaire le conduisant à riposter immédiatement à émettre un avis contraire au sien. Je ne participerai pas à ce jeu d'enfant.

C'est la raison pour laquelle, n'étant pas mon père et ne recherchant que la vérité, j'ai proposé que les pièces en question soient remises à un jury d'experts
- de cette période,
- de Charles Hernu
- du travail de recyclage des collabos sous la IVème et de l'officine d'Albertini,
- et au besoin, s'il y en a d'honnêtes, de témoins du travail de sape de Jean-André Faucher.

Un "collabo", cela a un sens ! On ne peut être dans les approximations.

J'ai déjà pris acte que Jean-Moise Braitberg a écrit depuis :

""je n’ai jamais écrit ni insinué qu’Hernu avait du sang sur les mains et je n’ai aucune preuve qu’il a dévalisé le magasin wolberg".

Pour moi, c'est l'essentiel.

Pour ce qui concerne les autres aspects, je me range par avance au jugement de personnalités expertes et indépendantes.

Patrice Hernu

Déposé le 01/06/2013 à 20h35  
Par GM Citer

Cher ami il ne suffit pas d'un nom à consonance hébraïque, d'une carte de presse et d'une caution maçonnique pour prétendre approcher sinon détenir la vérité. En l'occurrence il semble opportun d'aller au procès.
Guy Moyse, carte de presse 35174

Déposé le 01/06/2013 à 19h39  
Par lisys@hotmail.fr Citer

bonjour
mon pere etait un ami de longue date de mr charles hernu qu'il a cotoye a paris et en algerie .-
connaissant le passe de resistant ,d'humanisme et d'integrite de mon pere il me parait totalement infonde d'accuser mr hernu .-
jlp

Déposé le 01/06/2013 à 00h35  
Par brait2@wanadoo.fr Citer

A Mon tour de vous demander de pouvoir répondre à Patrice Hernu dont je ne conteste nullement le droit de défendre la mémoire de son père. Je nepeux cependant acccepter qu'il laisse entendre que les informations que j'ai publiées dans Franc-MaçonnerieMagazine et dont Lyon Mag s'est fait l'écho sont des affabulaitions ou des manipulations montées de toute pièce par d'anciens collabos. Quiconque aura pris la peine de lire mon article sera, j'en suis sûr convaincu que les preuves sur lesquelles je m'appuie pour évoquer le passé collaborationniste de Charles Hernu sont solides et bien étayées parune enqupete fouillée et des doculements exclusifs.Je mets du reste Patrice Hernu au défi de me prouver le contraire par tout moyen de droit qu'il jugera approprié. Comprenez que tant mon honneur personnel que ma crédibilité professionnelle ne peuvent souffrir des insinuations, des accusations et des amalgames proférés par Patrice Hernu.
Jean-Moïse Braitberg
Journaliste, Franc-maçonnerie Magazine

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.